Comment choisir votre DVA ou ARVA pour avalanches ?

Vous l’aurez deviné : les Détecteurs de Victimes d’Avalanches (DVA) ou Appareils de Recherche de Victimes d’Avalanche (ARVA) comme leur nom l’indique, sont des instruments essentiels pour nous secourir le plus rapidement possible lorsque l’on se retrouve enseveli sous la neige. Nous allons vous présenter les différents types de dispositifs et vous expliquer comment ils fonctionnent.

Mammut Barryvox S, un DVA parmi les meilleurs et les plus complets. Photo: Mammut

La sécurité en montagne en hiver et par temps de neige

La sécurité en montagne en hiver passe fondamentalement par une très bonne connaissance de la neige et de son comportement.

Il ne s’agit pas de seulement porter le matériel adéquat: une formation complète en nivologie permettra d’éviter bon nombre d’accidents. La formation doit bien sûr être assurée par des experts. Cet article ne remplace pas et n’a pas la valeur d’un cours pratique que vous devrez suivre pour affronter avec plus de garanties les dangers de la montagne en hiver.

Le matériel de sécurité indispensable : pelle, DVA et sonde

Nous devons cependant nous prémunir face à l’éventualité d’un accident et devons emporter le matériel de secours adéquat avec notamment une pelle, un DVA, une sonde voire même un sac à dos muni d’un dispositif airbag anti-avalanche.

  • Sonde
  • Pelle
  • Sac à dos airbag
  • DVA, ou ARVA

Il est donc question dans cet article des DVA.

Quelles sont les fonctions et les caractéristiques les plus importantes de ce type d’appareil ? Quelles technologies y sont utilisées? Nous allons vous expliquer les points importants à prendre en compte pour que vous puissiez mieux connaître cet appareil au combien crucial pour votre sécurité si vous allez en montagne par temps de neige.
Mammut Pack Barryvox S Europe, pack incluant un DVA, une pelle et une sonde

Qu’est-ce qu’un DVA au juste ?

Le but d’un DVA ou ARVA se résume en deux points :

  • Émettre un signal radio par pulsation
  • Recevoir un signal radio par pulsation

En d’autres mots, si une personne se trouve ensevelie sous la neige suite à une avalanche et porte un DVA connecté, il sera possible de la retrouver. L’équipe de secours qui dispose d’un DVA en mode réception, pourra capter et suivre les ondes radios émises par le dispositif de la victime.

Ondes du signal émis par un DVA. Source: Mammut
On comprend donc pourquoi ces dispositifs sont aussi importants dans la recherche des victimes ensevelies en cas d’avalanche. En plus de pouvoir à la fin localiser la victime, ils permettent de gagner un temps précieux pendant la phase de recherche.

Comment fonctionne un DVA?

Lorsque vous skiez, le dispositif doit être configuré en mode émission. En cas d’avalanche, si certaines personnes se trouvent ensevelies, celles qui se trouvent à l’extérieur doivent passer en mode réception. Le but est alors de capter un signal. Le dispositif nous indiquera la direction à suivre grâce à une flèche et la distance approximative à parcourir. Pour nous aider, l’appareil émettra un son qui sera de plus en plus fort à mesure que l’on se rapproche de la victime.

La flèche directionnelle nous indique la provenance des ondes et nous permet de suivre le chemin vers la victime. Une fois la distance réduite (indiquée sur l’écran du dispositif), la phase de recherche approfondie peut commencer. Une fois la victime localisée, si le DVA dispose d’une fonction de marquage, nous la marquons après l’avoir libérée (jamais avant). De cette manière, le dispositif pourra continuer à détecter d’autres victimes encore sous la neige.

Existe t-il des problèmes de compatibilité entre DVA de différentes marques et modèles ?

La réponse est simple : NON

Tous les dispositifs présents sur le marché utilisent la fréquence internationale standard de 457 kHz, quelle que soit la marque ou le modèle.

Tous sont donc capables de chercher et de trouver une victime ensevelie dans n’importe quel coin du globe.

Il y a encore 15 ans, il y avaient deux fréquences différentes : une pour l’Amérique du Nord et l’autre pour l’Europe. Finalement tous se sont mis d’accord sur la fréquence 457 kHz.

Nous pouvons donc employer n’importe quel appareil sans avoir à nous soucier de sa compatibilité avec les appareils de l’équipe de secours, que l’on soit en France ou dans n’importe quel autre coin du monde.

