Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Le développement durable du matériel de montagne : un défi presque atteint

Il ne fait aucun doute que le matériel de montagne continue d'évoluer vers des critères plus techniques et plus respectueux de l'environnement. L'alpinisme du XXIe siècle exige de plus en plus d'équipements qui permettent de réaliser des défis de plus en plus difficiles tout en respectant l'environnement et le bien-être des animaux. Nous vous proposons ici un article expliquant les principales normes de développement durable que ce soit au niveau de la chaine d'approvisionnement en matières premières, de l'utilisation des ressources, de la gestion des déchets ou du respect des travailleurs.

Les matières premières et la nécessité de s'assurer qu'elles proviennent de sources éthiques. Photo Devold

Nous faisons face au premier d'une série d'articles dans lesquels nous tenterons d'expliquer comment les fabricants de matériel de montagne s'engagent à préserver l'environnement et à offrir des conditions décentes aux travailleurs qui fabriquent notre matériel.

Pour cela, ce premier article expliquera les normes internationales les plus importantes qui réglementent ces aspects, en ne citant que celles qui sont vérifiables et indépendantes, c'est-à-dire en excluant celles faites par les marques elles-mêmes pour considérer que l'action, bien qu'étant sans doute un acte louable de bonnes intentions, n'est pas entièrement objective. Parmi celles existantes, sachant que nous en avons oublié certaines, nous passerons en revue les normes et certifications suivantes :

  • Normes ISO.
  • Certifications sur les matières premières d'origine animale (plume, laine, cuir).
  • Certifications sur la production et les matériaux.
  • Certifications sur les conditions de travail.

L'importance des normes environnementales et socialement responsables

Vous vous êtes peut-être déjà demandé pourquoi le produit que nous trouvons dans les magasins de mode ou les grands magasins a un prix nettement inférieur à celui des produits de montagne équivalents. Non seulement lorsque nous valorisons l'achat des produits les plus techniques et les plus difficiles à fabriquer, mais souvent même dans de simples chemises en coton, pour prendre l'exemple le plus extrême.

Malgré la réduction évidente des marges bénéficiaires lors de la fabrication à grande échelle, on constate souvent, derrière ce genre de production, des économies sur la qualité, les matériaux, la technologie, mais aussi sur les conditions de travail, de fabrication et les matières premières. La différence de prix entre une doudoune d'un magasin de prêt-à-porter et un produit comparable d'un magasin technique est-elle justifiée ? La réponse est oui, et elle repose sur la qualité logique du produit, mais aussi sur les exigences imposées à sa fabrication.

Les fabricants et les points de vente sont de plus en plus sensibilisés à la question du développement durable.

Nous qui pratiquons des activités de montagne, nous savons bien l'importance que revêt le respect de la réglementation des produits qui font partie de notre équipement. La sécurité de chaque activité, qu'il s'agisse d'escalade, de ski, de canyoning, de spéléologie ou de toute autre activité dans laquelle nous poussons notre équipement à la limite, est garantie grâce à des contrôles de résistance et de qualité exhaustifs. Ces exigences minimales de sécurité pour nos équipements sont certifiées par des sociétés indépendantes qui accordent ou non les sceaux d'approbation pour la commercialisation de ces produits.

Cependant, cette exigence envers le matériel n'est pas seulement revendiquée dans les critères de sécurité. La sensibilité à l'environnement naturel a toujours amené les personnes qui s'équipent pour leurs activités en montagne, mais surtout ces dernières années, à s'interroger de plus en plus sur la provenance et les conditions de fabrication du matériel qu'elles utilisent pour aller en montagne. Heureusement, non seulement les clients mais aussi les marques techniques et les points de vente comme Barrabes partagent cette sensibilité et le développement durable social et environnemental devient de plus en plus un critère de choix pour notre matériel. Le fait qu'il existe des organisations qui certifient de manière indépendante l'origine éthique de nos équipements est une condition sine qua non pour choisir une marque qui répond à nos critères éthiques.

