Canyoning dans la Sierra de Guara. Recommandations et matériel

Si vous ne connaissez pas la Sierra de Guara, vous ne savez pas à quel point nous sommes impatients de vous la faire découvrir. Le paradis du canyoning (et bien d'autres choses encore) ne demande qu'à vous émerveiller. Voici quelques-unes des choses que vous devez garder à l'esprit pour profiter pleinement de l'une des meilleures zones de canyoning au monde.

Saltador d'as Lañas (Mascún)

Le parc naturel “Sierra y los Cañones de Guara” est géographiquement situé au sud des Pyrénées, faisant partie des "Sierras Pyrénéennes Extérieures", parfois désignées à tort par le nom générique et inexact de "pré-Pyrénées".

Géologiquement formée de calcaire et de conglomérats, Guara est traversée par cinq grands cours d'eau qui prennent leur source au nord de la chaîne montagneuse et qui font partie du bassin de la rivière Cinca et, ultérieurement, de la rivière Ebro. Ces cinq grands cours d'eau à débit permanent sont le Flumen, le Guatizalema, l’Alcanadre, le Balcez (ou Balcés, appelé l’Isuala en aval de la sierra) et le Vero, auxquels doit s'ajouter la rivière Formiga qui, bien qu'elle prenne sa source au sud de la sierra, voit son débit garanti par les sources qui drainent le sous-sol du Tozal de Guara, toutes avec des affluents plus ou moins importants et qui constituent un vaste réseau de cours d'eau qui ont formé plus de 100 descentes sportives de grande qualité.

Le canyoning est une activité qui peut être pratiquée toute l'année dans la Sierra de Guara, en fonction du débit, de la température, de la réglementation de chaque descente et, pourquoi ne pas le mentionner, de la fréquentation qui peut affecter des facteurs importants tels que les horaires ou la turbidité de l'eau. Bien sûr, il ne faut pas non plus oublier notre forme physique, notre technique, notre expérience et le matériel dont nous disposons lorsque nous abordons une descente, en l'abordant toujours en groupe, en tenant compte des limites du plus faible et en assumant le fait que nous ne sommes pas toujours en mesure de donner un coup de main à ceux qui en ont besoin.

La variété des descentes implique également une grande diversité du matériel nécessaire pour les affronter, pouvant trouver des canyons avec un minimum de difficultés dans lesquels, dans des conditions normales, ni harnais, ni descendeur, ni cordes ne sont nécessaires (bien qu'ils ne soient pas superflus dans le sac à dos) jusqu'à des canyons très techniques dans lesquels nous aurons besoin d'un équipement et de connaissances techniques assez importants. De même, certains grands canyons verticaux et autres peuvent se faire sans néoprène car ils sont généralement secs alors que d'autres canyons nécessitent une progression constante à la nage dans des eaux très froides.

Álex Puyo
À Guara, il est également possible de progresser sans harnais ni cordes dans des canyons simples.

En ce qui concerne l'équipement général utilisé dans une activité aussi technique que le canyoning, nous vous renvoyons à l'article sur le matériel nécessaire pour le canyoning que nous avons écrit, en décomposant et en résumant chacun des matériels nécessaires. L'objectif de cet article est de vous faire connaître et de vous montrer quelques lignes directrices simples afin que vous puissiez choisir au mieux la descente à effectuer et l'équipement à emporter pour en profiter au maximum.

Quelle est la meilleure période pour faire du canyoning à Guara ?

Comme nous l'avons déjà mentionné, il est possible de faire du canyoning à Guara à n'importe quel moment de l'année si les conditions sont favorables et si la réglementation le permet. Il est rare qu'avec l'équipement adéquat, il y ait une journée si mauvaise que l'on ne puisse pas faire une descente dans un environnement aussi vaste et privilégié que la Sierra de Guara.

Cependant, nous pouvons souligner que le printemps est généralement la meilleure période pour faire du canyoning à Guara. Outre le fait que les conditions sont généralement similaires d'une année sur l'autre - il n'y a pas de grands dégels ou de vidanges intempestives - et donc assez prévisibles, les températures commencent à être agréables, ce qui permet d'aborder aussi bien les canyons humides que les canyons secs ; de même, les débits commencent à se montrer moins effrayants, même s'il ne faut pas oublier de faire attention au niveau de l'eau. D'autre part, et ce n'est pas moins important, les approches et les retours effectués sous le soleil impitoyable de l'été ou dans l'inclémence de l'hiver, tendent à devenir des itinéraires très agréables tant au printemps qu'à l'automne.

