Comment choisir vos chaussures de ski

Nous vous expliquons ici tout ce que vous devez savoir sur les chaussures de ski de randonnée et d'alpinisme.

Chaussures de ski de randonnée: ascension-descente. Photo: barrabes

Les chaussures de ski de randonnée doivent répondre à plusieurs exigences :

  • En raison de leur utilisation lors des ascensions, elles doivent être le plus léger possible.
  • Leur performance devraient être les plus similaires à celles des chaussures alpines dans les descentes
  • La tige doit pouvoir être déverrouillée pour permettre le mouvement de remontée
  • Et aussi, essayez de ressembler à une chaussure d'alpinisme pour les occasions où vous devez enlever les skis et affronter des crêtes, des couloirs, des pentes, etc.

Difficile ? Vous n’avez pas tort. Impossible ? Comme vous le verrez, de moins en moins.

Zones alpines sans ski en randonnée, avec des chaussures et des crampons. Photo: Scarpa
Zones alpines sans ski en randonnée, avec des chaussures et des crampons. Photo: Scarpa

Qu’est-ce qu’une chaussure de randonnée?

Une chaussure de ski de montagne est, à la base, une chaussure de ski alpin qui offre la possibilité de déverrouiller la tige pour faciliter l'action de marche avec des skis parallèles

Voici en quoi elles diffèrent des chaussures de ski alpin :

  • Présence d’une semelle en caoutchouc avec talon à utiliser comme chaussure de montagne
  • Courbure (rocker) pour faciliter le passage
  • La norme qui réglemente ses fixations est ISO 9523

Dans notre article Comment choisir vos chaussures de ski alpin nous vous expliquons les idées de base sur la manière de choisir la taille correcte, ce qu’est le flex, la taille exprimée en Mondo Point, l’ISO 9523, l’ISO 5355. Si ces notions ne sont pas claires, nous vous recommandons de les lire.

Comme nous l'avons dit, ces concepts sont valables pour les chaussures de ski de randonnée... à quelques nuances très importantes près. En plus d'expliquer tous les types de chaussures que l'on peut trouver, nous allons clarifier ces nuances dans cet article.

Barrabes
Chaussures de randonnée : voici le type de situations techniques auxquelles sont confrontés les skieurs alpinistes

Compatibilité entre les chaussures et les fixations de ski de randonnée

Avant de commencer, il faut préciser que les incompatibilités entre chaussures de ski de randonnée et fixations se multiplient à cause des éléments suivants :

  • Les différents systèmes de fixation existants
  • Les chaussures de freeride modernes, ou de compétition ultralégères, avec des exigences particulières
  • Les différences de longueur entre un modèle de chaussure de ski de montagne et un autre, même entre une même taille et un même système
  • La fourchette de réglage faible ou inexistante des coques de talon de certaines fixations

La norme qui réglemente les fixations, ISO 9523, est obsolète : elle ne fait référence qu'aux fixations « cadre », et non aux fixations à broches (pins). C'est-à-dire : une chaussure à picots peut être conforme à la norme car elle est également compatible avec ces fixations, mais si on l'utilise avec une fixation à insert (ce qui est habituel), à ce moment-là on ne l'utilise pas selon la norme.

Il convient d’ajouter que l'une des premières décisions à prendre est le système de fixation préféré, nous avons décidé de consacrer un article dédié à ce thème, que nous vous recommandons vivement de lire avant de faire votre choix : si vous ne le faites pas, vous avez de fortes chances de vous retrouver avec une paire de chaussures qui ne peut pas être utilisée avec vos fixations. Le voici: Compatibilidad entre botas y fijaciones de esquí de travesía.

Les marques étant réticentes à reconnaître certaines incompatibilités, il est toujours conseillé de tester la chaussure et la fixation avant l'achat, ou de se renseigner.

Il est également conseillé de vérifier la compatibilité de vos nouvelles chaussures avec les crampons que vous utilisez.

