Les chaussures de montagne : flexibles, semi-rigides ou rigides ?

Le choix d’un modèle de chaussures adéquat est primordial pour garantir notre sécurité en montagne.

Chaussures rigides ou semi-rigides, un choix fondamental dans ces situations. Photo: Barrabes
Le grand nombre d’activités en montagne, qui plus est, réalisées sous différentes conditions météorologiques et à différentes saisons, implique la conception d’une grande variété de chaussures.

D’une simple randonnée sur un terrain plat sans obstacle sous un temps estival, à une ascension sur une route technique à plus de 8000m d’altitude, il existe une pléthore de situations.

Chacune de ces situation requerra le port d’un modèle de chaussures adéquat.

Cela ne signifie pas non plus qu’il faille porter une paire de chaussures différente pour chaque activité. La plupart sont polyvalentes et s'adaptent à différentes situations ; l'important est de connaître les limites de ces situations pour nos chaussures.

En effet, c’est notre sécurité qui définit ces limites; si nous franchissions l’une de ces limites, nous pourrions nous mettre dans de beaux draps. Le fait d’escalader un couloir par exemple, avec des chaussures de trekking ou de randonnée peut occasionner de graves accidents. Les chaussures sont conçues pour nous rendre la vie plus facile et c’est pourquoi, un choix correct est crucial si on part en milieu hostile.

Si vous pratiquez ces trois types d’activité randonnée simple, randonnée en montagne et alpinisme, on pourrait dire qu’une seule paire pour chaque type d’activité vous suffira (si l’on ôte des chaussures plus spécifiques comme les chaussons d’escalade, de canyoning). Il existe des exceptions : par exemple, un alpiniste n’utilisera pas la même paire de chaussures hautes rigides pour escalader sur la glace que pour réaliser un huit mille. D’autres personnes préféreront avoir deux paires de chaussures de trekking différentes : une pour les activités en montagne sur terrains accidentés et une autre pour utiliser dans un environnement plus urbain ou simplement pour voyager.

Exigences auxquelles les chaussures de montagne doivent répondre : le piège du confort

Les chaussures techniques de montagne doivent répondre à ces trois exigences :

  • Prestations
  • Protection
  • Sécurité
Nous devons choisir le modèle qui nous permettra de réaliser l’activité sans problème. Il devra être capable de nous apporter une protection suffisante en milieu naturel, sans quoi, nous nous exposerions à des situations dangereuses.

Il y a cependant une 4ème exigence non moins importante : le confort.

Le confort est très important non seulement parce qu'il nous permettra de profiter de l'activité, mais aussi parce qu'une chaussure haute ou une chaussure plus basse qui nous provoque des douleurs, voire des égratignures et des ampoules, ne nous permettra pas de marcher et de nous appuyer correctement. Cela ne fera que renforcer notre insécurité, et nous pénaliser techniquement, augmentant les risques d'accident.

En d’autres mots : si les chaussures deviennent une source d’inconfort, notre sécurité se voit diminuée. La partie technique se voit aussi affectée.

Faites quand même ATTENTION AU PIÈGE DU CONFORT !

Il ne faut pas confondre le confort qui vient du choix d'un produit bien conçu et adapté à nos pieds, avec le confort en général.

On se sent plus à l’aise avec des chaussures de sport aux pieds qu’avec des chaussure hautes ; avec des chaussure hautes flexibles qu’avec des chaussures hautes rigides. Cependant, chaque situation requière son type de chaussures.

Le confort est important une fois le type de chaussures choisi : si je dois porter une chaussure haute rigide, je chercherai le modèle qui, avec les caractéristiques requises, me mettra le plus à l'aise possible. Mais je ne risquerai pas de porter des chaussures de trail par exemple sous prétexte qu’ elles sont plus confortables pour moi, et parce qu'elles pèsent moins.

Et d'ailleurs, aujourd'hui, les chaussures semi-rigides et rigides n'ont strictement rien à voir avec ce qui se faisait dans le passé. Elles sont désormais légères, très confortables... Nous devons enlever de notre esprit l’idée selon laquelle ces chaussures ne sont pas confortables et vont nous faire mal. Bien au contraire, ces chaussures devraient s’adapter parfaitement à nos pieds. Si de telles chaussures de nos jours devaient nous générer de l’inconfort, ce seraient surtout en raison de leur qualité de fabrication.