Normes ISO

Les normes ISO (International Organization for Standardization, Organisation internationale de normalisation) sont un ensemble de normes volontaires pour les entreprises, visant à ordonner la gestion d'une entreprise dans ses différents domaines. Elles garantissent au consommateur un produit fabriqué selon des paramètres qui, dans chaque domaine, sont généralement plus stricts que la législation de chaque pays. Ces deux aspects sont importants : d'une part, il s'agit de normes volontaires et, d'autre part, elles sont assez strictes. Cela signifie que les entreprises qui obtiennent la certification ISO dans chaque domaine ont passé des tests très exigeants qui garantissent qu'elles sont très proches de l'excellence.

Il arrive que certaines entreprises, pour ne pas avoir à se conformer aux mesures environnementales de leur pays d'origine, choisissent de délocaliser leurs usines dans des pays en développement où la législation sur la protection de la nature est plus laxiste. Choisir un fabricant ayant des normes ISO approuvées garantit que son niveau d'exigence est supérieur à la législation de chaque pays.

Dans le secteur du matériel de montagne et en lien avec le sujet que nous traitons, la ISO 14001 (Systèmes de management environnemental) est celle qui nous intéresse le plus. Dans cette norme, les exigences en matière de responsabilité environnementale telles que les émissions, la pollution, les éléments contre le changement climatique ... en plus de l'étiquetage et des chaînes d'approvisionnement durables sont marquées. En bref, la norme établit les paramètres que les entreprises doivent respecter pour une gestion environnementale respectueuse et efficace.

La norme ISO 14001 qui garantit une bonne gestion en matière d'environnement. Image ISO.

Plumes, cuir, laine...le problème des matières d'origine animale

Plumes, cuir, laine... il existe un certain nombre de matières naturelles utilisées dans le matériel de montagne qui n'ont pas encore trouvé de substitut synthétique à la hauteur de leurs caractéristiques. Les peaux de phoque ne sont plus fabriquées à partir de phoques et la graisse de cheval n'est plus appliquée sur les chaussures depuis des années. Progressivement, les progrès technologiques permettent de trouver des substituts synthétiques aux produits issus des animaux. L'origine animale de ces matériaux nous amène à nous demander d'où ils viennent et dans quelles conditions vivaient les canards, les oies, les vaches et les moutons dont ils sont issus.

Presque toutes les marques de montagne utilisent des plumes issues de sources durables. Photo Rab.

Il existe un certain nombre de certificats généraux pour les textiles d'origine animale, du cuir, de la laine et de la plume, très utilisés dans le monde de la montagne, à d'autres qui le sont moins, comme la soie. Comme caractéristiques communes à tous ces certificats, nous pourrions retenir le bien-être animal et les conditions écologiques des processus associés comme le tannage ou la teinture. Bien que l'on puisse trouver des protocoles qui concernent le textile de manière générale, comme le GOTS (Global Organic Textile Standard) qui certifie l'origine biologique, sans polluants ni toxines et avec un travail décent pour les producteurs, il est habituel que chaque produit naturel ait ses propres processus spécifiques. Voici quelques-uns des principaux parmi les marques de montagne :

Plume : RDS (Responsible Down Standard) y Advanced Global Traceable Down Standard

Nous avons déjà évoqué les caractéristiques des vêtements en duvet et pourquoi ceux-ci, à ce jour, présentent encore des conditions d'isolation et de légèreté qui n'ont été égalés par aucune fibre synthétique.

Le matériel de montagne repose toujours sur des fibres animales. De préférence, elles proviennent de petits producteurs.

Sans remettre en cause les qualités des fibres naturelles, il existe un débat éthique sur l'origine du duvet et les conditions de vie des oiseaux, parfois des canards, mais surtout des oies. L'Union européenne interdit les pratiques de plumage à vif, à l'exception des périodes de plumage naturel des oiseaux, mais dans d'autres pays, principalement en Chine, une oie peut être plumée toutes les 6 semaines tout au long de sa vie, selon les organisations environnementales.