Les éléments fondamentaux à prendre en compte dans le choix des chaussures de ski de randonnée

1. Le poids

Contrairement aux modèles de ski alpin, le poids - le poids de la chaussure et non celui du skieur - est l'un des facteurs les plus importants dans le choix d'une chaussure de ski alpinisme. En fait, c'est la première chose que presque tout le monde recherche.

Logique, si l'on tient compte du fait qu'en plus de descendre, nous devons monter avec ces chaussures aux pieds.

Notre conseil ? Une fois que l'on connaît l'utilisation qui nous convient, on cherchera à ce que la chaussure soit la plus légère possible, sans aller jusqu'à l'extrême de la chaussure de course minimaliste. Mais toujours dans le cadre d'une utilisation appropriée à notre type de ski ; ce ne sera pas une bonne idée de choisir le minimalisme le plus extrême pour le freeride afin d'économiser des grammes, par exemple.

Daniel Vega
Descente des tubes del Salterillo, Benasque. Photo: Daniel Vega

2. Le pas

Cette données est conditionnée par deux paramètres :

  • La largeur de l'arc que la tige décrit vers l'avant et vers l'arrière lorsqu'elle est déverrouillée.
  • La quantité d’efforts qu’il faut pour y parvenir.

Quels sont les avantages et les inconvénients selon le pas ?

Le plus grand avantage du long pas est qu’il ne nous limite pas. En montée, sur des pentes légères, nous ferons des pas plus longs, et sur des pentes plus raides, des pas plus courts, selon nos besoins. Nous décidons de la longueur de notre foulée, pas de la chaussure.

Alors pourquoi toutes les chaussures n'ont-elles pas une longue foulée ?

La foulée longue est obtenue en « éliminant » des éléments de la chaussure lors de sa fabrication, notamment au niveau de la languette. Les chaussures de freeride perdraient un peu de maintien, de protection et de performance, car elles sont plus orientées vers la descente, donc leur pas est plus court.

C'est pourquoi on dit que les chaussures légères pénalisent quelque peu lors de la descente, et que les chaussures plus proches du freeride donnent un peu plus de difficultés à la montée.

Autre élément à prendre en considération : dans presque tous les cas, les tiges ayant le plus de débattement sont celles qui présentent le moins d'opposition, en raison de leur propre configuration avec moins de matière. Petit à petit, le démarrage demande moins d'efforts, ce qui se remarque en fin de journée.

3. Le choix de la taille et la forme de la chaussure

Le conseil le plus honnête que nous puissions vous donner est de vous confier à un spécialiste. La chaussure de ski de randonnée doit non seulement bien nous aller à la descente, mais il faut marcher avec, et selon le pied, cette combinaison peut être compliquée.

Mais en général, nous devons toujours garder à l'esprit qu'avec nos chaussures, nous allons marcher beaucoup plus longtemps que skier, donc une chaussure qui provoque des frictions en montant ne sera pas de bonne compagnie.

Prenez votre temps pour choisir votre taille et choisissez la forme qui convient le mieux à votre morphologie.

Dans notre article sur les chaussures de ski alpin, nous vous expliquons comment vérifier votre taille MP (MondoPoint) et d’autres aspects intéressants. En ce qui concerne les demi tailles, nous souhaitons insister sur ces éléments :

  • Normalement, les chaussures de ski alpin partagent une coque entre deux tailles. Une 27 et une 27.5 ont un revêtement plastique différent sous la chaussure, une semelle intérieure différente ou un revêtement différent, mais la coque est la même.
  • C'est pourquoi la différence d'un demi-point entre un 27,5 et un 28 est plus perceptible que la différence entre un 27,5 et un 27. Si l'on se trompe d'un demi-point, c'est facile à corriger avec la personnalisation s'il s'agit de la même carcasse.
  • Certaines marques et certains modèles de chaussures de ski alpinisme partagent une coque inversée: 27.5 partage avec 28 au lieu de 27.

Renseignez-vous à ce sujet lors du choix de votre taille. Méfiez-vous des arrondis vers le haut ou vers le bas lorsqu'il s'agit de changer de coque.

