Les baudriers et les produits textiles utilisés en escalade: comment en prendre soin et effectuer l’entretien

Vous vous êtes peut-être une fois demandés en quoi ce baudrier sale peut affecter votre sécurité. L’apparition des fils en dehors de la couture ne vous laisse présager rien de bon. Il faut vous rassurer : les baudriers ont une très bonne résistance, mais ce n’est pas une raison pour négliger leur entretien. Un bon lavage et un peu d'entretien peuvent prolonger la durée de vie de votre baudrier.

Les baudriers, l’élément qui fait le lien entre nous et la corde en tout confort

Les baudriers et les dégaines textiles, tout comme les mousquetons, font partie des grands oubliés lorsqu’il s'agit de nettoyer notre matériel. N’exagérons pas non plus, nous reconnaissons que dans le cas des mousquetons, compte tenu de leur rigidité et de l'usage qui leur est donné, il est très difficile pour les particules extérieures de pénétrer d'une manière pouvant affecter la résistance de la pièce.

Par contre, les baudriers et dans une certaine mesure les dégaines sont portés près du corps au contact avec la transpiration et la poussière. On peut comprendre la nécessité d’effectuer un lavage.

Avec les baudriers, nous devons être plus exigeants concernant leur propreté. Point d'union entre la corde et notre corps, ils sont soumis du début à la fin à toutes les tensions imaginables: nos propres chutes, celle de notre partenaire, pause en milieu de voie ou en rencontre, rappels... le baudrier est sans cesse mis à contribution pendant l’activité.

La durée de vie d’un baudrier

Comme pour les cordes d'escalade, la durée de vie est une période de temps maximale estimée à partir de la date de fabrication pendant laquelle un élément de notre équipement conserve ses caractéristiques pratiques sans problèmes de sécurité.

Il n'existe pas de formule exacte pour calculer la durée d'utilisation d'un baudrier car sa durée de vie dépend de multiples facteurs tels que le matériau dont il est fait, la fréquence d'utilisation, le type d'activité pour lequel il a été utilisé ou la maintenance et l'entretien qu'il a subi.

Les fabricants ne se mettent pas d’accord sur le moment où il faut cesser d'utiliser un baudrier. La fourchette habituelle que l'on trouve dans les spécifications des marques étant une durée de vie comprise entre 5 et 10 ans dans des conditions d'utilisation optimales. Cette durée de vie est également valable même si le baudrier n'a pas utilisé.

Barrabes

Baudrier du 20ème siècle avec les étiquettes. Aucun usage et il vaut mieux qu’il en reste ainsi.

La date de fabrication d’un baudrier

Nous avons affirmé précédemment que la durée de vie d'un baudrier commence avec la fabrication du produit. Le doute réside alors dans le fait de savoir où trouver cette date de fabrication. Généralement, nous la trouvons sur les étiquettes à l'intérieur de la ceinture du baudrier, mais ce n'est pas toujours le cas.

De plus, il n'existe pas de système de nomenclature harmonisé entre les fabricants et chacun choisit son propre mode de marquage, qui comprend généralement l'année de fabrication et un code de contrôle, ainsi que les normes appliquées à chaque équipement.

Parfois, cette date apparaît de manière confuse (année, jour de fabrication) ou la date de fabrication peut être confondue avec la date de la dernière mise à jour de la norme EN 12277 : 2015.

Barrabes

Date de fabrication: année 11 (2011) et jour 165 (14 juin)

Les matériaux utilisés dans la confection d’un baudrier

Même s’il existe sur le marché un baudrier dépourvu de boucles métalliques, le Fly de Petzl pour le ski de randonnée, il est plus commun de trouver des modèles qui combinent métal et textile.

Comme pour tout autre matériel d'escalade, les baudriers sont généralement fabriqués à partir de deux types de "matériaux durs" : l'aluminium, pour ses propriétés de légèreté et de résistance, et l'acier, dans les cas où la sécurité est la principale préoccupation ou pour les modèles plus abordables.

