Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Cuin, denier, RET, drop, colonne d'eau... des termes techniques de montagne.

Quelles informations apportent les données sur les matériaux d'un vêtement de montagne ? 30D 190T 3000HH... parfois les chiffres sont trop énigmatiques si vous n'avez pas une compréhension de base de ce qu'ils signifient. Dans cet article, nous abordons les principaux points à prendre en compte lors du choix de vos vêtements ou équipements outdoors.
La terminologie technique est implicite dans la fabrication des vêtements de montagne. Photo : Patagonia

Parfois, lorsque nous parlons des matériaux utilisés dans les équipements de montagne, nous avons tendance à utiliser une série de termes qui pour nous sont usuels et donc nous les utilisons comme langage courant. Nous sommes toutefois conscients que pour une personne non habituée à la terminologie utilisée dans ce secteur, elle peut être assez déroutante si elle n'est pas expliquée soigneusement.

Ces termes découlent de la nécessité de différencier les qualités, et aussi les propriétés, d'un même matériau. En d'autres termes, lorsque nous explorons les différentes options d'achat sur le marché, nous pouvons ne pas comprendre les raisons qui justifient une doudoune à 100 € et une doudoune à 1000 €, et c'est justement au niveau de ces termes techniques que se cachent les différences entre ces modèles.

En plus de notions telles que l'origine éthique du matériau et les conditions de travail des ouvriers, que nous avons déjà abordées dans l'article sur le caractère durable du matériel de montagne, les différences de qualité du matériau doivent être expliquées par des notions telles que le cuin, qui nous renseignera sur le pouvoir isolant du rembourrage, ou le denier, qui donne une idée de la légèreté et de la résistance de ses tissus.

Plusieurs de ces sujets ont déjà été abordés dans des articles précédents et vous verrez les liens lors de la lecture de ce texte. Nous regroupons et passons en revue ici les principaux concepts que l'on retrouve dans le textile et la chaussure :

Cuin

Définition sommaire : Volume occupé par une once de duvet non pressurisé, mesuré en pouces cubes.

Présentation détaillée du cuin:

C'est un terme utilisé pour qualifier l'équipement rempli de duvet, généralement des vestes et des sacs de couchage. Il est également utilisé dans les combinaisons d'expédition et d'autres vêtements tels que les gilets ou les chaussons.

La qualité de l'isolation thermique d'un vêtement est déterminée par sa capacité à retenir l'air que le corps a réchauffé. Normalement, les vêtements très denses et lourds tels que le cuir sont assez chauds, mais deviennent peu pratiques en montagne en raison de leur manque de respirabilité, de compressibilité et de légèreté. C'est pourquoi, en montagne, nous optons pour l'un des matériaux les plus légers qui soient : le duvet d'oiseau, généralement d'oie et aussi, mais dans une moindre mesure, de canard.

Le duvet est une plume sans rachis (calame, canon ou tige centrale) qui provient de la poitrine et du cou des oiseaux. Grâce à sa structure en flocons, le duvet occupe un grand volume pour un faible poids, parvenant à retenir beaucoup d'air dans sa structure. Comme il n'a pas de rachis, il n'a pas non plus la capacité de traverser le tissu extérieur et par conséquent, il ne se perd pas. Toutes ces explications sont détaillées dans l' article sur les différences entre le rembourrage en duvet et le rembourrage en fibres.

Il est possible que dans le duvet (sans rachis), de petites plumes (avec rachis) s'y glissent. Dans le passé, il était d'usage de définir la qualité d'un vêtement par son pourcentage entre le duvet et la plume, pouvant trouver des qualités 80/20, 90/10 ou 92/8 parmi les vêtements de qualité. Aujourd'hui, cette définition est remplacée par le Fill Power exprimé en cuin.

Parka Summit L6 AMK de The North Face. Le meilleur Fill Power du marché, avec 1000 cuin

Comme nous l'avons dit, le cuin (acronyme de cubic inches, pouces cubes) est l'unité de mesure du Fill Power ou capacité de gonflage d'une once (29 grammes, le poids d'une pile AA) de plume. L'utilisation des unités impériales (système anglo-saxon) s'explique par la puissance et l'influence de l'industrie américaine dans le monde du textile. L'équivalence dans le système métrique ou le système international d'unités pour les Fill Power (FP) les plus courants est la suivante :

  • FP600 cuin: 29 grammes de duvet occupent près de 10 litres de capacité.
  • FP700 cuin: 29 grammes de duvet occupent près de 11 litres de capacité.
  • FP800 cuin: 29 grammes de duvet occupent près de 13 litres de capacité.
  • FP900 cuin: 29 grammes de duvet occupent près de 14 litres de capacité.