Álex Puyo
Alcanadre avec un débit abondant au printemps

L'été est l'époque des descentes des grands cours d'eau mentionnés ci-dessus (Flumen, Formiga, Alcanadre, Balcez et Vero, le Guatizalema n'ayant pas de descente extraordinaire dans son propre lit) et qui garantissent le débit et le rafraîchissement face à la chaleur étouffante de ces latitudes.

Les mois de septembre, octobre et novembre sont quelque peu imprévisibles en termes de débit. Ces mois-là, soit les sources s'assèchent, soit les ponts disparaissent. Néanmoins, c'est une période très propice pour aborder des descentes de grands dénivelés, généralement à sec, sans les rigueurs de l'été ni les interdictions de nidification pour les : Palomeras del Flumen, Piedra Foratata, Escomentué, Lazas ou Otín, entre autres.

En hiver, ne manquez pas de pénétrer dans des canyons secs comme Basender, Portiacha, Chimiachas ou Otín ou de visiter d'incroyables canyons conglomératiques : certains des affluents du détroit de Balcez comme : Fondo, Cautiecho et Cueva Cabrito ou du Vero comme Lumos sont vraiment merveilleux et ne vous décevront pas.

Outils de prévision des débits

Vous avez l'expérience du milieu montagnard et vous ouvrez plus souvent la rubrique météo que la porte du réfrigérateur, nous ne pouvons donc rien vous apprendre de nouveau. Vous devriez simplement connaître la réaction des différents cours d'eau aux précipitations et si vous ne la connaissez pas (nous parlerons plus loin des facteurs impliqués dans l'augmentation du débit), demandez à des personnes compétentes. Il arrive qu'une petite pluie rende une descente impraticable ou dangereuse et qu'un gros orage laisse un canyon en excellente condition, mais il nous est impossible de vous donner les clés pour prévoir l'une ou l'autre circonstance.

Il est également utile de connaître un outil très utile pour savoir à l'avance le débit que l'on peut rencontrer, comme le SAIH (Système automatique d'information hydrologique) de la Confédération hydrographique de l'Èbre. Les stations de jaugeage connectées au SAIH nous permettent de connaître facilement et instantanément le débit à ce moment-là et d'évaluer s'il est conseillé ou non d'entreprendre la descente. Il suffit d’avoir accès à Internet et de se rendre sur la page SAIH du CHE, de cliquer sur “Données en temps réel”, puis de cliquer sur “Stations de jaugeage” et de choisir celle que l'on souhaite connaître. Les stations de mesure connectées au SAIH que vous souhaitez connaître sont les suivantes :

  • A320. Flumen à la queue du barrage de Montearagón : Palomeras del Flumen.
  • A192. Guatizalema à Siétamo : tous dans la zone de Vadiello. C'est peut-être le moins intéressant en raison de la régulation du débit du barrage de Vadiello, qui nous donnera des informations biaisées.
  • A091. Alcanadre à Lascellas : Gorgas Negras, Barrasil, Mascún, Peonera Superior, Peonera Inferior, Balcez et affluents.
  • A033. Alcanadre à Peralta de Alcofea : ceux dit pour Alcanadre à Lascellas plus Formiga et Gorgonchón.
  • A095. Vero à Barbastro : Vero, Fornocal et affluents.
Álex Puyo
Débit de printemps aux Estrechos de Balcez. Référence de 4 57 m3/s pour l'Alcanadre à Peralta de Alcofea.

Comme vous pouvez le constater, le SAIH est un outil très utile pour se faire une idée du débit à condition d'avoir une référence antérieure, mais il ne nous permet pas de nous faire une idée exacte du débit que nous allons trouver dans notre descente, car les données qu'il offre sont la somme de tous les débits en amont de la station de jaugeage. La réponse différente des cours d'eau due à la localisation et à l'intensité des précipitations, à la largeur et à la verticalité du bassin, au type de roche, à la quantité de végétation, à la situation antérieure de l'humidité et à de nombreux autres facteurs, peut faire que deux cours d'eau aient des réponses complètement différentes en termes de débit, bien qu'ils soient mesurés par la même station de jaugeage. Il n'est pas surprenant qu'après une forte pluie, la station de jaugeage de Peralta indique une augmentation du niveau du Formiga alors que le Mascún reste sec, il faut donc être prudent.