Quelque soit le choix que nous allons faire, notre sécurité doit toujours être le critère le plus important à prendre en compte.

Trekking en Islande. Photo: Hilo Moreno
Trekking en Islande. Photo: Hilo Moreno

Les types de chaussures de montagne selon la sécurité et leurs prestations

Nous n'allons pas nous étendre sur les caractéristiques de chaque groupe. Il y en a beaucoup, et parfois le choix peut être compliqué, même si l'on est sûr du type de chaussures dont on a besoin. C’est pour cette raison que nous vous recommandons de lire les articles dans lesquels nous traitons en profondeur chacun de ces types:

Comment choisir vos chaussures de randonnées et de trekking
Comment choisir ses chaussures de haute-montagne ?

Dans cet article, nous ne différencions les groupes de chaussures que pour des raisons de sécurité, qui concernent essentiellement la rigidité de la semelle et son taux de flexion. Au sein de chaque groupe, il y aura différents types (par exemple, en alpinisme, d'une chaussure haute légère à une triple d'expédition), mais nous couvrons déjà cela dans les articles liés ci-dessus.

3 types de chaussures sont à distinguer :

  • Chaussure hautes et chaussures flexibles. Pour les randonnées, le trekking facile et pour les sorties en moyenne montagne.
  • Chaussure hautes semi-rigides. Pour la haute montagne.
  • Chaussure hautes rigides. Pour l’alpinisme.
Techniquement, les chaussure hautes sont classées en 4 catégories, de la moins rigide à la plus rigide (B0, B1, B2, B3), B2 faisant référence aux chaussures hautes semi-rigides et B3 aux chaussure hautes rigides.

1. Les chaussures hautes et les chaussures flexibles

Elles sont destinées à la randonnée, aux excursions en terrain assez facile, en moyenne montagne. Comme leur fonction principale est juste de marcher, elles fléchissent juste ce qu’il faut.

Elles sont pensées pour les terrains plus ou moins plats et marqués, les pistes et chemins de montagne, un peu hors des sentiers battus, le trekking facile. Ils sont tout aussi utiles pour une promenade en ville que pour atteindre le site de la « Cola de Caballo » à Ordesa dans les Pyrénées, ou les zones de montagne sans difficulté et sur une route plus ou moins abordable, par exemple.

En d’autres mots, ces chaussures sont prévues pour les situations où nous n'avons pas besoin de caractéristiques trop techniques, mais où nous devons faire beaucoup de marche. La flexibilité est donc importante.

Ces activités ne requièrent pas une chaussure aux caractéristiques techniques très poussées. Mais la flexibilité reste un élément très important en raison de ces activités qui supposent plusieurs heures de marche.

Il existe des modèles qui se rapprochent des chaussures semi-rigides, et qui fonctionnent bien sur des terrains de montagne plus complexes, sans devenir très techniques. Nous l'expliquons dans l'article en profondeur.

Sur ce type de chaussures, le soutien et la protection - bien que plus importants que dans les chaussures de rue et d’autres disciplines sportives - ne sont pas aussi nécessaires que dans celles utilisées dans des domaines plus techniques.

Les semelles conviennent à la fois pour se protéger des irrégularités et pour nous donner l'adhérence nécessaire sur le sol, qu'il soit sec ou humide.

Comme nous l'avons expliqué dans l'article lié ci-dessus, voici la différence entre les chaussures hautes de trekking et les chaussures plus basses. Si le terrain peut être quelque peu accidenté, avec des descentes un peu raides, ou si nous sommes chargés et avons besoin de stabilité, les chaussure hautes seraient le choix correct. Et les chaussures mi-hautes, le meilleur compromis entre les deux.

Les chaussure hautes semi-rigides

Et c’est la que l’on peut tomber dans le piège du confort.

Plus le terrain est compliqué, plus on aura besoin d’une chaussure qui puisse nous appuyer. C’est, entre autres, la rigidité de la semelle qui le permet. Ce qui signifie que, même si ces chaussures nous vont bien aux pieds, elles peuvent devenir bien inconfortables si l’on fait de longues marches. Beaucoup sont ceux qui se précipitent sur ces chaussures pour ensuite les enlever au moment où ils en ont le plus besoin.