Le résumé de toutes ces mesures est que plus la valeur du Fill Power ou le nombre de cuin est élevé, plus la qualité du duvet est élevée, plus la capacité du duvet à gonfler est grande et plus sa performance à retenir la chaleur corporelle est bonne.

Valeur clo

Définition sommaire : unité d'isolation thermique d'un vêtement qui maintient la température corporelle stable d'une personne au repos pendant 8 heures à une température ambiante de 21°C à l'ombre avec une humidité relative de 50%.

Présentation détaillée de la valeur clo:

La valeur clo (de clothing, vêtement) est un concept qui, bien qu'il ait été créé en 1941, ces dernières années et petit à petit, est introduit dans les cahiers des charges des équipements de montagne principalement pour indiquer la capacité d'isolation des vêtements rembourrés de matière synthétique. Ce serait l'équivalent du cuin.

Les garnitures synthétiques, généralement des fibres de polyester, contrairement aux plumes qui doivent être compartimentées dans des cloisons pour ne pas se retrouver déposées dans la partie inférieure des vêtements, ont une structure stable. Cela leur permet, d'une part, de conserver la forme dans laquelle elles ont été fabriquées mais, en revanche, ne leur permet pas d'atteindre la capacité d'expansion des plumes.

La définition exacte est 1 clo = 0,155 m² x K / W, c'est-à-dire qu'elle prend en compte la surface du matériau, la température (en degrés Kelvin) et le transfert d'énergie (en watts). Pour ne pas avoir à transporter une calculatrice partout, on sait que plus la valeur clo est élevée, meilleure est l'isolation. Ainsi, la valeur clo 0 correspond à celle d'une personne nue, la valeur clo 1 à celle du costume d'un cadre et la valeur clo 4 à celle d'une combinaison d'expédition complète.

Cette définition du clo est insuffisante lorsque ce que l'on veut connaître est l'isolation d'un vêtement porté par une personne faisant de l'exercice. En général, les marques de produits isolants synthétiques utilisent une autre mesure basée sur le clo, mais dans laquelle le poids par surface est également ajouté comme variable pour indiquer la capacité, qui peut être GSM (g/m²) ou OYS (oz/y²) selon que l'on utilise les unités internationales (grammes par mètre carré) ou impériales (onces par yard carré). Comme pour la valeur clo, plus la valeur clo/g/m² ou clo/oz/y² est élevée, plus la capacité du rembourrage synthétique à isoler du froid est grande.

Veste Cirrus Flex 2.0 Hoody de Rab avec un garnissage Primaloft Silver Luxe de 0,90 clo/oz/y².

L'équivalence des valeurs en clo/oz/y² et en cuin n'est pas normalisée, bien qu'il soit communément admis que le rapport augmente d'environ 0,2 clo/oz/yd² pour chaque 50 cuin de Fill Power:

  • 550 cuin = 0’7 clo/oz/yd²
  • 600 cuin = 0’9 clo/oz/yd²
  • 650 cuin = 1’1 clo/oz/yd²
  • 700 cuin = 1’3 clo/oz/yd²

Valeur R

Définition courte : capacité d'isolation d'un matériau ou d'une structure bidimensionnelle.

Présentation détaillée de la valeur R:

Depuis quelques années, il est assez courant de trouver la valeur R indiquée sur les matelas isolants pour dormir en montagne. Étant donné que les différences de matériau et de structure peuvent modifier considérablement notre bien-être pendant le sommeil, les fabricants ont décidé d'indiquer cette valeur afin d'avoir une idée, ou du moins une comparaison entre les modèles, de la façon dont nous allons être isolés avec chaque modèle de matelas. Consultez l'article sur les matelas de couchage et l'isolation pour dormir en montagne où vous verrez toutes les caractéristiques et les notions importantes à ce sujet.

La formule complète qui mesure la résistance (donc la valeur R) aux déperditions thermiques a pour variables la température, la surface et le flux de chaleur à travers l'isolation. A partir de cette formule, on obtient un résultat qui est la valeur R et qui indique que plus la valeur R est élevée, mieux elle nous isolera des surfaces froides.

Matelas NeoAir Xtherm de Therm-A-Rest. Valeur R de 6,9 pour 430 gramos.

Normalement, la valeur R va essentiellement dépendre de deux variables du matelas : le matériau et l'épaisseur. D'une part, le matériau : il est essentiel qu'il soit un mauvais conducteur thermique, le polyéthylène étant utilisé dans les matelas en mousse et le polyester ou le nylon dans les matelas gonflables avec une sorte d'intérieur aluminisé pour retenir la chaleur corporelle par rayonnement ; d'autre part, l'épaisseur, où plus la quantité de matériau est importante, meilleure est la capacité d'isolation.