Vero et Formiga disposent également d'une webcam pour connaître leur statut exact, mais ce service n'est pas toujours disponible en raison d'un manque de mises à jour, de défaillances techniques ou même du vol des caméras, de sorte qu'il ne sera pas toujours un outil utile.

Réglementation du canyoning à Guara

En tant qu'espace protégé et réglementé, le parc naturel de la Sierra et des Canyons de Guara dispose d'un règlement qu'il convient de connaître et de respecter. Même si vous avez de l'expérience à Guara, il est conseillé de revoir la réglementation de temps en temps pour éviter les surprises dues aux changements de réglementation, comme cela s'est produit avec le canyon de Chimiachas, où les descentes sont interdites du 1er janvier au 15 juillet, au moins jusqu'en 2025.

Certaines interdictions, comme le stationnement sur des emplacements non prévus à cet effet, n'étaient pas particulièrement sanctionnées il y a encore quelques années, mais depuis peu, vous pouvez avoir la surprise de vous retrouver avec une amende au retour de votre descente. De même, le temps d'attente entre les groupes pour entrer dans une descente et la taille des groupes sont assez contrôlés ces derniers temps ; rappelez-vous, 10 minutes entre les groupes et une taille maximale de 8 personnes sur la plupart des descentes avec rappels obligatoires (quatre pour le Gorgonchón).

Dans tous les canyons où il y a des rappels, il est obligatoire de porter un harnais, un descendeur et un mousqueton, ainsi qu'au moins une corde de la longueur nécessaire. Cela n'est pas précisé dans le règlement, mais nous pouvons vous dire que la corde doit être semi-statique et nous vous conseillons également de ne pas faire la bêtise de vous engager dans un canyon sans casque.

L'utilisation d'une combinaison intégrale (une ou deux pièces) est obligatoire dans les descentes des Palomeras del Flumen ; Formiga, Yara et Gorgonchón ; tout l'Alcanadre, c'est-à-dire Gorgas Negras, Barrasil et les deux Peoneras, ainsi que Mascún Superior ; tous les Balcez (Superior, Oscuros et Estrechos) et Vero et Fornocal. Cela ne signifie pas que vous pouvez vous passer de néoprène pour le reste, mais vous devez être conscient du débit et de la température. Parfois, à cause des éclaboussures du descendeur dans les canyons à faible débit, il est préférable de porter au moins la salopette de la combinaison.

Gobierno de Aragón
Régulation, taille des groupes et matériel obligatoire dans certains canyons de Guara. Gouvernement d'Aragon

Les canyons de Vadiello tels que Isarre, Escomentué, San Chinés et Piedra Foratata sont interdits de décembre à juin, les deux mois compris, ainsi que Yara et Formiga en amont de leur confluence. Le canyon d'Otín est interdit de mars à juin, les deux mois compris. Outre ces interdictions, il est également interdit de pénétrer dans les vasques du Canal del Palomo ou dans les 100 premiers mètres de San Martín de la Val d'Onsera, en aval de l'ermitage. Pour la descente du canyon de la Choca, une autorisation expresse du Parc est nécessaire. Depuis peu, chimiachas est interdit de janvier à mi-juillet et toute l'année dans les canyons de la crête de San Cosme où il faut traverser le barrage de Vadiello : La Canaleta et Las Cuevas de la Reina.

Quelles sont les descentes les plus intéressantes à Guara ?

À ce stade, vous vous demandez peut-être ce qu'il ne faut pas manquer à Guara. La réponse est compliquée, mais nous allons oser vous la donner en partant du principe que devant tant de facteurs à prendre en compte (sportifs, ludiques, paysagers, esthétiques, difficulté technique, effort physique, accessibilité...), il est difficile de trouver quelque chose qui plaise à tout le monde de la même manière. Bien sûr, en plus du canyoning, nous pourrions vous conseiller une multitude d'activités sportives et culturelles, mais il serait impossible d'en parler dans un article de ces caractéristiques, alors concentrons-nous sur le canyoning.