La semelle semi-rigide fléchit, bien que beaucoup moins qu'une chaussure haute ou une chaussure de randonnée ou de trekking. Elles gardent un équilibre entre une certaine flexibilité qui permet tout de même une bonne marche, et suffisamment de rigidité dans les zones complexes. Ils aident également à maintenir l'équilibre, en particulier lorsque vous portez beaucoup de poids.

Nous pourrions les définir comme les chaussures officielles pour les trois milles hors hiver.

Entrer sur ces terrains avec des chaussures de randonnée nous expose à un risque d'accident. Ce sont les statistiques de sauvetage et d’accidents réalisées par l’association espagnole Montaña Segura qui nous en informe dans le cadre des opérations de sauvetage réalisées dans les trois mille des Pyrénées aragonaises.

(Quand on parle de rigidité, on parle de semelle: la partie supérieure de toutes les chaussures d'alpinisme et d'alpinisme est une véritable carapace, elle nous protège des coups, des coups de pied, des chutes de pierres, etc.)

Les chaussures rigides

Nous entrons ici dans le monde de l’alpinisme : escalade sur glace, ascensions techniques verticales, couloirs...etc.

La semelle est complètement rigide, elle ne fléchit pas du tout, et pour que vous puissiez marcher avec elle, elle a une bonne courbure et une cheville avec des systèmes de flexibilité frontale. Les modèles modernes sont incroyablement confortables pour marcher (avec certaines limites toutefois) par rapport aux chaussure hautes d'il n'y a pas si longtemps.

Aborder la plupart des activités alpines techniques avec des chaussures non rigides représente un risque très élevé qu'il ne vaut mieux pas prendre.

Comment savoir su une chaussure haute est flexible, semi-rigide ou rigide?

En règle générale, on peut affirmer que;:

  • Une chaussure flexible ne donne pas la possibilité d’inclure des crampons, ni au niveau du talon ni au niveau de la pointe
  • Une chaussure haute semi-rigide pourra permettre l’intégration de crampons au talon seulement (fixation semi-automatique)
  • Une chaussure haute rigide présente un dispositif permettant la fixation de crampons au niveau du talon et de la pointe des pieds (fixation automatique)

Les risques que supposent l’utilisation des crampons sur des chaussure hautes inadéquates

Avec les crampons, un problème se pose: comme il existe des systèmes de fixation qui permettent de les attacher à pratiquement n'importe quelle chaussure, certaines personnes considèrent qu'elles peuvent porter n'importe quelle chaussure dans les situations où les crampons sont nécessaires.

Ainsi, beaucoup de personnes utilisent à tort, selon nous, des chaussures de trekking/randonnée flexibles avec des crampons à sangle pour les terrains avec une certaine verticalité (type trois mille en été, etc.). Il faut néanmoins préciser que ce n'est pas recommandé. Non seulement parce qu'elles ne conviennent pas à la plupart de ces terrains, mais parce que beaucoup se rendent compte trop tard, que les crampons peuvent soudainement se détacher pendant l'utilisation.

Les chaussures flexibles posent de nombreux problèmes sur les terrains escarpés à tendance verticale, car la barre centrale des crampons n'a pas la souplesse nécessaire pour des chaussures moins rigides, et par conséquent, en fléchissant et en rétrécissant plus fortement la chaussure que le crampon, elle peut se détacher.

Chaussure haute rigide pour l’alpinisme- Facile d’imaginer ce qui peut se passer avec une semelle flexible. Photo: Dani Vega
Chaussure haute rigide pour l’alpinisme- Facile d’imaginer ce qui peut se passer avec une semelle flexible. Photo: Dani Vega

Lorsque le terrain devient escarpé, notre conseil, par sécurité, est de toujours utiliser une chaussure haute rigide ou semi-rigide, selon le besoin.

Si vous souhaitez plus d’informations concernant le choix des crampons, vous pouvez consulter cet article : Choisir ses crampons pour la montagne

Articles plus récents

Laissez vos commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.