Les marques de montagne, manifestement conscientes des enjeux environnementaux ou, pourquoi ne pas le dire, craignant que la sensibilisation des clients ait un impact sur les ventes, précisent clairement depuis des années que leurs duvets proviennent d'oiseaux européens, garantissant ainsi que le plumage, dans le pire des cas n'a eu lieu que dans les cycles naturels de l'oiseau. Néanmoins, nous trouvons des certificats qui nous permettent de savoir que les conditions de vie des oies et des canards dans les fermes ont été adéquates, et pas seulement en ce qui concerne la manière dont la plume a été obtenue.

Le RDS (Responsible Down Standard) et le Advanced Global Traceable Down Standard sont deux paramètres exigeants pour obtenir du duvet de manière responsable. C'est Patagonia en 2013 qui a annoncé que cette année-là (et depuis pour toujours) dans ses vêtements 100% du duvet avait été obtenu de manière responsable, sans infliger de souffrances inutiles aux animaux. Pour le certifier, il a été soumis à l'audit permanent de la société indépendante NSF International. The North Face en 2014 a fait la même annonce bien que son standard n'était pas aussi exigeant. Ce n'est que quelques années plus tard avec l'apparition du RDS 3.0 qui a pratiquement égalé les critères de Patagonia, cédant également l'audit à la société Textile Exchange. Petit à petit, presque toutes les marques se sont ralliées à ces pratiques.

Logo RDS. Image Control Union

En parlant de l'interdiction de la plumaison à vif par l'Union européenne, nous avons cité la seule exception où elle est autorisée : les périodes de mue des oiseaux. Selon les groupes protectionnistes, c'est une porte ouverte aux pratiques contraires au bien-être animal car cela maintient les oiseaux dans un état de stress et de souffrance. De plus, il est difficile de prouver si le duvet est tombé à cause de la mue ou s'il a été plumé. De même, les plumes peuvent provenir d'animaux qui ont déjà été abattus mais qui ont passé leur vie dans de très mauvaises conditions, ce qui exclut à nouveau le bien-être des animaux.

Nous l'avons mentionné un peu plus tôt : dans le souci d'éviter de tels mauvais traitements des oiseaux lors de la collecte du duvet, le Certificat RDS (Responsible Down Standard) a été créé. Il établit une série de règles sur l'élevage des canards et des oies qui doivent être respectées pour obtenir l'homologation. Parmi tous ces éléments, les deux plus importants sont les suivants :

  • Les oiseaux n'ont pas été soumis à une alimentation ou une hydratation forcée.
  • La collecte de plumes n'a pas été effectuée de son vivant, pas même pendant les périodes de mue.
  • 100% des plumes utilisées doivent répondre à ces prémisses pour être labellisées RDS.
  • Les oiseaux sont maintenus dans de bonnes conditions à tous les stades de leur vie.

Pour en savoir plus sur les critères du Responsible Down Standard, nous vous invitons à consulter ce lien sur le RDS

Laine: RWS (Responsible Wool Standard)

Sur les avantages de la laine comme isolant thermique , nous en avons parlé dans l'article sur la laine mérinos que nous vous invitons à relire. La collecte de la laine est un processus dans lequel il ne doit pas y avoir de souffrance animale. Le mouton est maintenu en vie et le processus devrait être indolore. Toutefois, comme pour toute fibre naturelle, le consommateur peut avoir des doutes sur la procédure de tonte des moutons, ainsi que sur les conditions de vie des animaux.

Laine obtenue sans maltraitance animale et dans de petites exploitations. Photo Devold.

Le protocole RWS (Responsible Wool Standard) certifie que les moutons vivent dans des conditions dignes et que dans la séquence de tonte, de cardage, de filage, etc... les procédés sont respectueux de l'animal et de l'environnement. Comme dans le cas des autres matières premières animales, ce sont des sociétés tierces qui contrôlent et certifient de manière indépendante que le traitement de la laine est effectué conformément aux exigences établies.

