Comment choisir son sac à dos pour le trekking et la randonnée?

Quelles sont les caractéristiques des sacs à dos de trekking et de randonnée ? Dans cet article nous vous les expliquons et vous aiderons à choisir celui qui vous conviendra le mieux.

Foto: Lowe Alpine
Foto: Lowe Alpine

Quelques conseils importants avant de choisir votre sac à dos

A l’heure où la légèreté semble être la priorité, nous devons garder en tête le fait que l’on puisse se mettre en danger en voulant économiser quelques grammes.

D’où l’importance de choisir avec minutie le sac à dos dont vous aurez besoin.

  • En premier lieu, il convient de savoir quelle est l’activité que nous allons réaliser (la durée, le degré de technicité, le lieu...etc)
  • Ensuite, nous devrons déterminer quel matériel sera indispensable pour la réalisation de cette activité, aussi bien le matériel technique que celui dédié à votre protection (il faut par exemple toujours veiller à emporter un manteau ou un imperméable, quelle que soit l’époque de l’année...etc)
  • C’est alors que nous pourrons choisir le sac à dos le plus approprié à l’activité que nous souhaitons réaliser et qui pourra permettre de transporter tout ce matériel.

Nous ne devons jamais suivre ce processus à l’envers, ce que malheureusement beaucoup de personnes font:

  • Choisir un sac à dos minimaliste pour partir avec peu de poids, et y mettre seulement ce qu’il peut contenir, mettant de côté des articles essentiels pour aller en montagne en toute sécurité.

Cela étant dit, nous ne recommandons pas de faire l’inverse non plus :

  • Remplir le sac à dos de choses dont nous n’aurons pas besoin sous prétexte que l’on a encore de la place.

La légèreté face au confort : un compromis nécessaire

Comme nous l’avons dit, un sac à dos qui soit le plus léger possible n’est pas forcément le meilleur choix. Au moment de le choisir, il faut qu’il soit léger bien sûr, mais si la charge devait affecter la structure du sac telle que la ceinture lombaire, la partie dorsale ou encore les bretelles, cela peut devenir contre-productif : le poids de la charge dans un sac à dos correctement conçu doit pouvoir être bien distribué pour que la fatigue se fasse ressentir le moins possible.

Si le sac à dos choisi n’est pas correctement conçu, ou si on décide de faire abstraction de la ceinture lombaire par souci de légèreté, le poids se fera « plus sentir » et finira par nous déséquilibrer. Nous aurons finalement la sensation de porter plus de poids que si l’on portait ce même poids avec un sac fournissant les prestations adéquates.

Chaque gramme compte, mais le poids doit être réduit grâce à la légèreté des matériaux utilisés dans la conception du sac et son design et non en omettant certains éléments qui le constituent. Un sac sans un appui dorsal adéquat peut vite devenir une torture avec la sensation de porter deux fois le poids supporté.

En été, il est possible de prévoir des sacs plus petits pour les excursions de moins d’une journée, ou si l’on effectue une courte randonnée puisque le poids transporté est en général réduit. Au contraire, si nous prévoyons de nous aventurer en montagne pour un itinéraire plus long, ou pendant plus d’une journée, les éléments évoqués ci-dessus revêtiront une grande importance.

Comme nous allons le voir, il est important que le sac à dos s’adapte à notre corps. C’est encore plus important que la légèreté. C’est pourquoi il existe des modèles pour femme avec entre autres, des bretelles différentes et une ceinture de portage plus élevée.

Ceinture lombaire, dorsale, bretelles d’un sac à dos moderne. Confort assuré

Les différentes parties d’un sac à dos : l’importance d’une bonne répartition du poids

Il est intéressant de connaître les différentes parties qui composent un sac à dos. Nous découvrirons d’ailleurs ce que plusieurs personnes méconnaissent : ce ne sont pas les bretelles qui doivent supporter le poids chargé dans un sac.

1. La ceinture de portage : la partie la plus importante du sac à dos

Comme nous vous l’avons affirmé, beaucoup d’entre nous serions portés à croire, à tort, que ce sont les épaules qui doivent supporter le poids d’un sac à dos. Ce n’est pas le cas : au moins entre 75 et 85 % de ce poids doit être supporté par la ceinture de portage. Si vous ne supporter pas ce pourcentage de poids au niveau de la ceinture, soit votre sac à dos n’est pas le bon, soit il est mal réglé.

Une astuce consiste à ajuster la ceinture avec les sangles libres, en mettant tout le poids dessus. Quand on voit que cela tient, on ajuste les bretelles, enlevant ainsi une partie du poids au niveau de notre ceinture. Si on voit enfin que, pour qu'elle tienne à la ceinture, il a fallu trop la serrer, maintenant on va la desserrer légèrement, jusqu'à sentir plus ou moins la proportion de poids indiquée sur la taille et les bretelles.

