Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Comment choisir votre troisième couche pour les activités en plein air et en montagne

Les troisièmes couches, les vestes de type Gore-Tex ont leur importance en montagne. Vous trouverez dans cet article les différents types et nous allons vous aider à y voir plus clair.
Situation dans laquelle une troisième couche devient essentielle en montagne. Photo: Ignacio Ferrand
Les vestes de troisième couche pour la montagne, imperméables et respirantes, font partie du système de couches de vêtement pour la montagne.

Les couches de vêtement en montagne revêtent toutes la même importance. C’est pourquoi, nous vous recommandons de consulter ces différents articles :

Nous allons vous expliquer au cours de cet article les différents types de troisième couche que l'on peut trouver, leur utilisation, et laquelle est la plus adaptée à l’activité que vous allez entreprendre. Si vous voulez savoir comment ces vêtements fonctionnent, nous vous recommandons de lire cet article également:

L’article sur les membranes est certes assez technique, mais pas moins intéressant. Nous y expliquons des choses importantes, telles que les différences entre une 2ème et une 3ème couche, les différentes membranes, leurs avantages et leurs inconvénients (Futurelight, Gore-tex, Pertex, eVent, etc.). Nous y abordons également certaines questions techniques qui vous aideront à comprendre comment ils fonctionnent et les sensations qu’ils procurent, de quoi vous aider à faire le choix.

Introduction. Un rappel sur le système de couches

Tout alpiniste ou personne qui pratique des activités de plein air dans des conditions défavorables a besoin d'une protection contre les intempéries (basses températures, vent, pluie, neige.).

En d’autres mots, le vêtement doit pouvoir nous maintenir au chaud et au sec, non seulement en empêchant la neige ou la pluie de nous atteindre mais aussi en favorisant une rapide et efficace évacuation de notre transpiration tout au long de notre activité en montagne.

C’est dans ce but que le système de 3 couches a été créé :

  • Une troisième couche extérieure imperméable et respirante dont la mission est d'empêcher la pluie, le vent et la neige de nous atteindre. Elle permet également d’évacuer l’humidité causée par la transpiration.
  • Une deuxième couche intermédiaire dont la mission est de fournir et maintenir la chaleur
  • Et une première couche intérieure qui épouse la forme de notre corps. Son rôle est d'éloigner l'humidité de la transpiration et, dans certains cas, de coopérer avec la deuxième couche pour retenir la chaleur.

Cependant, comme nous le verrons, le système évoqué ci-dessus peut connaître quelques changements, non seulement à cause des multiples combinaisons qu'il permet, mais aussi à cause de la création de nouveaux vêtements, donnant lieu à la création d’un système 2,5-3 couches.

L’évolution de la troisième couche

La 1ère et la 2ème couche ne seraient d'aucune utilité si, dans des conditions défavorables, ils se retrouvaient humides ou si ils laissaient passer le froid, ce qui nous mettrait sérieusement en danger en montagne.

C'est pourquoi la troisième couche est d’une importance vitale dans le système : sa fonction est particulièrement nécessaire lorsque surviennent les intempéries.

Pourquoi la troisième couche est-elle si importante?

  • Indispensable. C'est la protection dont on a besoin en montagne quand le temps se gâte. Sans cela, nous pourrions avoir de sérieux ennuis. On ne peut pas s'en passer si on fait une sortie en montagne.
  • Il s’agit donc d’un écran de protection au combien efficace en cas d’intempéries. Cependant, cette efficacité diminue si les conditions climatiques ne sont pas si mauvaises. La troisième couche peut même nous pénaliser.
Il est bien entendu toujours bon d’avoir une troisième couche traditionnelle, imperméable, coupe-vent et respirante sous la main. Il y n’y a pas encore si longtemps, c’était le seul moyen de protection dont nous disposions au niveau des systèmes de couche. Ces vêtements, vestes et pantalons, ont toute leur utilité pendant les intempéries. Cependant, leur plus faible capacité respirante nous pénalise lorsque les conditions climatiques sont plus clémentes.