Cuir

La large gamme de noms donnés à la peau de vache, qu'il s'agisse de daim, de croûte de cuir, de nubuck, de cuir grainé.... donnent une idée de l'ampleur et de la spécialisation de ce matériau naturel dans l'industrie textile. Dans le monde de l'équipement de montagne, son utilisation a été pratiquement reléguée aux chaussures, où ses caractéristiques de résistance, d'imperméabilité et de longévité sont très appréciées, notamment dans les chaussures de haute montagne.

La mort de l'animal crée un rejet éthique croissant et le traitement ultérieur de la peau (tannage, teinture...) est souvent réalisé avec des procédures écologiquement non durables chez des marques peu consciencieuses.

Pourtant, bien que les principaux fabricants travaillent déjà avec des matières premières certifiées, il existe encore sur le marché des marques qui, pour des raisons de coûts, utilisent des cuirs sans traçabilité garantissant qu'ils n'ont pas contribué à une éventuelle contamination.

La traçabilité du cuir dans les marques de montagne garantit le bien-être des animaux.

L'Higg Index ou les normes du Working Leather Group sont quelques-uns des processus de vérification qui prennent en compte la pollution, les produits toxiques et les conditions de travail dans les tanneries pour garantir au consommateur un produit de qualité, sans conséquences pour sa santé et avec une empreinte environnementale la plus faible possible.

Pollution durant la fabrication, sécurité et impact environnemental

En lien avec l'environnement, mais pas exclusivement, on trouve un autre type de paramètres que certaines marques sont prêtes à respecter. Il s'agit des exigences liées à la pollution découlant des processus de fabrication, notamment en termes de teinture et de produits chimiques utilisés dans leur fabrication; la gestion des déchets, la contamination inhérente à la fabrication d'un vêtement et les implications que les matériaux utilisés peuvent avoir sur notre corps et les organismes vivants, sont des aspects que de plus en plus de marques, de magasins et de sportifs tendent à valoriser.

Bluesign®

Bluesign® est une société indépendante qui a vu le jour en 2000 avec pour objectif fondamental de motiver les fournisseurs, les fabricants et les grandes marques à réduire l'empreinte environnementale des textiles, en mettant l'accent sur les produits chimiques utilisés. Le but de Bluesign a toujours été de parvenir à une production textile responsable dans la deuxième industrie la plus polluante au monde après le pétrole, avec 20% des eaux usées et 10% de toutes les émissions de carbone produites en un an sur la planète.

Ainsi, Bluesign® s'est fixé trois objectifs pour accorder son sceau de conformité :

  • Sécurité pour le consommateur.
  • Fabrication avec le moindre impact possible sur les personnes et l'environnement.
  • Utilisation responsable des ressources.

Lorsque nous trouvons un vêtement avec le sceau Bluesign®, nous pouvons être sûrs que les éléments qui le constituent, de son tissu aux traitements et teintures, ne sont pas dangereux pour la santé et ont également été réalisés en respectant l'environnement et la gestion des déchets.

Label Bluesign. Image Bluesign.

Environ 1 000 marques, fabricants et fournisseurs de produits chimiques dans le monde adhèrent actuellement aux exigences de Bluesign® pour certifier la sécurité environnementale, de fabrication et d'utilisation de leurs produits.

Si vous voulez plus d'informations, dans ce lien vers les critères Bluesign, vous pouvez voir ce qui est exigé des marques pour obtenir le label Bluesign.

Conditions de travail

La prise de conscience relative aux processus de fabrication comprend également des conditions de travail acceptables, des salaires décents et l'absence de toute forme d'exploitation. Ces éléments de base ne sont pas toujours pris en compte, mais ils constituent jour après jour une exigence pour les personnes impliquées dans ce sens.