C’est la raison pour laquelle le design de la ceinture doit correctement s’adapter à notre anatomie. Une ceinture qui ne s’ajuste pas correctement ou s’ajuste peu, nous fatiguera plus. Nous perdrons en sécurité, en équilibre, et notre dos souffrira inutilement.

Les sacs à dos plus petits, aussi bien ceux pour les trajets courts en montagne que ceux du Trail running ne disposent pas de ceinture car ils sont conçus pour porter à peine 2-3 kilos. Mais il ne faut surtout pas les surcharger, ils ne sont pas préparés pour.

2. Les bretelles

Elles doivent être anatomiques et s’adapter correctement à notre corps.

Avec les nouveaux designs et les matériaux à haute densité, on obtient un plus de confort pour moins de volume comparé aux anciens sacs à dos. De cette manière, les bretelles nous donnent beaucoup plus de liberté de mouvement.

Normalement, plus la contenance d’un sac (et donc le poids qui peut être porté) est grande, plus ils seront volumineux et rembourrés. De nos jours, le volume des modèles de sacs à dos de qualité s’est réduit sans perdre en amorti ou en confort, un peu comme ce qu’il se passe avec les harnais d’escalade.

3. La partie dorsale et l’armature

Des éléments fondamentaux dans un sac à dos si la charge est lourde.

Ils apportent la rigidité nécessaire au système pour que la charge ne bouge pas à l’intérieur et que le sac à dos reste ferme. En plus de protéger notre dos, une bonne structure de la dorsale évite que l’on ressente les objets à l’intérieur contre nous. Plusieurs modèles incluent un cadre rigide.

Structure interne en aluminium ultraléger du sac à dos Gregory Alpinisto 50M

Hormis pendant l’hiver, un des principaux problèmes rencontrés avec la partie dorsale des sacs à dos concernait la chaleur et la transpiration qu’elle provoque. Les designs aérés que les marques de qualité ont conçus ces derniers temps minimisent ce problème, car tous les sacs à dos de bonne qualité intègrent des canaux de ventilation et sont fabriqués avec des matériaux qui absorbent la transpiration.

Le summum concerne les modèles qui laissent un espace au niveau de la dorsale, à l’image du Airzone de Lowe Alpine qui sépare le dos du sac. Cela évite un contact permanent au profit d’une ventilation complète.

Système AirZone de Lowe Alpine

La taille du sac à dos

Les sacs à dos sont constitués, nous venons de le voir, de différents éléments comme la ceinture de portage, les bretelles qui doivent s’ajuster à notre morphologie. Il existe également des tailles différentes.

Lorsque nous parlons de taille, nous ne faisons pas référence au volume et à la capacité de contenance du sac, mais à la taille de la dorsale, des bretelles et de la ceinture.

La taille, en règle générale fait référence à la longueur du dos, mais affecte aussi proportionnellement à la largeur et plus important encore, à la longueur de la ceinture lombaire.

Lors du choix du sac à dos, vous ne devez pas seulement connecter la sangle d'attache de la ceinture : elle est très extensible et se connectera sans problème : nous devrons être sûrs que la ceinture lombaire nous enveloppe correctement, remplissant ainsi sa fonction. On peut accrocher une petite ceinture, mais la partie rembourrée qui amorti les côtés le fera insuffisamment.

Les sacs à dos n’ont pas toutes des tailles différentes : Pour les sacs de moins de 30 litres ou certains sacs techniques, il est probable que les modèles ne se déclinent pas en différentes tailles. Au contraire, les sacs d’une plus grande capacité de charge proposent un dos réglable et peuvent être donc adaptés à différentes tailles.

Quelles sont les caractéristiques d’un sac de trekking?

Ce sont les plus utilisés et les plus polyvalents, surtout si on les utilise en dehors de l’hiver.

Certains sont plus axés aux randonnées, mais à partir d’un certain volume, la grande partie sont similaires à ceux de l’alpinisme et l’escalade en ce qui concerne l’équipement –porte-piolets, supports, poches à eau, etc-.

La différence réside juste au niveau de la forme : ils sont moins techniques, pas si étroits, tubulaires et avec une base plus restreinte que ceux de l’escalade. Ils sont plus larges et uniformes. De cette manière, on pourra tirer profit de l’espace intérieur.

Etant donné que ces sacs ne seront pas utilisés avec un harnais, la ceinture ne doit pas être située aussi haut et doit avoir la taille adéquate pour assurer un confort une fois chargé.