Des descentes aquatiques comme le Formiga, le Peonera Inferior ou l'Oscuros de Balcez sont un succès garanti en été car ils maintiennent le débit même au plus fort de l'été, mais soyez très prudent au printemps car le niveau de l'eau peut être ingérable. Il en va de même pour Palomeras del Flumen, il s'agit d'une grande rivière avec des zones très étroites ; bien que sa descente sans permis soit possible à partir de juillet, il est habituel d'attendre la fin de l'été pour pouvoir l'aborder sans être submergé par un débit excessif. Gorgas Negras et Vero sont également deux joyaux paysagers et géologiques qui ont un débit tout au long de l'année, bien qu'il s'agisse d'activités longues qui nécessitent une journée entière et qui, dans le cas du Vero, manquent un peu d'aventure. Le Gorgonchón est technique et court comme un souffle, idéal pour compléter une journée de canyoning inoubliable.

Álex Puyo
SSaut Os ganchos du Gorgas Negras

Le Mascun supérieur est à faire si vous voulez vous considérer comme un canyoneur. Choisir le bon jour peut cependant s'avérer délicat. Il faut que ce soit au printemps pour assurer un bon débit et une température agréable, mais évitez les jours fériés car beaucoup de gens auront pensé comme vous et cela pourrait être un pèlerinage. Au printemps aussi, pour s'assurer du débit, Fornocal est un excellent pari et les Estrechos de Balcez sont amusants et surprenants lorsque le débit est suffisant pour renforcer ce caractère sportif qui se raréfie lorsque la quantité d'eau diminue.

Álex Puyo
Cascades de Peña Guara dans le Mascún supérieur

Si le temps est très froid ou si tous les canyons de la région sont impraticables en raison du débit, ou simplement en raison de la beauté intrinsèque de ces cours d'eau, il existe une série de canyons généralement secs et qu'il ne faut pas dédaigner. San Martín de la Val d’Onsera, une excursion en soi et un paysage de premier ordre, les grandes parois verticales du Piedra Foratata, Escomentué o Lazas à Vadiello, la réalisation d'impressionnants rappels dans l’Otín, les beaux recoins du Canyon Fondo ou Cueva Cabrito dans le Balcez ou la beauté minérale du Basender, Portiacha o Chimiachas dans le Vero, ainsi que l'étroitesse irréelle du Lumos, méritent une visite, tout en faisant attention à la réglementation et au débit des rivières dont ils sont les affluents.

Vicente Burgos
Rappel final de 150 mètres à Piedra Foratata. Photo Vicente Burgos

Des canyons techniquement très simples comme le Petit Mascún (section inférieure du Mascún en aval de Rodellar), los Estrechos de la Carruaca, Barrasil ou Peonera Superior sont de bonnes options si l'on veut passer une journée tranquille, bien que l'éloignement ou le cumul des approches et de l'activité de certaines de ces descentes soient longs et laborieux.

Matériel pour le canyoning à Guara

Il n'y a pas de différence substantielle entre le matériel nécessaire à la pratique du canyoning à Guara et le matériel nécessaire à la pratique du canyoning dans d'autres lieux, mais il est vrai que parfois l'éloignement des têtes de canyon, la longueur et le caractère particulier de certains d'entre eux obligent à prendre en compte certaines recommandations ; les matériels indispensables à la pratique du canyoning sont les suivants :

Comme pour tous les canyons, le choix du néoprène dépendra du type de canyon, de vos goûts personnels et de votre tolérance au froid, mais dans la Sierra de Guara, vous devez également prendre en compte les réglementations existantes que nous avons déjà mentionnées. Les combinaisons intégrales sont obligatoires dans les canyons cités ci-dessus, mais pas seulement dans ces canyons. Considérez tous les facteurs et tenez compte de l'énorme différence de température entre l'extérieur et l'intérieur d'un canyon, ainsi que de l'eau glacée et du temps d'attente que vous risquez de passer en cas d'affluence ou de tout autre impondérable.

A l'exception des canyons avec de grandes verticales comme Vadiello et d'autres avec de nombreux rappels enchaînés comme Lenases ou très courts comme Portiacha, à Guara il faut généralement marcher beaucoup à l'intérieur des canyons. Il est essentiel que le harnais que vous portiez soit confortable en suspension, mais ne négligez pas la nécessité de pouvoir marcher avec sans avoir à l'ajuster en permanence. C'est un problème de la plupart des harnais de canyoning que nous ne savons pas pourquoi les marques n'ont pas encore fait l'effort de résoudre. Consacrez un peu de temps à la recherche d'un harnais adapté à la marche et qui vous permette de l'ajuster facilement et rapidement s'il se détend après avoir marché et désescaladé.