Fair Trade (Commerce équitable) y Fair Wear Foundation

La stratégie des entreprises pour réduire les coûts et offrir un produit compétitif consiste à délocaliser les processus de fabrication dans des endroits où les salaires et les coûts de production sont moins élevés. Cette façon de travailler n'est pas nouvelle et est répandue dans le secteur du textile, mais elle cache souvent des conditions de travail peu éthiques pour les travailleurs. De nombreux produits que nous trouvons dans les grandes surfaces continuent de nous surprendre avec leur prix bas qui n'est rien d'autre que le reflet de conditions de travail déplorables dans le processus de fabrication, avec des salaires ridicules, des installations précaires et l'exploitation de la main-d'œuvre.

Fondée en 1997, Fair Trade™ est une association de certification qui se veut être un outil efficace contre la pauvreté et en faveur des droits de l’homme. Les entreprises qui veulent obtenir la certification Fairtrade™ doivent passer un audit de la chaîne de production dans lequel est examiné le respect des exigences contre le travail des enfants, en faveur de l'égalité des sexes, de la justice salariale... et d'autres exigences encore plus évidentes, comme l'interdiction du travail forcé ou le respect des droits de l'homme et des travailleurs. Actuellement, quelque 66 000 travailleurs et travailleuses dans dix pays sont protégés par le label Fair Trade™.

Label Fairtrade. Image Fairtrade

Certains des critères permettant à un produit d'être certifié Fairtrade sont les suivants :

  • Des salaires et des conditions dignes pour les travailleurs.
  • Pas de travail infantile ni de discrimination salariale entre les sexes.
  • Les organisations syndicales et les associations participatives et démocratiques sont autorisées.
  • Une partie des bénéfices de l'entreprise est consacrée à l'éducation et aux soins de santé pour l'ensemble de la communauté.
  • Respect de l'environnement dans tous les processus de production.

Pour certifier que ces conditions soient remplies, il existe des critères stricts d'impartialité de Fair Trade :

  • Les auditeurs sont totalement impartiaux et sont régulièrement réassignés.
  • Seul le certificat paie les honoraires de l'auditeur.
  • L'audit présente un rapport minutieusement documenté dans un souci de transparence.

Depuis 1999, la Fair Wear Foundation s'efforce de réaliser quelque chose d'aussi élémentaire que de montrer qu'il est possible de fabriquer de manière éthique. Ils essaient de mettre en œuvre dans le monde du textile le Fair fashion, la mode équitable, qui a trait aux droits fondamentaux et au fait que ceux-ci soient communs et non une exception dans le secteur. Les marques qui en font la demande doivent s'améliorer progressivement pour atteindre des conditions correctes sur trois niveaux qui leur octroient l'accréditation en tant qu'entreprise de fabrication éthique : les conditions de travail éthiques des usines que ces marques possèdent dans le monde ; les inspections auxquelles elles seront soumises et l'écoute en personne des travailleurs de ces usines.

Quelque 140 marques portent le sceau de la Fair Wear Foundation, qui certifie qu'elles subissent des audits pour vérifier qu'elles soient à la hauteur des exigences de la fondation. Parmi elles, quelques marques exclusivement montagnardes comme Deuter, Dynafit, Mountain Equipment, Odlo, Ortovox, Salewa, Vaude ou Wild Country.

Conclusions

La majorité des marques de montagne, des magasins qui distribuent leurs produits et des personnes qui utilisent leurs produits sont de plus en plus conscients de l'importance de la responsabilité environnementale. La fragilité de l'environnement dans lequel nous évoluons et que nous observons chaque jour avec la disparition des glaciers, la pollution de l'eau, la mort d'espèces ultrasensibles ou l'impact négatif des déchets ou des infrastructures, nous rend de plus en plus conscients de la nécessité de prendre soin de la planète tout au long de la chaîne et nous devenons donc beaucoup plus exigeants.

La sélection par le consommateur, le choix des gammes par les magasins et la fabrication responsable des équipements sont autant de petits pas vers une planète plus responsable et plus solidaire. Nous espérons que cet article, le premier d'une série sur la durabilité, vous a permis d'apprendre ou de prendre conscience de ce que nous pouvons faire tous ensemble pour préserver durablement notre maison appelée Terre.

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.