C’est à partir de ce constat qu’un autre type de vêtement a été créé. Comme nous l’expliquions dans l’article Deuxième couche : des conseils pour choisir la plus adaptée à chaque type d'activité, on peut parler aujourd’hui du système 2,5-3 couches ; un système qui atténue la fonction de la troisième couche.

En quoi consiste le système 2,5 ?

Si la 1ère couche remplit toujours le même rôle, les anciennes polaires épaisses de la 2ème couche, à de nombreuses reprises, ont été divisées en 2 catégories de vêtement:

  • Une première fine, complétée par une micropolaire, ou du Powerstretch
  • Et une deuxième-troisième couche, qui peut être une fine couche rembourrée, appelée également 2,5 couches. Cette couche fournit de la chaleur, apporte un effet coupe-vent et est très agile et respirante.

Ils peuvent être plus ou moins épais ; de certains d’une coupe très athlétique pour le ski de fond, à d’autres plus épais pour des situations moins aérobiques comme l’alpinisme ou le trekking par exemple.

Ainsi, dans bien des cas, la 3ème couche n'est utilisée qu'en cas de pluie, de neige, de vent fort, puisque la 2ème couche adaptée reprend en partie son ancien rôle contre les intempéries de moindre ampleur.

Rab Cirrus Flex Jacket W, 2-3ème couche en fibre pour femme
C'est une évolution qui est née avec les softshells : 2ème couche extérieure ou 3ème couche plus confortable et avec une plus grande protection thermique qu'une veste avec une membrane traditionnelle. Un vêtement qui joint la 2ème couche et la 3ème couche. Dans ce cas, il est plus calorique et moins blindé, il oscille selon les moments entre le 2 et le 3 ; c'est pourquoi nous avons décidé de le mentionner avant d’aborder le thème des troisièmes couches.
Au cours d’une ascension avec une 2,5 couches par temps froid mais sans humidité. Photo : Daniel Vega

Types de vêtement de 3ème couche pour la montagne

1. Hardshell

Il s'agit de vestes traditionnelles imperméables, respirantes et coupe-vent avec des membranes imperméables comme le Gore-Tex, Futurelight, voire d'autres du même type, également présentes sur le marché. Elles restent indispensables quand les conditions météorologiques adverses.

Elles disposent toutes des mêmes caractéristiques (imperméabilité, respirabilité, effet coupe-vent, coutures thermoscellées empêchant la filtration de l’eau). Certains modèles sont ultralégers (activités aérobique) tandis que d’autres sont plus résistantes, à l’image des vestes utilisées en alpinisme. Tout dépend de la composition de la membrane utilisée dans la conception.

Par exemple, les vestes avec Gore-tex Shakedry, pour le trail, sont si légères qu'elles ne peuvent pas être utilisées avec un sac à dos, car les bretelles pourraient les abîmer. De l’autre côté, il existe des vestes très résistantes et renforcées, prêtes à résister à des années d'activité intense.

The North Face Impendor Futurelight Jacket

2. Softshell

Le premier pas vers les nouvelles possibilités qu’offre le système de couche.

Ils peuvent être considérés comme une fusion entre la 2ème et la 3ème couche. En fait, certaines vestes d'hiver ont le même design qu'une hardshell. A recommander si c’est la chaleur qui est recherchée, le confort et un niveau de respirabilité élevée. Par contre, ils seront un peu moins performant en cas de pluie intense : ils sont résistants à l'eau, mais pas imperméables. A noter que les softshells sont généralement plus résistants à la déchirure que les hardshells.

Arc'teryx Gamma Lt Hoody, softshell protectrice
Ils sont nées d'une constatation : si les vestes imperméables et respirantes sont conçues pour résister aux pires conditions, il est possible de créer une veste qui augmente la respirabilité et le confort - grâce à son tissu élastique et plus agréable au toucher - lorsqu'un tel degré d'imperméabilité n'est pas nécessaire, comme dans des situations de pluie légère ou de neige froide et de glace. Ils sont résistants à l'eau, mais pas aussi étanches qu’ une hardshell. De plus, le matériau élastique que beaucoup utilisent empêche le thermoscellage.

D’autres sont plus similaires à une 2ème couche traditionnelle en ce qui concerne le design et peuvent venir sans capuche.