Pratiquement tous comprendront des poches internes et externes, des filets sur les côtés, voire même une poche interne prévu pour les systèmes d’hydratation et une sortie pour laisser passer le tube.

Au niveau du poids, comme nous l’avions dit, le plus important, si nous sommes à la recherche de modèles légers, c’est la qualité des matériaux utilisés dans la fabrication. Il n’y a pas de miracle : si vous souhaitez un sac très léger, complet et résistant, il faudra mettre le prix en raison des matériaux de dernière génération utilisés.

Si l’on devait choisir un seul complément pour sac à dos, ça serait la housse de pluie. Certes les sacs à dos résistent bien à l’eau, sauf dans les cas où il est indiqué qu’il n’est pas imperméable, surtout au niveau des coutures. Rien de plus fâcheux que de se retrouver avec le sac de couchage, la nourriture et les vêtements mouillés. Certains modèles incluent une housse pliée dans une petite poche prévue à cet effet.

Les types de sac à dos selon leur capacité

La capacité dépend de l’activité et du matériel que nous aurons besoin de charger. Pour la montagne, nous pouvons prendre en compte les types de sac suivant :

1. Les sacs de moins de 20 litres

Il s’agit d’une capacité plus restreinte, et sauf avis spécifique (trail running, etc), ils pourront être utilisés pour la randonnée en été, sur des trajets relativement courts.
Deuter Speed Lite 20

De par leur faible capacité, il se peut que certains modèles n’incluent pas de ceinture.

Les sacs qui n’atteignent pas les 20 litres ne sont pas recommandés pour la montagne à cause de leur faible contenance (C'est une de ces occasions où une capacité inférieure à celle nécessaire peut nous faire "oublier" le matériel de base à la maison).

Nous retrouvons également les « Daypacks » : des sacs combinant une utilisation en ville avec les excursions courtes en montagne.

2. Les sacs de 20 à 40 litres

Ils conviennent pour les sorties en journée. Ce sont les sacs à dos polyvalents par excellence pour la montagne. En effet, l’absence de sac de couchage, de matériel de cuisine, etc. permet de facilement y mettre des vêtements chauds, de la nourriture et des boissons ainsi que des éléments de sécurité et techniques si nécessaire - piolet, bâtons.
Salewa Crest 36
La ceinture est légère car le poids que l’on est supposé porter n’est pas encore élevé.

3. Les sacs de 40 à 65 litres

Il s’agit des sacs à dos les plus utilisés en montagne. La ceinture a ici son importance. Si l’on tire le meilleur parti, ces sacs peuvent être utilisés pour réaliser des activités de nuit, parcourir de longs trajets de plusieurs jours, toujours si l’on passe par les refuges, évitant ainsi d’emporter un sac de couchage.

Il y a encore un peu plus de 10 ans, on avait encore tendance à opter uniquement pour un sac de 65 litres pour les longs trajets, sac de couchage compris. Mais de nos jours, les progrès réalisés dans l’utilisation des matériaux ont permis de réduire le poids et le volume de bon nombre d’objets tels que les tentes, les sacs de couchage. Il est désormais possible de tout mettre dans un sac de 45 à 65 litres.

Seulement le fait de penser à la place que peuvent occuper 3 maillots en coton face à 3 maillots techniques, ou un pantalon moderne de trekking face aux anciens pantalons de montagne. Certaines tentes peuvent peser deux fois moins et occuper deux fois moins de place.

Ces sacs à dos ont généralement des sangles de réglage et de compression latérales. De cette manière, il est possible d’adapter la capacité de contenance du sac aux objets transportés, sans créer de déséquilibres. Il est donc possible de remplir le sac à moitié et de l’utiliser pour les excursions d’une journée.

4. Les sacs de plus de 65 litres

Ce sont des sacs à dos de grand volume. Ils peuvent atteindre les 100 litres et sont préconisés pour les grands trajets, les approximations aux camps de base. Leur armature, ceinture lombaire sont surdimensionnées afin de pouvoir transporter le matériel en tout confort et avec une sensation minimale de poids.
Vaude Skarvan 75+10 XL
Il y a encore quelques années, ils étaient utilisés pour les excursions de plusieurs jours en autonomie. De nos jours, comme nous l’avons indiqué, certains sacs de 45-65 litres pourront faire l’affaire… d’autres non.

Nous ne nous lasserons pas de vous le répéter : il est possible d’utiliser les sacs de 45-65 litres pour les longs trajets seulement si il peut accueillir tout ce dont nous avons besoin. Sinon, il vaut mieux passer aux sacs de 100 litres … et ne jamais ajouter des objets superflus sous prétexte qu’il y a encore de la place.

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.