Les éléments à prendre en compte dans le choix d’un DVA

1. Les antennes

Indépendamment de notre niveau d’expérience (nous évoquerons cet aspect plus loin dans l’article), notre DVA devra disposer de 3 antennes, chargées d’émettre les informations sur la distance en 3 dimensions.

Les modèles pourvus de 2 antennes ne sont plus fabriqués. Si vous en avez encore un, vous devriez le changer car son rendement est beaucoup moins performant que les modèles actuels. Par ailleurs, il ferait perdre un temps précieux voir vital. Environ 73 % des victimes d’avalanche meurent par asphyxie. Les modèles à 3 antennes ont heureusement fait baisser ce chiffre.

De même, seuls les modèles de 3 antennes sont acceptés dans le cadre des compétitions.

  • L’antenne principale (Y) se charge d’émettre le signal lorsque le DVA est en mode émission. Lorsqu’il est en mode réception, c’est l’antenne qui capte le mieux les ondes en provenance d’un autre détecteur.
  • La seconde antenne (X) a pour fonction d’orienter le signal, nous renseignant ainsi sur la direction à suivre.
  • La troisième et dernière antenne (Z) nous donne une information concernant la profondeur, ce qui est utile lors de la phase de la recherche finale, pour éviter l’effet des pics multiples. Ces derniers se produisaient lorsque il y avait un écart entre la position du secouriste et celui de la victime encore ensevelie. Ce n’est désormais plus un problème avec l’inclusion de la troisième antenne.

La combinaison de ces trois antennes permet d’émettre un signal plus complet et performant.

2. Une utilisation facile

L’utilisation du DVA doit être conforme à votre niveau d’expérience. Il convient de se familiariser avec ce type de dispositif afin de l’utiliser plus efficacement.

En effet, tous les DVA sont relativement simples à utiliser. Encore faut-il savoir comment. Pour ce faire, vous devez vous familiariser avec leurs différentes fonctions et connaître les protocoles de secours. Si vous achetez un modèle proposant des fonctions trop complexes pour votre niveau actuel, vous pourriez vous être facilement perdu.

Aussi, lorsque vous avez un DVA, vous devez coûte que coûte vous entraîner à son utilisation jusqu’à pouvoir l’utiliser intuitivement.

Nous évoquerons ce thème plus tard lorsque sera venu le moment de faire un classement des DVA.

3. La vitesse du traitement des informations

Après les antennes et la facilité d'utilisation d'un appareil selon votre expérience et votre pratique, le deuxième facteur le plus important lors de l'achat d'un DVA est la vitesse de son processeur.

Lors de la phase de recherche de la victime d’une avalanche, le temps est précieux. La vitesse du processeur vous permettra de vous déplacer plus rapidement sans que cela ne sature le dispositif et tout en continuant de recevoir correctement le signal.

En effet, certains modèles obligent l’utilisateur à faire des arrêts car leur processeur ne calcule pas assez rapidement toutes les données qu’ils ont à traiter. Avec l'expérience, vous finirez tout de même par connaître votre DVA et vous saurez comment l’utiliser de manière optimale sans le forcer.

4. La portée du dispositif

C'est certes important, mais pas autant que les antennes, la rapidité et la facilité d'utilisation. Comme il existe différentes marques et modèles, il existe différentes gammes et une portée allant de 40 à 100 mètres.

Plus la portée du DVA est grande, plus la largeur de la bande de recherche est grande, donc théoriquement, vous pourrez ratisser une zone plus grande en moins de temps. Surtout si vous avez suffisamment d'expérience de recherche; sinon, dans une zone aussi vaste, cela peut être difficile.

Nous devrions toujours prendre en compte la portée des signaux. Cette information est indiquée au dos de votre DVA. Vous y trouverez également les informations de base sur les principales phases d'un protocole de sauvetage, que vous devez toujours suivre.

Il existe des cas dans lesquels cette information ne se trouve pas au dos de l’appareil. En cas de doute, vous devez toujours prendre une portée de 40 mètres par défaut.

A la recherche d’une personne ensevelie sous la neige à l’aide d’un DVA. Photo: Juanjo Frutos

Les autres fonctions d’un DVA

1. Numérique vs. Analogique

Les DVA numériques et analogiques varient dans la manière dont ils nous permettent d'interpréter les données transmises et reçues.