Trangoworld Raga TW86 Jacket, softshell coupe-vent d’une bonne capacité de protection
S'il est vrai que l'association polaire fine-2ème couche chauffante les a relégués au second plan, ils offrent de très bonnes prestations lorsqu'il s'agit de vêtements résistants ou coupe-vent sans être imperméables.

Et tout ce que nous avons dit concerne l'hiver et les conditions plus difficiles, mais là où les softshells sont imbattables, c'est dans les activités 3 saisons où nous avons besoin d'une certaine protection contre les éléments et de la résistance.

L’escalade en est un bon exemple: un vêtement quand on a besoin d'une protection non hivernale, très respirant, et qui ne s’use pas facilement avec les frottements. Ces vêtements sont largement utilisés pour l'escalade, mais ils sont également indispensables pour la montagne, le trekking, la randonnée 3 saisons, lorsque nous avons besoin de quelque chose de chaud qui ne nous surchauffe pas pour autant. De plus, étant étanches, ils résisteront à une pluie fine pendant un certain temps. Et ils fonctionnent également bien comme couche dans des conditions même plus adverses.

Pour faire simple, les softshells fins sont les vestes de protection intermédiaire en montagne.

Outdoor Research Ferrosi Jacket, softshell 3 saisons parfait pour l’escalade, la montagne, le trekking

3. Hybrid shells

Les parties les plus exposées aux intempéries (épaules, etc) sont réalisées en Hardshell, et les moins exposées en Softshell. Ils protègent dans de très mauvaises conditions météorologiques, mais apportent le confort, la respirabilité et la résistance du softshell.

Depuis quelques années, la tendance Hybrid combine des pièces hardshell ultralégères (Goretex Paclite) présentes sur les zones moins sujettes aux frottement, avec des pièces plus résistantes dans les zones exposées ; c'est-à-dire qu'ils évitent l'utilisation de softshell et mélangent différents textiles avec une membrane pour réduire le poids et augmenter la respirabilité.

Arcteryx Beta SL Hybrid Jacket. Fait en Gore-tex Paclite, Gore-tex Pro et Gore-tex C-knit

4. Ultralégères

Ce sont des vêtements imperméables et respirants avec une membrane de type Gore-tex Paclite laminée dans des textiles très fins et légers. Au départ, elles sont nées en complément des softshells. L’idée était de porter par défaut une softshell et en cas d’intempérie, sortir la veste ultralégère et l’enfiler. En plus, elle n’occupait pas de place dans le sac à dos.

Cela reste toujours l’une des principales fonctions. On s’est vite rendu compte que ces vestes peuvent être une alternative au k-way en été et un vêtement excellent pour les activités très athlétiques et l’alpinisme.

En fait, de nos jours, les vestes 3ème couche de qualité, fabriquées avec Gore-Tex Pro ou similaire, peuvent être conçues pour être presque aussi légères qu'une veste ultralégère d'autrefois, tout en ajoutant de la résistance ; une veste ultralégère fait environ 300 grammes (un peu moins dans certains cas), et on peut trouver des vêtements en Gore-tex Pro aux alentours de 400 grammes.

5. Avec du rembourrage

Dans le système de couches, c’est la deuxième qui assure le maintien de la chaleur. Si nous utilisons des vêtements de troisième couche avec du rembourrage (type membrane imperméable et respirante avec en plus du rembourrage), nous perdons la polyvalence du système en joignant la couche protectrice à la couche chauffante. Son utilisation en montagne est déconseillée, sauf dans des situations très extrêmes (hiver arctique, expéditions…).

Cependant, les troisièmes couches, qu'elles soient softshell ou hardshell, avec rembourrage, sont les plus utilisées pour le ski de piste : dans cette activité, le skieur ne réalise que des descentes, les montés sont assurées par les remontés mécaniques.

Il ne faut pas confondre ce type de vêtement avec les deuxièmes couches du système 2.5 ; on parle ici de ces 3ème couches imperméables et respirantes, avec membrane, et avec rembourrage de surcroît.

Descente Jurgen Insulated Jacket

Comment savoir quelle veste nous correspond ?

