Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Les essentiels pour parcourir les ultra trails et les longues distances en solitaire. Matériel technique et de sécurité

Quand les kilomètres s’accumulent pendant une course en montagne, dépassant la centaine de kilomètres, le matériel obligatoire et l’ensemble de l’équipement deviennent vitaux. Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir.
Ultra Trail en montagne

Matériel obligatoire, matériel indispensable

Si vous souhaitez participer à un Ultra Trail, chose à laquelle bon nombre de coureuses et coureurs aspirent à faire au moins une fois dans leur vie, vous devez connaître tout le matériel que l’organisation vous oblige à emmener pour prendre part au départ.

Le matériel concerne notre sécurité. La liste du matériel à emporter n’est pas restreinte à celle qui est donnée par les organisateurs d’une compétition . Chacun doit savoir ce dont il a besoin pour affronter en toute sécurité cette épreuve. Il ne s’agit pas d’emmener le moins de choses possibles, bien au contraire.

C’est le cas pour une épreuve organisée. Si nous souhaitons faire une sortie en solitaire, nous devrons mettre l’accent sur notre sécurité, et ne rien éliminer d’essentiel sous le prétexte d’économiser du poids.

La légèreté face à l’efficacité dans un ultra trail

Au moment d’affronter une course ultra distance en montagne, qui peut facilement dépasser les 100 kilomètres dans plusieurs cas, on serait porté à croire que plus l’on est léger, moins la fatigue se fera ressentir.

Cela paraît logique mais ce n’est pas toujours le cas, notamment dans les épreuves constituées de zones techniques de haute montagne à l’image du Gran Trail Aneto.

Prenons pour exemple les crampons pour les chaussures de trail. Ils pèsent un peu moins de 500 grammes, un poids qui peut paraître considérable pour certains. Cela puise de l’énergie. Toujours est-il que si ils manquent à l’appel – les organisateurs du Gran Trail Aneto, après avoir connu des problèmes sur une édition précédente, les considèrent comme obligatoires – le participant courra un danger dans certaines portions du parcours, générant une certaine tension. Les difficultés rencontrées nous feraient perdre plus d’énergie, au combien nécessaire pour atteindre l’arrivée.

Crampons pour le trail running du Gran Trail Aneto-Posets. Foto: Barrabes
Cette perte en efficacité ne se traduit pas seulement en un niveau de risque plus élevé ou en perte énergétique: lors des éditions précédant leur obligation, il n’était pas rare de voir que les participants munis de crampons parcouraient ces portions en une ou deux heures de moins que ceux qui en étaient dépourvus.

Les crampons ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres : le fait de ne pas emporter des vêtements adéquats peut nous faire perdre du temps et de l’énergie à cause de l’hypothermie ; faire l’impasse sur la nourriture peut nous affaiblir considérablement...etc.

C’est pourquoi, avant de mettre une croix sur certains matériels pour économiser du poids dans une activité aussi extrême qu’un ultra, nous devons non seulement évaluer les risques que nous encourrons mais également voir si cela nous fera gagner ou perdre de l’énergie.

L’autosuffisance face aux épreuves assistées

Il faut bien distinguer d’une part une sortie en montagne en solitaire, voire une épreuve en autosuffisance organisée, et d’autre part un ultra trail proposant des points de ravitaillement et un parcours balisé.

Nous ne devons cependant jamais baisser la garde. C’est la raison pour laquelle, tout ce matériel doit être emporté indépendamment des aides que le participant pourra recevoir. C’est aussi pourquoi la majorité des épreuves, bien qu’elles proposent une assistance, rendent certains matériels obligatoires.

On ne sait jamais si on sera amené à utiliser ce matériel, ni quand. Malgré les dispositifs de sécurité dont disposent les organisateurs – ce n’est pas la même chose abandonner une course ou un problème qui survient dans une zone accessible que dans une zone reculée en montagne – nous n’allons pas faire la différence sur cet article entre course assistée et en solitaire dans la recommandation du matériel. Nous dresserons une liste de ce qui nous paraît inévitable : des chaussures jusque la couverture de survie.

Le matériel indispensable pour les ultra trails en montagne

1. Les chaussures

Il existe plusieurs types de chaussures pour les trails et les courses en montagne::

    • 1. Chaussures de Cross et de Kilomètre Vertical
    • 2. Chaussures de Semi-marathon
    • 3. Chaussures de Marathon
    • 4. Chaussures pour les ultra distances

    Concernant cette liste, il est possible de respecter la règle suivante:

    • Plus la distance est courte, réactive et technique, moins nous aurons besoin d’équilibre, de protection ou d’amorti.
    • Plus la distance est longue, plus on aura besoin de protection, d’équilibre et d’amorti. Les chaussures devront être moins réactives et techniques.

    Voici un exemple parfait de tout ce que nous venons d’expliquer: comment en voulant économiser quelques grammes, on peut perdre beaucoup au final.
    Brooks Cascadia 15 GTX, amorti excellent pour un ultra trail
    Si nous choisissons une chaussure de cross ou de semi-marathon pour un ultra, on économise en poids, on gagne en réactivité… mais il est aussi probable que l’on ne parvienne pas à terminer la course.