Les longes sont un autre élément de base à Guara. Non seulement pour la manœuvre évidente qui consiste à s'ancrer au relais pour descendre en rappel en toute sécurité, mais aussi en raison de la forte probabilité de rencontrer une main courante lors de la descente. L'approche du Formiga avec un câble kilométrique et nécessaire ou les mythiques et laborieuses mains courantes du Gorgonchón sont quelques-uns des exemples les plus connus, mais il en existe beaucoup d'autres dans une multitude de canyons.

Il n'y a pas de grands secrets avec la corde semi-statique, mais il est vrai que si le matériel que vous choisissez à la maison pour aller à Guara ne varie pas beaucoup, lorsqu'il s'agit des cordes, vous pouvez vous retrouver démuni si vous choisissez une taille de corde trop courte pour le canyon que vous vouliez faire. Avec deux cordes de 40 mètres, vous pouvez faire la plupart des canyons de Guara et avec deux cordes de 50 mètres, seul le canyon extrême de Piedra Foratata est hors de votre portée. Nous vous recommandons également de prendre une corde de 20 ou 25 mètres, qui sera celle que vous utiliserez le plus, étant donné l'abondance de rappels courts dans presque tous les canyons.

Les canyons de Guara ne sont pas particulièrement glissants, mais ne soyez pas trop confiants et portez de bonnes chaussures. De tous les éléments protecteurs d'une chaussure de canyoning, la semelle nous semble encore être le plus décisif. La patine qui se dépose sur le fond des canyons qui traversent des zones gréseuses (Gorgas Negras, Mascún, Balcez Superior, Vero...) est extrêmement glissante et, après les pluies, il est fréquent, en plus de l'inévitable turbidité, qu'il soit difficile de maintenir la verticalité lorsqu'on marche dans des zones de marigots.

Certains canyons comme Gorgas Negras ou Mascún peuvent prendre plus de 3 heures de marche d'approche depuis Rodellar et beaucoup d'autres ne peuvent être atteints en moins de 2 heures de marche. Dans ces conditions de temps et d'effort et avec la chaleur qui nous accompagne généralement lors des approches et des retours, ce n'est pas une mauvaise idée de laisser les chaussettes en néoprène dans le sac à dos jusqu'à ce que nous enfilions la combinaison et que nous marchions jusqu'au canyon avec des chaussettes techniques.

A ce stade, nous pensons qu'il n'est pas nécessaire de rappeler l'importance du port du casque, mais c'est un sujet sur lequel nous ne nous lassons pas d'insister, et à Guara, ce n'est pas seulement à cause des chutes et des chocs. Lorsque vous viendrez à Guara, vous aurez peut-être la chance de constater le nombre de chèvres et vous verrez que la curiosité est l'une de leurs caractéristiques. Si vous vous trouvez dans un canyon, il se peut qu'elles regardent en bas pour voir qui s'y trouve, et qu'elles vous jettent quelques pierres au passage. Mais oubliez les chèvres, ce n'est qu'une anecdote ; portez toujours un casque et ne vous demandez pas pourquoi vous devriez le faire.

Le sac à dos est un élément essentiel de la pratique du canyoning, mais nous recommandons un sac à dos confortable et d'une bonne capacité pour les longues journées qui vous attendent dans ces contrées. Le fait qu'il soit modérément moelleux pour le dos est une chose dont vous serez reconnaissant lorsque vous ferez les approches et les retours occasionnels chargés d'équipement mouillé. Par ailleurs, plus la capacité est grande, plus il est possible de mieux organiser le matériel, mais moins il est possible de distinguer ce qui est essentiel de ce qui est superflu et, par conséquent, plus le poids est élevé.

Nous espérons que cet article sur les conseils et l'équipement pour le canyoning à Guara vous a intéressé. Nous vous attendons dans votre magasin Barrabes le plus proche pour vous conseiller et vous équiper pour votre prochaine aventure. Nous nous réjouissons de vous servir !

Boutique en ligne : https://www.barrabes.com/fr-fr/

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.