Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Casques Petzl : la protection Top et Side. Un protocole de sécurité complet.

Une partie aussi délicate que la tête mérite une protection totale. La réglementation est exigeante et respecte tous les paramètres de sécurité, mais Petzl a mis en place un nouveau protocole qui offre une protection encore plus grande en cas de chute ou d'impact sur toute la surface du casque.

La protection de la tête est essentielle en escalade. Photo Sam Blé / Petzl.

Le casque a été et demeure l'un des éléments de sécurité pour lequel on observe le plus d'incohérence chez les grimpeurs au regard de la protection que l'on sait qu'il offre et du peu d'usage qui en est fait. Pratiquement ignoré en escalade sportive jusqu'à il y a peu d'années, il est aujourd'hui de plus en plus courant de le voir dans de nombreux sports de montagne. A l'instar de ce qui s'est passé pour le vélo ou le ski, en quelques années, il est passé du statut d'élément anecdotique dans l'équipement sportif à celui d'indispensable pour n'importe quelle activité.

Il n'y a que dans des activités comme la spéléologie où le port du casque n'a jamais été remis en cause. Jusqu'à bien au-delà de la moitié du vingtième siècle, les grimpeurs ne portaient pas de casque, indépendamment de l'exposition aux chutes de pierres qui caractérisait des régions comme les Dolomites ou Riglos. Seul un bonnet de laine particulièrement moelleux servait de protection minimale contre les habituelles chutes de pierres.

Quelque chose a commencé à changer en 1958 lorsque Kurt Diemberger et Wolfgang Stefan ont escaladé la paroi nord de l'Eiger; autre célèbre paroi rocheuse oú vole les cailloux comme des projectiles; avec leurs tout nouveaux casques d'alpinisme. L'ascension de l'Eiger Nordwand était particulièrement tragique depuis des années et son ascension figurait dans de nombreux journaux de l'époque. Diemberger raconte : "L'apparition de nos photos casquées dans plusieurs journaux a relancé la vente. Nous n'avons pas obtenu de bénéfice, mais il est agréable de penser que, grâce à la publicité de qualité qui a été faite sur cet accessoire utile, notre ascension a contribué à accroître la sécurité de nombreux alpinistes qui entreprenaient de grandes aventures et à en sauver plus d'un."

Ce fut un grand succès..”

À partir de là, l'utilisation des casques en alpinisme a commencé à se populariser peu à peu et toujours avec la même intention : protéger des chutes de pierres. Or, il n'a pas encore été considéré ou n'a pas été pris en compte qu' un casque doit aussi protéger en cas de chute et amortir les impacts sur toute la surface de la tête.

L'utilisation des casques dans l'alpinisme est aujourd'hui incontestable. Photo Thomas Senf / Petzl.

Les casques rigides de structure semi-sphérique (ils étaient connus sous le nom de "calimeros", les plus jeunes devraient consulter cette référence pour mieux la comprendre) remplissaient leur fonction protectrice mais n'étaient pas particulièrement confortables, ni faciles à régler, ni ventilés, ni légers. Pour ces raisons et quelques autres ( ils n'étaient pas non plus bon marché), leur utilisation était réservée aux itinéraires fondamentalement exposés aux cailloux, aux activités telles que les nouvelles ouvertures, la spéléologie ou les couloirs hivernaux.

Petit à petit et en parallèle, deux faits évoluèrent pour se combiner parfaitement : d'une part, la fabrication des casques, notamment grâce à la technologie in-mold qui a permis de créer des modèles beaucoup plus pratiques tant au niveau du poids, de l'ajustement, de la ventilation, du prix ou même du design. D'autre part, la prise de conscience que le casque est un élément de sécurité essentiel et la nécessité de le porter par les alpinistes et les montagnards.

Chute en escalade sportive avec un choc frontal sur le rocher. Photo Petzl.

Que dit la réglementation à propos de la protection des casques ?

Pour notre tranquillité d'esprit, il n'y a pas seulement une norme pour les casques d'escalade, mais deux. D'une part, la norme européenne EN-12492 réglemente l'absorption des chocs qui, tant dans la zone zénithale du casque que dans les parties latérales, frontales et dorsales de celui-ci, en laissant tomber un objet de 5 kilogrammes de masse, la force reçue par notre tête ne peut jamais dépasser 10 kN.

Graphique des normes de casque EN-12492 et UIAA-106. Graphique UIAA.