    L’augmentation de poids se traduit par plus de protection, d’amorti et de stabilité dont nous avons tant besoin.

    On a pour habitude de dire que le choix d’une chaussure pour le trail running se fait par palier. Dans l’article Cross, Marathon, Ultra Trail. Quelques-notions-sur-les-chaussures de trail running nous vous expliquons ce à quoi nous faisons référence et tout ce que vous avez besoin de savoir pour trouver votre paire: selon la forme, le poids, la semelle, les types d’épreuves...etc.

    2. Vêtements techniques pour le trail running

    Nous avons besoin de vêtements techniques pour courir en tout confort : légers, qui ne nous gênent pas, sans coutures...etc.

    Dans le cadre des longues courses en montagne, notamment les plus techniques et passant par les chaînes de montagne, il est obligatoire de porter des vêtements offrant la protection adéquate.

    Le froid au rendez-vous au Gran Tail Aneto-Posets
    En raison de la distance, le participant sera amené à passer la nuit dans le froid, auquel il faut ajouter une instabilité météorologique : apparition de la pluie, de la grêle, du vent, baisse soudaine de la température, voire même la neige.

    C’est pourquoi, un coupe-vent imperméable, de longs collants, des manchons ou un maillot manche longue, des gants, un tour de cou, sont nécessaires. Et ce n’est pas parce que les organisateurs le préconisent : il en va de notre intégrité.

    En ce qui concerne les vêtements appropriés pour courir, nous vous recommandons notre article Comment bien choisir vos vêtements de trail running et de courses de montagne. Vous trouverez toutes les informations sur les collants, les pantalons, les maillots...etc

    3. Les sacs à dos

    Évidemment, si nous devons emmener tout cet équipement, autant choisir un bon sac à dos.

    Pour l’ultra trail, il n’y a pas d’autres options que le sac à dos ; il est quasiment impossible que tout le nécessaire tienne dans un sac plus petit. Certains arrivent à mettre le tout dans un sac 5 litres, mais nous vous recommandons un de 10 litres.

    Dans certains cas, il arrive que l’on tente de tout mettre dans un sac de 5 litres, nous obligeant de faire l’impasse sur les éléments essentiels. On doit toujours faire l’inverse : réunir le matériel nécessaire, puis choisir le sac qui pourra tout contenir.

    De nos jours, tous les sacs à dos pour le trail running sont, ou tendent à être en forme de gilet. Certains pourront se sentir serrés, d'autres moins. Mais tous s'ajustent autour du corps pour que le poids ne nous déséquilibre pas et, de plus, assurer un meilleure répartition du poids.

    Tous ces sacs proposent des porte-bouteilles, voire la possibilité d’inclure un système d’hydratation et tout le nécessaire pour avoir les objets à portée de main, sans que l’on doive s’arrêter.

    4. Les systèmes d’hydratation

    Les efforts athlétiques fournis des fois pendant plus de 24 heures, les endroits reculés et sans accès à l’eau, sont quelques uns des éléments qui constituent un ultra. Si l’hydratation est un aspect important dans n’importe quelle activité, elle est fondamentale dans un ultra trail.

    L’hydratation dans les courses à pied en montagne doit être efficace : les dispositifs ne doivent en aucun cas gêner nos mouvements et doivent être à la fois accessibles. Cela nous permettra de boire sans que nous ayons à nous arrêter.

    Système d’hydratation inclus dans un sac à dos Salomon
    Un aspect important également : la potabilité de l’eau. Dans certains cas, il conviendra de purifier l’eau que l’on trouvera sur notre chemin. C’est chose facile de nos jours grâce aux gourdes purifiantes.

    De quoi ont-elles l’air ? Si vous désirez en savoir plus sur le thème des systèmes d’hydratation pour courir en montagne – gourdes rigides, flexibles, (le tout pouvant être intégré dans les sacs, les gilets, ou les sacs banane), et découvrir des conseils plutôt intéressants, nous vous recommandons de lire l’article suivant Comment choisir votre système d'hydratation pour la course à pied en montagne?

    5. Les bâtons

    Les bâtons sont fondamentaux lorsque l’on se lance dans un ultra. Ils le sont presque toujours. Mais la différence entre les avoir ou non, une fois les 50-60 km de course atteints et qu’il reste encore la moitié, est considérable.

    Le problème avec les bâtons il n’y a pas encore si longtemps, était leur poids et un transport peu commode. Au cours d’un ultra trail, il y aura toujours des moments où nous n’en avons pas besoin. Ce n’est désormais plus un problème et pour deux raisons :

    • Les sacs à dos modernes et les gilets pour le trail sont conçus pour porter les bâtons
    • Les derniers bâtons de trail running ont un poids réduit et sont dépliants
    Notre compagnon Fernando Tomás, pendant l’Ultra Trail du Mont Blanc. Foto: Barrabes, F. Tomás

    6. Les lampes frontales

    Il semble impossible de terminer une course de plus de 100 km en montagne sous la lumière du jour. Passer une partie de la nuit est inévitable, d’où l’importance de bénéficier d’un bon éclairage.