Les DVA numériques représentent la grande majorité des modèles du marché actuel. Ils offrent ces avantages :

  • Ils utilisent plusieurs antennes et microprocesseurs pour traduire les données visuellement sur un écran, ainsi que de manière audible par le biais de bips.
  • Ils indiquent la distance et la direction jusqu'à la victime
  • Ils s'adaptent rapidement à plusieurs signaux
  • Ils incluent plus de fonctions supplémentaires (multi-victime, fonction de marquage, scanner, clinomètre, etc.).

Les DVA analogiques ont été les premiers à être inventés.

Ils indiquent les signaux analogiques au moyen de bips sonores dont la fréquence et l'intensité augmentent à mesure que nous nous rapprochons d'un autre DVA ou victime. Ils n'ont pas d'écran, pas d'indications de direction. En général, ces appareils ont une plus grande portée d'émission et de réception du signal, mais ils sont beaucoup moins pratiques et requièrent une plus grande connaissance et expérience pour une utilisation correcte et efficace. Leur utilisation n'est donc pas recommandée sauf pour les sauveteurs professionnels et utilisateurs de haut vol.

En fait, quiconque possède un DVA uniquement analogique devrait le changer dès que possible.

Il existe bien entendu des modèles, plus techniques, qui sont numériques et analogiques. Les professionnels peuvent utiliser le signal analogique comme une aide supplémentaire dans la recherche dans des scénarios complexes où la fonction multi-victimes et/ou le marquage ne sont pas disponibles. Certains de ces modèles permettent même d’utiliser les deux types de signaux en même temps pour une solution plus rapide comme c’est le cas pour le Mammut Barryvox S.

2. Si il y a plusieurs personnes ensevelies

La plupart des appareils sont faciles à utiliser lorsqu'il s'agit de rechercher une seule victime, mais que se passe-t-il lorsqu’il y en a plusieurs ?

La fonction de marquage d'un DVA va vous permettre d'isoler le signal d'une victime que nous avons retrouvée, et ainsi pouvoir se focaliser sur la prochaine victime encore ensevelie. On ne peut pas marquer une victime tant que ses voies respiratoires et son thorax soient libérés. Ce n’est qu’à ce moment que vous pourrez marquer le signal.

La fonction de marquage dans les scénarios avec plusieurs personnes ensevelies est importante car elle facilite la recherche des différents signaux.

Parfois, ces fonctions ne sont pas disponibles en raison de la complexité de la situation obligeant à effectuer d'autres méthodes de recherche pour les ensevelissements multiples. Nous avons la méthode des microbandes et la méthode des trois cercles. Ces méthodes doivent vous être familières et pratiquées, quel que soit le modèle de DVA dont vous disposez.

3. Le test de groupe

La fonction test de groupe est également intéressante dans la mesure où elle vous permet de vous assurer que chacun des membres du groupe porte un DVA allumé, que ces derniers fonctionnent correctement aussi bien en mode émission qu’en mode réception.

4. Autocontrôle du dispositif et des batteries

Actuellement, tous les modèles DVA en vente incluent les fonctions d'autocontrôle de l'appareil, ce qui nous permet de vérifier qu'il n'y a pas d'erreur au niveau du logiciel et de contrôler l’état de la batterie.

L’importance dans le choix du DVA et de son utilisation correcte en mode secours suite à une avalanche

Il convient de rappeler que le temps est précieux dans le cadre d’une recherche des victimes d’une avalanche. Par conséquent, plus vous connaissez votre DVA, plus vous l'utilisez, plus vous serez rapides.

Cette consigne est plus importante que les performances du dispositif.

Nous avons déjà vu qu'il existe des différences de caractéristiques, de fonctions, de vitesses de traitement de données, de portées, etc., mais l'essentiel est que vous soyez en mesure d’utiliser efficacement votre DVA. Un modèle très professionnel ne sert à rien si vous ne le connaissez pas sur le bout des doigts. Il faut vous entraîner le plus possible jusqu’à vous sentir à l’aise avec votre dispositif.

Vous devez par ailleurs être honnêtes avec vous-même au moment de vous procurer un DVA. Si vous savez clairement que vous n’aurez pas le temps de vous entraîner avec, que vous n’avez pas d’expérience, n’achetez pas un modèle complexe. Cela sera au final contre-productif.

Le meilleur DVA est celui qui peut être utilisé correctement, sans aucun doute dans une situation dans laquelle vos nerfs seront mis à rude épreuve. Lorsqu’il s’agit d’un vrai sauvetage, il est impératif et vital de connaître son dispositif par cœur.