La différence dans les tests entre l'absorption verticale et l'absorption latérale, frontale et dorsale est que l'objet, en plus d'avoir une forme différente, est lancé à partir de 2 mètres de hauteur pour l'absorption verticale et de 50 centimètres pour l'absorption latérale, frontale et dorsale. Ces dernières zones sont considérées comme étant celles qui sont à 60º du point le plus haut du casque. Sur ce point, qui est plus important qu'il n'y paraît, nous reviendrons plus tard.

D'autre part, nous avons la norme UIAA-106. Contrairement aux euronormes, qui sont obligatoires si le fabricant veut que son produit soit admis dans la catégorisation, les normes de l'UIAA (Union internationale des associations d'alpinisme) sont volontaires. Elles nous garantissent cependant, en tant qu'utilisateurs, des niveaux de protection plus élevés que les normes européennes déjà exigeantes. Dans le cas de l'UIAA-106, qui complète la norme EN-12492, les méthodes de contrôle sont les mêmes, mais la force reçue par notre tête ne peut jamais dépasser 8 kN.

Un pas de plus : Protection Top et Side par Petzl

Avec ces données de protection, il semble clair que les casques homologués pour l'escalade devraient être assez sûrs. Mais sont-ils réellement si sûrs, les casques que nous utilisons en montagne ? En un mot, la réponse est oui, ils sont très sûrs. Ils protègent d'une grande variété de chocs susceptibles d'être reçus en montagne où le plus grand danger vient généralement d'en haut. Mais il existe d'autres dangers moins évidents et pour lesquels les strictes normes des casques finissent par ne pas nous protéger du tout : les chocs à la tête lors des chutes.

Zones de protection dans le protocole de protection Top et Side. Graphique Petzl.

Des activités telles que le ski de randonnée, la traversée de glaciers ou le canyoning sont particulièrement sujettes aux chocs sur la tête en raison des glissades à cause de la neige, la glace ou les pierres humides et moussues. Ces chutes, moins évitables en cas de fatigue ou avec des sacs à dos lourds, ne sont pas toujours amorties par les mains et la tête a tendance à heurter le sol fréquemment.

Les canyons, un endroit propice aux chutes. Photo David Serrano.

En escalade sportive, où le port du casque est moins répandu, l'existence de grands surplombs ou la (fausse) perception d'un environnement sûr par l'absence d'éléments instables au-dessus, font que beaucoup de personnes pensent qu'un coup à la tête est pratiquement impossible. De plus, l'exemple de nombreux grimpeurs d'élite qui ne portent toujours pas de casque, peut-être pour les mêmes raisons, ne contribue pas à en encourager son utilisation.

Alex Huber dans Mauerläufer. Photo: Heinz Zak, Facebook Huberbuam

Cependant, un enchevêtrement fortuit entre les cordes et les jambes, une boucle lors d'un "vol" ou un pendule latéral lors d'une chute sont souvent les causes de venir heurter la paroi avec la tête . Le résultat est au mieux simplement douloureux.

Ces coups ne se produisent pas toujours dans la zone zénithale du casque. Nous avons déjà vu que la réglementation exige également que les zones périphériques du casque soient protégées, mais le casque entier peut-il protégé ? La réalité est surprenante : la réglementation exige une protection entre le point zénithal et son environnement selon un angle de 60º, mais cela laisse les bords du casque sans protection, une zone pourtant essentielle étant donné sa proximité avec le visage.

Tests d'impact Top et Side Protection. Photo Petzl.

La Protection Top and Side est un protocole que Petzl met en œuvre dans plusieurs de ses modèles de casque et qui permet de répondre aux exigences de la norme EN-12492 sur toute la surface du casque. C'est quelque chose de très important dans n'importe quelle situation mais particulièrement dans les activités que nous avons mentionnées dans lesquelles nous pouvons subir des chutes dans n'importe quelle position comme le ski de randonnée, le canyoning, la marche sur glacier... et bien sûr dans le cadre de l'escalade et de l'alpinisme.

Pour tout savoir sur le protocole de protection Petzl Top and Side et découvrir ses avantages, Petzl a créé une vidéo qui fait partie d'une série de tutoriels sur la sécurité en escalade qui nous apprendra certainement beaucoup.

Les casques Petzl conformes aux exigences de protection Top and Side avec la gamme Boreo (Boreo, Borea et Boreo Espeleo), le Picchu casque pour enfants, le Meteor et le Sirocco.

Nous espérons que vous avez découvert l'importance d'une protection complète de la tête avec cet article et cette vidéo.

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.