Equipement recommandé pour grimper aux Mallos de Riglos

Si vous n'avez pas encore escaladé les Mallos de Riglos, vous ratez une expérience unique. L'histoire des ouvertures, l'atmosphère, la hauteur et la sensation de naviguer parmi les "bolos" captiveront quiconque s'y essaiera. Voici quelques brèves indications sur l'équipement que vous devriez emporter pour vos premières expériences au royaume des mallos.

Mallos de Riglos. Photo Álex Puyó

Que ce soit la première fois que vous visitiez les Mallos ou que vous soyez un habitué de ces parois, le sentiment d'émerveillement ne disparaît pas à l'approche du pied des voies. La verticalité - pour ne pas dire la concavité - de ces parois est écrasante et si l'on connaît un peu l'histoire des pionniers, il est impossible de se détacher de la magie imposante de ces rochers.

L'escalade dans les Mallos de Riglos se caractérise par le type de roche (conglomérat), la longueur des voies (généralement plus de 200 mètres dans les mallos les plus grands) et, dans une moindre mesure, par la prédominance des parois exposées au sud. Si vous choisissez l'une des voies les plus anciennes et les plus classiques, celles qui n'ont pas été transformées par des équipements modernes et controversés, vous devrez peut-être aussi retenir votre souffle en voyant les points d'ancrage qui vous attendent et la distance généreuse qui les sépare, même si cela, malheureusement pour ceux d'entre nous qui sont attachés au caractère original et à l'histoire des voies, est de moins en moins fréquent.

Analysons ce que vous trouverez à Riglos et quel équipement est généralement nécessaire pour s'attaquer avec succès à ces fameuses parois :

La roche : conglomérat

Les mallos sont le résultat d'un processus géologique qui a commencé il y a des millions d'années avec la formation de la chaîne des Pyrénées. Le transport de blocs rocheux, les fameux "bolos", a abouti ici, où une grande quantité de matériaux a été déposée et cimentée en un mélange hétérogène. La grande taille de ces roches indique que la distance a été plus courte, par rapport à d'autres conglomérats de matériaux plus fins (Vadiello, Montserrat...) qui, en raison de leur petite taille, ont été déplacés vers des lieux plus éloignés.

L'érosion de l'eau le long des lignes de fracture très verticales a isolé ces parois et façonné leurs profondes cheminées et sommets arrondis. Par ailleurs, là où la dureté de la roche n'a pas été vaincue par l'érosion, elle a donné naissance à certaines formations les plus représentatives et les plus redoutées de son relief : les panses. La vue du "champ de pommes de terre" une fois que vous êtes sur la paroi peut être trompeuse ; toutes les prises ne sont pas comme elles apparaissent vues d'en bas, parfois les surprises sont bonnes quand vous trouvez une bonne prise inattendue et d'autres fois vous rencontrez le plus ingrat des boulets.

Tous les conglomérats des mallos ne sont pas identiques : les zones les plus grises indiquent une prédominance de calcaire, qui donne lieu à une roche très compacte et à des prises généralement plus petits, et les zones rougeâtres indiquent l'existence d'une forte composante argileuse, avec une qualité de mortier inférieure qui conduit à des zones d'effondrement et des fissures. Cette compacité inégale de la roche fait que, surtout dans les voies récemment ouvertes ou peu fréquentées, il est indispensable de vérifier la solidité des prises avant de porter tout son poids, sinon c'est la frayeur assurée.

Cheminées, fissures et grands boulets. Auteur Álvaro Lafuente

La taille et l'abondance des boulets rocheux contribuent à atténuer les difficultés rencontrées dans les mallos. Peu de voies dépassent le 6a obligatoire, et il n'y a pas beaucoup de voies qui atteignent le 7b en libre, celles-ci étant réduites à des voies ouvertes récemment avec une mentalité sportive dans des secteurs très déversants.

