Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | INFOS | 01 Août 2014

Les alpinistes Iñurrategi, Vallejo et Zabalza viennent d'ouvrir une voie dans le Pilier Sud du Paiju Peak

Fatigués, mais très contents, les alpinistes espagnols sont de retour dans le camp de base et déclarent que la voie est « beaucoup trop dangereuse, nous ne croyons pas qu'elle sera répétée ».


Alberto Iñurrategi, Juan Vallejo et Mikel Zabalza sont arrivés lundi au camp de base, complètement épuisés. Lorsqu'il grimpait les dernières longueurs de la voie, Vallejo a été heurté à l'épaule gauche par un bloc de la taille d'un « demi four à micro-ondes » et il est arrivé en traînant son sac à l'aide du bras droit. Malheureusement, à cause de cet accident c'est le seul des trois alpinistes qui n'a pas pu atteindre le sommet du Pilier à 6050 mètres d'altitude :« Je suis endolori, mais ça va, il se peut que j'aie une petite fracture dans mon épaule »

Juan Vallejo traîne son sac dans le glacier

L'expédition WOPeak a ouvert une nouvelle voie dans ce pilier monumental, une paroi vertigineuse, en un temps record de 10 jours, pendant lesquels ils ont tout donné d'eux-mêmes. « Nous avons commencé samedi 19 juillet. L'attaque a duré 10 jours, d'un camp de base à l'autre et nous avons fait de 10 à 12 heures d'activité par jour, pendant lesquelles nous nous sommes efforcés au maximum. Techniquement, la voie est très dure et nous avons retrouvé des difficultés de A3, 6b et M5. Cette tour offre des dangers continus avec la chute de blocs de glace et parfois même, de pierres, ainsi que les arêtes qui se présentent vers la fin, très engagées. »

Mikel Zabalza

Quand on fait de l'alpinisme, la réalité peut être très différente de ce que l'on avait imaginé auparavant. Après une arête compliquée, se trouvait une barrière de séracs d'où chutaient sans arrêt des morceaux de glace et qui en même temps, protégeait et rendait impossible l'accès au sommet du Paiju Peak (6610m) sur ce versant-là.

« La sensation que nous avons maintenant est agréable, de soulagement, car l'escalade a été très dure dans tous les sens, physique et psychologiquement : nous avons grimpé à la limite de nos possibilités et de nos forces. Nous ne nous sommes presque pas reposés pendant l'expédition et nous sommes arrivés au camp de base épuisés » déclarent les alpinistes espagnols. »

Iñurrategi au sommet du piilier

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.

Need help?


(Du lundi au jeudi de 9h à 18h et vendredi de 9h à 15h)

icon Télécharger notre App

  • icon
  • icon
  • Facebook
  • Instagram
  • Secure Online PaymentPaiement Securisé
  • Visa
  • Mastercard
  • Paypal
Partner www.mammothbikes.com
Le spécialiste du cyclisme