Dans le secteur textile, les baudriers sont souvent fabriqués en polyamide ou en polyester haute ténacité, ou une combinaison des deux. Dans les baudriers haut de gamme, on trouve également du polyéthylène haute ténacité (Dyneema, PEHD) pour une meilleure résistance à l'abrasion dans les zones de frottement ou pour une répartition optimale de la charge dans les baudriers sans rembourrage et du caoutchouc EVA ou de la mousse de polyéthylène dans les zones de soutien. Certains harnais de canyoning et de spéléologie sont également dotés d'une protection en polyuréthane thermoplastique (TPU).

Barrabes

Certains baudriers de canyoning sont pourvus de points d’attache métalliques et des protections

Tout cela donne une idée de la complexité de recommander une méthode unique d'entretien et de nettoyage. La tâche n’est effectivement pas si simple avec autant de matériaux différents et leurs instructions de nettoyage sous-jacentes.

Les substances qui détériorent le matériel textile

Nous évoquons la question des substances qui peuvent affecter la résistance des éléments textiles sur l’ article sur l’entretien des cordes d’escalade. Si vous ne l'avez pas encore lu et que vous souhaitez savoir comment des substances telles que les boissons sucrées, le sang, l'urine, l'eau salée, les produits anti-moustiques et bien d'autres encore affectent la résistance du polyamide, nous vous invitons à y jeter un coup d'œil.

Si vous pensez que la propreté d'un baudrier n'est qu'une question esthétique, vous faites fausse route. Le lavage d'un baudrier ne semble peut-être pas si important, mais nous allons essayer de vous faire changer d'avis en vous présentant quelques faits:

D'une part, comme pour les cordes, l'entrée de petites particules de sable et de poussière peut affecter le baudrier et sa résistance. Il est pratiquement impossible qu'un harnais se brise sous l'action de microcristaux minéraux à l'intérieur des fibres textiles, mais ceux-ci peuvent accélérer l'usure, altérer son aspect extérieur et, par conséquent, réduire sa durée de vie si le baudrier n'est pas lavé régulièrement.

D'autre part, l'effet de la transpiration entraîne la prolifération d'une multitude de bactéries, de germes et de champignons. Le staphylocoque ou corynebacterium sont deux des espèces de bactéries qui vivent sur nos vêtements (dans notre baudrier en l'occurrence) et se nourrissent des restes de peau et de sueur, les décomposant en substances à l'origine des mauvaises odeurs. Outre la nuisance olfactive évidente, l'existence de bactéries et de leurs résidus peut entraîner des problèmes de santé tels que des allergies, de l'asthme ou d'autres maladies.

La révision

Les boucles de réglage, les sangles des tailles et des jambes, l'anneau ventral et les points de laçage sont les points essentiels à vérifier. Vérifiez que les points d’union et l'anneau ventral ne présentent pas d'usure excessive, que les sangles ne soient pas effilochées, que les boucles ne présentent pas de signes de corrosion et que les coutures soient en parfait état. S'il y a des signes d'usure qui peuvent nuire à la sécurité, le baudrier ne doit en aucun cas être utilisé.

Barrabes

Les boucles, l’ anneau ventral et les points d’encordement sont les points les plus importants à réviser

Le processus de nettoyage

Comme pour les cordes, le lavage d'un harnais ou d'une sangle est une tâche assez simple mais il vaut mieux prendre des précautions. Il est donc recommandé de faire preuve de prudence et d'effectuer le lavage conformément aux indications du fabricant. Malheureusement, cette information n'est généralement pas fournie par les marques. En raison du mélange de matériaux du harnais que nous avons mentionné précédemment, nous devrons tenir compte du soin le plus strict dans chacun d'entre eux pour le nettoyage du produit.