Cela dépend de l’utilisation que nous allons faire et des conditions.

La première chose à prendre en compte dans une troisième couche traditionnelle imperméable et respirante, c'est sa coupe : certaines sont plus athlétiques, d’autres prévues pour l'alpinisme et sont conçues pour être portées avec un baudrier et du matériel (elles sont généralement plus courtes et avec des poches repositionnées). D’autres sont prévues pour d'autres usages : plus longs, moins serrés, plus polyvalents (ils admettent aussi généralement un baudrier). Enfin il existe des troisièmes couches plus orientées vers la randonnée, l'alpinisme moins technique pour ne citer que ces activités.

Toutes les vestes techniques, et certaines des plus polyvalentes, ont une capuche surdimensionnée qui permet de porter un casque en dessous. Si vous pensez en avoir besoin, vérifiez le type de capuche avant de choisir votre vêtement.

  • Si nous allons faire des activités alpines en hiver, nous avons besoin dans la plupart des cas d'une veste imperméable et respirante qui peut être combinée avec d’autres couches. Nous pouvons également choisir le système 2.5 - avec une veste calorique- à certaines occasions, toujours avec la troisième couche dans le sac à dos.
  • Si nos activités vont être plus sportives, comme le ski de fond, nous pouvons opter pour les 2,5 couches avec une veste très légère et technique, avec une troisième couche dans le sac à dos au cas où.
  • En dehors de la saison d’hiver et de l'alpinisme, une veste légère, soit en matériaux ultralégers, soit une veste légère 3 couches de qualité, peut parfaitement nous servir. En fait, ce vêtement (léger 3 couches, par exemple Goretex-Pro) serait idéal : un faible poids pour des activités toute l'année avec une grande protection pour les activités alpines.
  • Pour les occasions où l’on recherche de la résistance, d’une certaine capacité calorifique, du confort et d’une respirabilité accrue, et de la protection contre une pluie légère, la neige, etc, une softshell serait idéale. Une hardshell ultralégère dans le sac à dos, au cas où les choses empireraient, nous assurerait une protection totale.
  • Si nous ne devions choisir qu'un seul vêtement, ce serait une hardshell: nous pouvons parfois ressentir un certain inconfort, mais nous serons protégés lorsque nous en aurons vraiment besoin

Train inférieur

La partie inférieure ne doit pas être négligée en cas d’intempérie. Il y a cependant une petite différence :

  • Les jambes n’ont pas besoin d’être aussi protégées que la partie supérieure du corps
  • Cette partie doit pouvoir se mouvoir avec plus d’agilité

Dans les situations de grand froid et d'alpinisme, on porte généralement un pantalon softshell très confortable (connu sous le nom de schoeller, du nom d’un des tissus les plus utilisés), qui peut être complété par des collants intérieurs et avec un sur-pantalon imperméable et respirant, que nous pourrons porter aussi bien pendant toute l'activité, que dans le sac à dos au cas où les conditions deviendraient trop humides. Ils sont généralement hydrofuges, et parfois nous n'aurons pas besoin de cette troisième couche même en cas de faible humidité (pluie légère, neige non mouillée, etc.).

Millet Pierra Ment Pant W, pantalon softshell pour femme pour le ski de randonnée
Il existe des pantalons hybrides, qui sont en softshell et dotés d’une matière imperméable et respirante dans les zones exposées (jambe avant, fessier).

En dehors des situations hivernales, nous porterons un pantalon d'alpinisme ou de trekking softshell fin 3 saisons.

Ternua Bihar Pant, softshell pour hombre, pour les 3 saisons
Et si on se trouve en haute montagne au cours des 3 saisons, il est aussi envisageable de porter un sur-pantalon ultraléger imperméable et respirant en cas de pluie et une température relativement basse.
Rab Downpour Pants W, pantalon imperméable et respirant ultraléger de moins de 200g pour femme
Si la météo nous amenait à porter un pantalon de troisième couche, il serait pratique qu’il dispose d’une ouverture latérale à glissière, pour faciliter son enfilage et son retrait sans avoir à se déchausser de nos bottes ou crampons.

Tags: Vêtement

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.