Grande longueur de voie

Excepté dans les petits mallos où il y a des itinéraires plus courts, vous aurez généralement à affronter des itinéraires avec un minimum de sept ou huit longueurs et rarement inférieur à 200 mètres de longueur. Pour la descente de mallos tels que le Firé, le Puro ou le Pisón, ainsi que de tous les mallos plus petits, une corde est indispensable, et pour le reste des mallos, bien qu'ils aient aussi quelques voies de descente, il est habituel de faire une belle mais longue marche de retour au village.

Soyez prêt à passer beaucoup de temps sur la paroi. Bien que les compétitions dans les mallos nous ont montré que quelques cordées peuvent gravir plus de cinq voies en 12 heures, il est normal que la première fois, avec une voie gravie, vous en ayez plus qu'assez jusqu'au jour suivant. Et surtout, prévoyez les changements météo, l'escalade de nuit, la nourriture et les boissons en fonction de vos besoins et de ceux de l'itinéraire que vous souhaitez effectuer.

Parois exposées au sud

Les mallos de Riglos sont principalement orientés vers le sud, bien que le mallo Pisón tourne légèrement vers le sud-ouest et, évidemment, son énorme "dos" est au nord-est, avec une ombre permanente assurée, ce qui explique le nom de cette zone comme “Circo de Verano” (Cirque d'été).

Cette prédominance de l'ensoleillement et son altitude de 650 mètres, qui laisse de côté les fréquents brouillards de la vallée de l'Ebre en contrebas, font des mallos une destination incontournable pour les jours d’anticyclone d'hiver et pour toute journée de printemps et d'automne. En été, par contre, il faudra chercher les rares faces nord peu fréquentées ou choisir l'une des cheminées profondes si l'on ne veut pas souffrir de la chaleur excessive. La face Est du Mallo Firé est une option valable si nous avons la possibilité de faire une ascension rapide lors des longues après-midi d'été.

Longues voies, ambiance et orientation sud

Autre variable à prendre en compte : la surfréquentation.

Riglos est à la mode depuis plusieurs années. La faible fréquentation de ces parois, en dehors des voies classiques habituelles et bien équipées, a cessé d'être une constante lorsque les vieilles voies oubliées ont été rééquipées, dans la plupart des cas avec l'ajout de nombreux spits supplémentaires. L'ouverture de nouveaux itinéraires au concept purement sportif, l'équipement de la via ferrata voisine de “Culibillo” ou le balisage d'un sentier de randonnée autour des mallos, ainsi que d'autres facteurs tels que la mise à disposition de nouveaux topo-guides actualisés ou la réouverture du refuge après de nombreuses années de fermeture, ont contribué à attirer beaucoup plus de monde dans ce beau village.

Nous le mentionnons afin que vous puissiez prévoir des situations comme celle qui se produit habituellement lors d'un week-end : avoir des cordées au dessus de vous (ou être bousculé par derrière) à la fois sur la montée comme sur les rappels ! Il est intéressant de prévoir des itinéraires ou des descentes alternatives si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas attendre. Attention aux pierres qui peuvent tomber au pied des voies, à cause de grimpeurs qui ne sont même pas sur votre verticale. Si vous en avez la possibilité, vous trouverez l'endroit beaucoup plus calme en semaine que le week-end ou les jours fériés.

Matériel

Voici quelques prémisses à garder à l'esprit. Vous pouvez imaginer que dans un article à caractère général de cette nature, il y a beaucoup de détails à prendre en compte et que pour un lieu aussi varié que les mallos de Riglos, ce guide doit servir de repère et non de dogme, mais si c'est votre première fois à Riglos, acceptez ces conseils pour ne pas être pris par surprise.

Vêtements

La proximité du pied des voies, par rapport à la voiture ou à votre logement dans le village, vous permet de prévoir sans trop de difficultés la météo au moment de commencer l'ascension. Cependant, si l'itinéraire que vous avez choisi passe du soleil à l'ombre ou vice-versa, les différences de température à Riglos peuvent être choquantes. Il en va de même pour les jours de cierzo (le vent dominant du nord-ouest) où l'on peut passer de la protection d'une cheminée à la désagréable sensation d'être exposé à ce vent violent.