Un facteur à prendre en compte, qui peut compliquer un peu les choses, est le manque d'informations sur les dernières largeurs que les fabricants de chaussures de ski alpinisme proposent généralement. Contrairement aux chaussures alpines, de nombreux fabricants de chaussures de ski alpinisme ne précisent pas la largeur de la forme de leurs chaussures. Il est intéressant de noter que la plupart des formes "non spécifiées" sont parmi les plus étroites à première vue.

Si vous avez déjà eu des problèmes avec des chaussures trop étroites, n'hésitez pas à demander conseil. Non seulement certaines chaussures ne précisent pas la forme, mais beaucoup ne précisent pas non plus l'indice de flexion.

Barrabes

Les catégories

Comme pour les fixations et les skis, il existe trois catégories :

  • Compétition (légèreté)
  • Polyvalence
  • Freeride

Sans surprise, les limites entre les catégories sont floues : les méthodes de construction modernes, les designs minimalistes et les matériaux tels que la fibre de carbone sont passés de la course à la polyvalence et même au freeride.

De plus en plus de skieurs optent pour des chaussures de moins de 1,3 kg par pied pour une utilisation tout-terrain car, ces derniers temps, des matériaux tels que le pebax, le grilamid et les composites ont permis de réduire considérablement le poids tout en garantissant une durabilité et une résistance optimales.

Scarpa F1 LT, Des chaussures de randonnée polyvalentes et ultralégères
Scarpa F1 LT, Des chaussures de randonnée polyvalentes et ultralégères

Lesquelles choisir?

Deux conseils de base :

  • Une fois que l'on connaît l'utilisation qui nous convient (plus de ski alpinisme, plus de freeride, etc.), on cherchera à ce que la chaussure soit la plus légère possible.
  • Si vous ne savez pas exactement de quelles chaussures vous avez besoin, les chaussures polyvalentes de taille moyenne sont presque certainement celles qu'il vous faut ; pas les ultralégères, ni les plus adaptées à la descente.

La plupart des chaussures polyvalentes d'aujourd'hui sont légères : la réduction du poids grâce à de nouveaux designs et matériaux n'est plus associée depuis longtemps à une diminution des performances en descente. Ainsi, de plus en plus de skieurs et de "skieurs-alpinistes" optent pour ce type de chaussures, beaucoup plus mobiles car non bloquées et beaucoup plus légères.

Dynafit Hoji PX, polyvalence intermédiaire – tout terrain

Mais attention à l'extrême légèreté, car ces grammes éliminés ont des conséquences : la durabilité et certains aspects liés au confort (comme les parties conformables des bottes), l'isolation thermique et l'imperméabilité sont souvent les premiers sacrifiés par la balance.

Ce sont des chaussures qui grimpent très bien, mais en cas d'utilisation intensive, les semelles, les crochets, les chaussures, les coquilles, souffriront plus que nécessaire, étant plus sujettes à la casse. Si vous recherchez la performance avant tout, allez-y, mais si vous recherchez la durabilité et la fiabilité, préférez un modèle moins extrême.

Atomic Backland Pro W Thermoformable, version femme, un peu plus de 1 kilo. Des chaussures légères et polyvalentes

Qui serait amené à choisir d’autres types de chaussure ? Ceux qui font de la compétition, chercheront évidemment des chaussures offrant un rendement supérieur. Les plus rapides chercheront des prestations optimales pour un poids minimal.

Chaussures de freeride. Atomi Hawx Ultra
Chaussures de freeride. Atomi Hawx Ultra

Et dans le domaine de la descente, certains modèles freeride jusqu'à 130 flex ne sont en fait que des versions allégées, non verrouillables et avec une semelle en caoutchouc à l’instar des chaussures de ski alpin haut de gamme.

Les alliés parfaits des freeriders les plus agressifs à la recherche de lignes à grande vitesse avec "beaucoup d'air".

Chaussures de freeride. Atomi Hawx Ultra
Chaussures de freeride. Atomi Hawx Ultra

Site internet: www.barrabes.com

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.