    C’est dans ce contexte que les lampes frontales sont notre unique option : Elles nous permettent de courir en ayant les mains libres et d’avoir directement sous les yeux la partie éclairée par la lampe.

    Celles d’aujourd’hui disposent de LEDs avec les avantages que cela comporte : lumière de couleur naturelle, une faible consommation qui implique une plus grande durabilité et le fait que nous pouvons l’utiliser pendant plusieurs heures en bénéficiant de la même intensité de lumière, un poids plus réduit, une lampe moins volumineuse, un réglage possible du faisceau de lumière si l’on souhaite focaliser un objet qui se trouve près ou loin.

    Le début du Gran Trail Aneto-Posets dans les rues de Benasque. Le départ est à minuit
    En ce qui concerne la durabilité de la batterie – rechargeable – elle est élevée. De plus, elle est amovible et de petite taille. Il est donc possible d’emmener une batterie de rechange sans à nous soucier de l’espace ou du poids.

    Il existe des lampes petites et très légères, mais il convient de s’assurer que la puissance de l’éclairage soit au moins de 200 lumens. Le fait de courir implique que l’on doit voir de loin. Avec un éclairage peu puissant, nous serions surpris par les quelques obstacles qui se dressent sur notre chemin. Par ailleurs, voir de loin nous permettra de mieux nous orienter.

    7. L’alimentation

    Si l’hydratation est essentielle et fondamentale dans un ultra trail, que dire de l’alimentation ?

    Il est vrai que la grande partie de la préparation vient avant l’épreuve. Pendant celle-ci, il est nécessaire de reprendre des forces régulièrement pour éviter que notre corps perde son équilibre homéostatique. N’oubliez pas que votre corps sera en activité pendant plus de 24 heures.

    Il est normal que dans les points de ravitaillement ou dans les arrêts un peu plus longs, on mange quelque chose de plus solide et « trivial ». Pendant l’épreuve, ce sont les barres et les gels qui seront nos alliés.

    Nous devons porter notre choix sur ceux qui sont naturels et conçus pour ce type d’épreuve. Le thème est beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît. En effet, ils apportent juste ce dont notre organisme a besoin, sans « résidus ». Leur composition permet une ingestion rapide, ce qui est fondamental lorsque nous avons un petit coup de barre.

    D’autres matériels indispensables pour la sécurité en ultra trail

    1. Les crèmes anti-frottement

    Elles peuvent nous rendre la vie facile lorsque nous courrons, mais dans le cadre des ultra trails, elles sont aussi obligatoires que les chaussures. Si nous ne faisons pas attention aux zones sensibles, elles se verront sérieusement affectées après plus de 24 heures de friction continue.
    Spray Care Plus Camphor

    2. Les lunettes pour courir en montagne

    En montagne, les rayons UV, la neige, le vent peuvent affecter nos yeux. Parmi toutes les protections, les lunettes pour la montagne ne sont pas à négliger au moment de parcourir un ultra trail.

    3. Couverture de survie, un sifflet, un téléphone portable chargé, un localisateur

    On ne sait jamais ce qui peut nous arriver dans les endroits aussi reculés. C’est pourquoi, il est toujours bon d’emporter ces objets avec soi.

    La couverture de survie nous protégera du froid ou de la chaleur tandis que le téléphone portable nous permettra de nous communiquer en cas d’urgence.

    Si nous choisissons de partir en solitaire, et que quelques zones sur le trajet seront dépourvues de réseau, il est conseillé d’emmener des localisateurs satellites.
    Spot Gen-3, Localisateur sattelite
    Le sifflet est obligatoire. Avant d’en acquérir un, vous devez prendre en compte une chose : presque tous les sacs à dos comportent un petit sifflet incorporé au crochet du sangle au niveau de la poitrine. En réalité, il ne s'agit pas d'un accessoire : cette pièce est généralement conçue de telle sorte qu'en soufflant à travers elle, elle agisse comme un sifflet.

    Bien sûr : le volume sonore de ce sifflet s’étend aux zones de proximité. Si nous prévoyons d'entrer dans des zones brumeuses, ou dans toute situation dans laquelle nous pourrions avoir besoin d'être entendus à longue distance, nous recommandons un sifflet traditionnel plus grand - ils pèsent moins de 10 grammes -... mais ce n'est pas un système de boule interne . Il faut la porter accrochée à la sangle de votre sac à dos, et on vous dit par expérience que le petit bruit de la boule qui rebondit et frappe lorsque l’on court finit par vous rendre fou sur une longue distance.

    4. Les montres GPS/altimètre pour la montagne

    Les montres conçues pour aller en montagne, en plus de fournir les indications relatives à la course, contiennent des fonctions spécifiques telles que le baromètre, la boussole, le GPS, l’altimètre, qui peuvent s’avérer être très utiles lors d’une sortie, indépendamment du fait que la route soit balisée ou non.

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.