Anticipez cette circonstance avec un vêtement chaud compact. Une veste légère en duvet ou en fibre est une bouée de sauvetage dans les contrastes thermiques sévères de la mi-saison. Les jours de grande chaleur, prévoyez des vêtements plus frais, car la température peut augmenter considérablement et vous aurez peu de chances de vous abriter si l'orientation de la voie n'est pas bonne.

Chaussons d'escalade et chaussures

La générosité des prises, tant en taille qu'en nombre, ainsi que la longueur des voies, font que nous recommandons un chausson d'escalade dans lequel le confort prime. Les chaussons d'escalade à profil très asymétrique ou agressif ne sont généralement pas nécessaires dans le conglomérat de Riglos. Si vous avez l'habitude de grimper dans du calcaire, la première chose que vous remarquerez est qu'il n'est pas nécessaire de chercher une cavité pour le pied en raison de l'abondance de débords.

Vires, toits et bonnes prises

Optez pour un chausson d’escalade confortable, il n'y a pas de problème s'ils sont un peu rigides parce qu'ils ont une semelle intermédiaire interne ou une épaisseur de semelle supérieure à 4 millimètres, car la sensibilité de la roche sous les pieds n'est pas un facteur déterminant pour l'escalade à Riglos. Vous apprécierez les chaussons symétriques sur les voies avec cheminée.

Ne laissez pas vos chaussures au pied de la voie. Prenez vos chaussures avec vous lors de la montée, même si cela vous gênera lors de l'ascension de cheminées étroites. Cela va de soi si vous devez descendre à pied, mais c'est également conseillé si vous allez faire les longs (en temps et en longueur) rappels typique de Riglos. A l'exception de l'entrée directe du Puro, peu de voies terminent leur descente là où commence l'ascension, il faudra donc marcher un peu ou beaucoup, et il est préférable de ne pas le faire avec ses chaussons. Les chaussures d'approche ont tendance à donner les meilleurs résultats, tant au sommet que sur les rappels, en raison de leur adhérence et de leur tenue sur la roche.

Cordes

Traditionnellement, il a toujours été une bonne idée d'aller avec des cordes à double à Riglos. Sur les voies plus classiques qui cherchaient à éviter à tout prix les panses et présentaient des tracés sinueux, la gestion correcte des frottements se faisait de préférence avec deux cordes ; de même, la qualité douteuse de certains relais tels que les pitons ou les ponts rocheux conduisait à préférer les cordes à double en raison de leur faible force de choc en cas de chute.

Les itinéraires sinueux et les points d'assurage douteux font que les cordes à double sont recommand

Pour compléter les avantages des cordes à double dans les mallos, en cas de repli à mi-parcours ou pour les rappels dans les descentes normales, il est très utile de porter deux cordes et de pouvoir ainsi utiliser l'une ou les deux selon la longueur du rappel.

De nos jours, les cordes à double sont de moins en moins courantes dans les cordées de deux personnes. Les voies modernes, assez droites, ou les voies classiques suréquipées et parfois même redressées, permettent d'éviter le risque inhérent et de gérer les frictions. Les longueurs de corde à la mode aujourd'hui, généralement de 70 et 80 mètres, permettent aussi souvent de sauter des réunions si on dispose des dégaines nécessaires.

Attention : si vous devez faire un rappel à Riglos, utilisez une corde à simple de 70 mètres ou plus. La plupart des rappels ont été équipés pour mesurer environ 35 mètres, évitez donc les longueurs de corde plus courtes, n'oubliez pas de toujours marquer le milieu de la corde et de nouer les bouts de celle-ci pour éviter les accidents.