La présence d’éléments métalliques dans un baudrier comme les boucles, et cela vaut également pour les baudriers utilisés pour le canyoning ou ceux des professionnels, peut endommager le tambour du lave-linge. De même, la boucle peut s’accrocher au reste du linge pendant le lavage. Vous pouvez donc seulement introduire le baudrier dans un sac en tissu épais.

Barrabes

Il vaut mieux laver le baudrier à l’intérieur d’un sac

Le lavage doit être effectué avec un savon au pH neutre et de l'eau tiède, à 30 ºC maximum, et avec un cycle linge délicat et, si possible, un double rinçage. Il est indispensable que, pour éviter les sollicitations intempestives de la matière, le lavage sans essorage soit effectué. Quelle que soit la persistance des taches, il est déconseillé d'utiliser des dégraissants ou des détachants en raison du risque de fragilisation du polyamide.

Il vaut mieux laver les dégaines à la main. Même s'il est tentant de profiter de les laver en même temps que le baudrier et le reste des vêtements, le mouvement à l'intérieur de la machine à laver et les accrochages prévisibles peuvent avoir des effets négatifs. De même, le lavage avec des tuyaux nettoyeurs à pression est également déconseillé.

Bien que cela puisse allonger quelque peu le processus de séchage, nous insistons sur ce point, il n'est pas conseillé d'essorer les textiles d'escalade pour la raison mentionnée ci-dessus. Les révolutions du tambour de la machine à laver peuvent nouer et étirer notre matériel plus que souhaité, ce qui peut affecter la solidité des coutures.

Le processus de séchage devra faire l’objet d’un soin tout aussi particulier. La matière textile de sécurité doit sécher dans un endroit aéré et ombragé, à l'écart de toute source de chaleur (radiateurs, feu, soleil...). Cette précaution concernant la chaleur s'étend également au fait qu'il faille éviter d'utiliser le sèche-linge pour les produits d'escalade.

Comment les ranger et les transporter

Vous faites partie de ceux qui, une fois le baudrier enlevé, le rangent directement dans le sac à dos ou le sac à matériel ? Probablement oui et il faut dire que vous faites comme presque tout le monde, mais sachez que ranger un baudrier mouillé (nous avons déjà parlé de ce qui se passe avec les bactéries et la sueur) n'est pas la meilleure option.

Bien que l'existence de moisissure sur un harnais n'implique pas de problèmes de sécurité et qu'elle disparaisse au lavage, elle indique un certain manque d'entretien et ce n'est pas esthétique non plus. Normalement, il n'y aura pas de cas d'apparition de moisissures dans les baudriers d'escalade, mais cela peut arriver dans ceux utilisés en spéléologie ou en canyoning, où les protections qui recouvrent la taille et les jambes rendent également le séchage plus compliqué.

Pour éviter les problèmes d'humidité, la première étape à suivre est de s’assurer que le baudrier est complètement sec après utilisation. Comme après le lavage, un endroit aéré, loin des sources de chaleur et du soleil direct est la meilleure option.

Une fois sec, il est conseillé de ranger le harnais dans un endroit sec et, si possible, dans un sac ou un sac à dos pour le protéger d’une éventuelle chute de substances dangereuses. Ceci est particulièrement important dans le transport de véhicules, où la présence éventuelle d'éléments dangereux dans un coffre (fûts contenant des liquides, acides, batteries...) et la proximité du coffre avec la chaleur du moteur dans les autocars peuvent fragiliser voire détruire les matériaux de harnais.

Conclusions

Les homologations et les tests de résistance, en plus des contrôles individuels auxquels le matériel d’escalade est soumis, sont un gage de durabilité et de fiabilité. Cependant, l'effort requis pour le lavage périodique est minime et se fait assez simplement.

Nous préconisons une inspection rigoureuse de chaque élément de sécurité à chaque sortie d'escalade et des lavages occasionnels -ou fréquents en cas de salissures évidentes- afin de conserver plus longtemps votre harnais et vos dégaines dans les meilleures conditions.

Site internet: www.barrabes.com

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.