Les différents types de DVA selon leurs fonctions et les groupes d’utilisateurs

Aujourd'hui, tous les appareils sont plus intuitifs et plus rapides à utiliser que ceux d'il y a 15 ans. Où réside alors leur différence ? Pourquoi différencie t-on plusieurs groupes d’utilisateurs ?

Tout dépend du niveau d’expérience et de compétences des utilisateurs.

1. Niveau débutant

Comme nous l’avons dit précédemment, si vous êtes nouveau et que vous ne sortez que quelques fois par saison, et que vous n'êtes pas très à l'aise avec ce type d'appareil, il n'est pas nécessairement recommandé d'acheter un DVA avec de nombreuses fonctions.

La multiplicité des fonctions peuvent avoir l’effet contraire et engendrer des confusions et vous faire perdre du temps, ce qui peut être fatal lors de la phase de recherche de victimes.

Parmi les dispositifs conçus pour les débutants, on peut citer l’Ortovox Zoom+, simple à utiliser.

Cela ne signifie pas pour autant que vous n'avez pas à vous entraîner et à pratiquer beaucoup avec. Leur simplicité vous permettra de les utiliser efficacement selon votre niveau de connaissance et de pratique. Il s'agit d'un modèle de recherche de base sans fonctions majeures.

Ortovox Zoom+

2. Niveau intermédiaire

Si vous êtes déjà un utilisateur intermédiaire ou si vous prévoyez d'approfondir vos connaissances et vos compétences en matière de sauvetage grâce à la formation et à la pratique, nous passerons à l'étape suivante : un modèle simple avec quelques fonctionnalités supplémentaires, telles qu'une plus grande plage de recherche, la fonction de marquage ou d’ensevelissements multiples.

Vous pourrez trouver des dispositifs bénéficiant d’un excellent rapport qualité-prix comme le Mammut Barryvox, le Pieps Micro, ou l’ORTOVOX 3+.

Pieps Micro

3. Niveau avancé

Et si un utilisateur de niveau intermédiaire ou avancé souhaite continuer à apprendre et à faire progresser ses compétences de sauvetage, et utiliser certaines des fonctions les plus complexes, nous pouvons choisir un modèle comme le Mammut Barryvox S.

Celui qui choisira un DVA dans cette gamme, et après la pratique nécessaire, pourra utiliser des fonctions telles que la possibilité de changer le mode de recherche-émission automatique, la fonction de démarquage de la victime, les fonctions spécifiques de test de groupe, la fonction analogique-numérique ou la fonction scanner, entre autres.

Mammut Barryvox S

Les derniers facteurs à prendre en compte

L’importance des piles

Les piles que vous allez utiliser doivent être neuves et de très bonne qualité. De même, elles doivent être remplacées avant qu'elles ne s'épuisent au milieu d'un sauvetage.

La fréquence de changement des piles dépendra des recommandations de chaque fabricant. Nous vous recommandons de les changer lorsqu'ils se situent entre 50 et 75 % de la charge. De cette façon, vous en aurez suffisamment jusque l’arrivée des secours.

Il faut changer toutes les piles en même temps, et elles doivent être de la même marque. N'utilisez jamais de piles rechargeables ou en lithium, sauf si le fabricant le recommande. Il existe très peu de modèles prenant en charge les batteries en lithium.

Le niveau d'autonomie est affecté différemment selon le mode que vous utilisez: en mode émission ils consomment moins de batterie.

Il est toujours conseillé d'emporter des piles de rechange. Vous éviterez bien des problèmes si quelqu'un de votre groupe les oublie ou si une de vos piles commence à se décharger.

A quelle fréquence devez-vous inspecter l’état de votre DVA?

Les DVA sont des équipements électroniques très délicats qui doivent être traités avec soin afin d’éviter d'éventuels dommages ou que les antennes s’abîment.

Il est conseillé de ne pas les stocker dans des zones froides et à proximité d'éléments métalliques, car ils peuvent désaccorder les antennes et entraîner une dérive des signaux.

Au fil du temps, toutes les balises se désaccordent et affectent la capacité de rechercher des victimes. Pour cette raison, il est recommandé d'envoyer le DVA tous les 3 ans aux services techniques des fabricants pour vérifier le bon fonctionnement de l'appareil.

Site web: www.barrabes.com

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.