Casque

Heureusement, il s'agit d'une recommandation qui est de moins en moins fréquente. Il est rare de voir des gens sans casque, même sur les immenses surplombs de la Visera, où une pierre arrachée par les grimpeurs du dessus passerait plusieurs mètres derrière vous. De toute façon, tout n'est pas forcément un éboulement, toute chute peut provoquer un choc à la tête et nous ne nous lassons pas de rappeler l'importance du port du casque en toutes circonstances.

À Riglos, il est nécessaire de porter un casque avant d'atteindre le pied de la voie. Les pierres tombent fréquemment et il n'est pas rare qu'elles rebondissent sur les vires, les projetant loin de la paroi. De nombreux rappels sont situés dans des cheminées ou des dièdres où une pierre rebondissante a une trajectoire imprévisible et où l'on peut être blessé si l'on se trouve sur sa trajectoire. Il convient de faire preuve de prudence dans ces situations. Il n'est pas rare de voir des cordées très loin de la paroi pour ranger leur matériel, s'il y a des cordées au-dessus d'eux.

Avec les casques légers et ventilés que toutes les marques proposent désormais, la chaleur et le poids ne sont plus une excuse. De plus, les équipements modernes, confortables et précis dans leur ajustement, suppriment tout argument de ceux qui dédaignent l'utilisation d'un casque parce qu'il est inconfortable.

Baudrier

Un baudrier confortable, avec une largeur généreuse dans le dos et suffisamment d'espace au niveau des porte-matériels serait le plus approprié à Riglos. Les relais sont généralement situés dans des endroits confortables, mais ce n'est pas toujours le cas et dans certains mallos comme la Visera et son énorme surplomb, vous aurez des voies où vous devrez vous suspendre même en assurant.

Vous devrez probablement vous suspendre un certain temps. Préférez un harnais confortable.

Et pour ceux qui visitent les mallos pour la première fois, ils découvriront les panses où il est souvent difficile de faire le bon pas du premier coup et il faut se suspendre pour se reposer, pester et repenser la stratégie. Dans de nombreux cas, plus notre harnais est confortable, mieux nous affronterons ce processus inévitable.

Le fait de devoir descendre en rappel est une autre raison de choisir un baudrier confortable plutôt qu'ultraléger. Certains rappels, comme le Volao del Pisón ou le dernier du Puro, en plus d'être spectaculaires, sont exigeants pour nos reins. Évitez donc les harnais d'escalade sportive étroits et ultralégers si vous n'êtes pas sûr de ne pas avoir à vous suspendre.

Dispositifs d'assurage et descendeurs, mousquetons, anneaux de sangle et dégaines.

Bien entendu, l'assureur et le descendeur doivent être en accord avec le type de corde que vous avez décidé d'utiliser. Notre recommandation est, comme vous l'avez déjà lu, d'utiliser des cordes à double, à moins que vous ne connaissiez bien les caractéristiques de l'itinéraire et les options de rappel au cas où vous devriez battre en retraite. Ainsi, les systèmes d'assurage et de descente devront être adaptés à la corde utilisée, les paniers modernes tels que le Petzl Reverso, le Black Diamond ATC ou le DMM Pivot étant une option idéale.

Les relais que vous rencontrerez sont généralement assez forts, surtout ceux installés pour le sauvetage dans les années 80 avec des anneaux et des vis à expansion surdimensionnés que l'on trouve sur les grands classiques. Avec des mousquetons de sécurité légers vous aurez plus qu'assez pour ce type de voie, sans oublier d'y inclure quelques mousquetons HMS pour ce qui pourrait arriver.

N'oubliez pas de longs anneaux de sangle. Les réunions modernes ont généralement des ancrages bien placés, mais si vous vous trouvez dans une réunion classique qui n'a pas été modernisée, vous risquez d'avoir du mal à trianguler la réunion si vous n'avez que des anneaux courts. Si vous devez organiser des relais sur des arbustes, surtout si vous ne trouvez pas le bon en arrivant au sommet, un anneau de longueur adéquate peut vous tirer d'affaire.

Choisissez vos dégaines de préférence longues. L'existence de petits toits et de petites panses, ainsi qu'un itinéraire pas toujours rectiligne, vous obligeront à gérer au mieux les frottements avec les cordes. Ce n'est pas une mauvaise idée d'avoir des dégaines assez longues, comme la Mach Express de CAMP, afin de pouvoir les allonger si nécessaire et de rendre l'escalade et l'assurage plus fluides. Vérifiez combien vous en aurez besoin pour la voie que vous allez grimper, mais prévoyez d'en emporter un bon nombre, en doublant leur nombre si vous pensez à doubler certaines longueurs.

Ce n'est pas exclusif à Riglos, mais étant donné l'abondance de panses et la distance traditionnelle entre les points de sécurisation sur de nombreux itinéraires, plus d'une personne a été reconnaissante de porter... Kong Panic. Il s'agit d'un élément de plus en plus courant sur les grandes voies, qui permet aux grimpeurs d'économiser du temps et des soucis.

Friends, Coinceurs y pitons

A l'exception des voies classiques et historiques où l'équipement d'origine a été respecté ou seulement les anciens relais ont été remplacés par des relais modernes, il n'y a pas beaucoup de voies où il est nécessaire d'utiliser des points d'assurage flottants pour progresser. Normalement, la roche dure crée de nombreuses fissures, mais le conglomérat fait qu'elles ne sont généralement pas homogènes ; par conséquent il est difficile de placer correctement le matériel d'assurage, alors soyez patient si c'est votre première expérience.

Dans les voies où il est nécessaire de porter des coinceurs ou des friends, cela est clairement indiqué dans les commentaires (Rabadá-Navarro al Firé, Norte del Puro, Serón-Millán original, vía del Silencio...) bien que dans certaines voies équipées, porter un micro-friends puisse être une aide appréciable lorsque les relais sont plus éloignés que notre force ne le permet.

Autres accessoires importants

L'acoustique des mallos est un peu bizarre. Le moindre gémissement peut être entendu depuis le village et, en même temps, votre partenaire d'escalade peut ne pas entendre un mot de ce que vous criez. Les mallos sont comme ça, gardez cela à l'esprit les jours de grand vent pour ne pas sombrer dans le désespoir et méditez sur une forme de communication (téléphone portable, talkie-walkie, sifflet...) si vous prévoyez que vous aurez des difficultés à vous entendre.

Sans négliger les circonstances particulières des jours de vent, il faut en tenir compte lors de la descente en rappel. Lors de la descente en rappel, le simple fait de lancer les cordes lorsque le vent souffle peut devenir un problème si elles s'accrochent à un genévrier loin de notre verticale. La même chose se produit si la corde se défait au niveau du relais, alors faites attention. Une manœuvre d'escalade inhabituelle comme le rappel avec la corde dans un sac à dos est une stratégie gagnante en termes de temps et de patience par vent fort.

Attention au temps estimé sur la paroi et sur les rappels ; plusieurs voies et presque toutes les descentes sont un goulot d'étranglement pour les grimpeurs qui peut allonger considérablement la descente si elle n'est pas faite de manière fluide. Emportez de la nourriture et de l'eau en quantité suffisante pour le temps que vous passerez sur la paroi sans oublier la descente. Il n'y a pas de fontaines en descendant et vous ne pourrez pas vous ravitailler avant d'arriver au village. N'oubliez pas de prendre une frontale de puissance suffisante pendant les courtes journées d'hiver, au cas où vous seriez retardé pour une raison ou une autre ; le fait de posséder de la lumière peut faire la différence entre arriver au village sain et sauf ou devoir passer la nuit sur une vire à mi-chemin de la descente.

Nous espérons que cet article vous a intéressé, que vous avez pris plaisir à le lire, qu'il vous a motivé encore plus pour aller grimper aux Mallos de Riglos et que vous nous fassiez confiance pour vous équiper.

Boutique en ligne: https://www.barrabes.com/fr-fr/

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.