En général, la valeur R des équipements de montagne lutte contre un postulat essentiel dans nos activités : le poids. Alors que dans le secteur de la construction, le poids du matériau d'isolation n'est pas trop important, en montagne, où nous devrons transporter ce matériau avec nous, nous avons besoin du meilleur rapport poids/isolation possible.

On trouve ainsi des valeurs R très faibles, de 1,5 pour les tapis simples et fins, à des valeurs R proches de 7 pour les matelas gonflables épais, encore loin des matériaux utilisés dans la construction, mais beaucoup plus légers que ces derniers.

Denier

Définition courte : grammes de poids par 9000 mètres de fibre.

Présentation détaillée du denier

Bien que la notion de denier soit assez bien intégrée dans la culture de l'alpinisme et soit correctement interprétée comme l'épaisseur d'un tissu, nous venons de voir dans la courte définition qu'elle a une explication technique bien spécifique. En fin de compte, même si nous entrerons dans les nuances par la suite, les fils plus épais donneront des tissus plus épais et plus résistants et les fils plus fins feront la même chose dans le sens inverse.

Malgré le fait que dans le système international il existe une unité qui mesure également la densité linéaire d'un tissu et qui est très similaire au denier, celle-ci sera moins familière aux alpinistes. Il s'agit du décitex (grammes de poids par tranche de 10 000 mètres de fibre) et la vérité est qu'il est à peine utilisé dans l'industrie textile de montagne.

Donc, si le poids de 9000 mètres d'une fibre donnée est de 10 grammes, on dit que c'est un tissu de 10 deniers, quelque chose d'extrêmement fin, comme on peut le supposer. De la même manière, un tissu de 600 deniers (exprimé par 600D) nous indique que 9000 mètres de fil de cette fibre pèsent 600 grammes. Le 10D sera utilisé dans la doublure des vêtements ultralégers et le 600D sera l'habituel dans les sacs à dos ou les renforts de vêtements.

Veste Rab Zero G. Tissu 7 deniers, fin et compressible.

Jusqu'à présent, il est clair que le denier nous renseigne sur l'épaisseur d'une fibre, mais nous devons tenir compte du fait que, concernant la durabilité de celle-ci, le nombre de deniers seul ne nous donne pas l'information de résistance. Nous devons également connaître le matériau dont elle est composée et le nombre de fils (nous allons l'expliquer maintenant) pour parvenir à une conclusion. Par exemple, entre un nylon 300D et un polyester 300D, tous deux sans traitement spécial, le nylon (ou polyamide) sera plus résistant.

Thread Count

Définition courte : nombre de fils de chaîne et de trame dans un pouce carré (6,45cm2) de tissu.

Présentation détaillée du Thread Count:

Nous avons vu que le terme denier, au sens large, fait référence à l'épaisseur d'un tissu, cependant c'est un concept qui ne transmet pas toutes les informations possibles si on ne connaît pas la densité de fil de ce même tissu.

Le Thread Count est abrégé en T et exprime la densité du fil avec lequel un tissu a été tissé et, par conséquent, nous donne des informations sur sa résistance à l'abrasion ou sa respirabilité. Il accompagne normalement la donnée du denier du tissu et, bien qu'il ne soit pas encore très utilisé, de plus en plus de marques intègrent ce concept dans les spécifications techniques de leurs produits, normalement dans les renforts du textile, des tentes ou des sacs à dos.

Tente CAMP Minima 2 SL. Sol en nylon 70D 190T.

Les tissus sont constitués de deux types de fils, les fils de chaîne qui sont ceux qui sont placés dans le sens de la longueur lors du tissage, et les fils de trame qui passent alternativement sous et sur les fils de chaîne pour finir par former le tissu. Le nombre de fils prend en compte les fils de chaîne et de trame dans son décompte. Ainsi, si on nous dit qu'un tissu est en polyester 210T, cela signifie que, entre les fils de chaîne et de trame, un pouce carré comporte 210 fils de polyester.

GSM (g/m2)

Définition courte : grammes par mètre carré d'un matériau.

Présentation détaillée du GSM (g/m2):

Jusqu'à présent, nous avons vu le denier ou le Thread Count appliqués aux épaisseurs et aux densités des tissus, mais que faisons-nous lorsque nous devons exprimer ces concepts dans un matériau non tissé ? Les garnitures synthétiques des vêtements de plein air sont souvent fabriquées à partir d'un mélange de fibres qui captent la chaleur du corps, mais sont fabriquées sans le processus traditionnel de tissage des fils de chaîne et de trame.

Ces fibres peuvent être d'épaisseurs et de longueurs différentes et ne suivent pas un schéma uniforme, mais s'entremêlent dans un chaos apparent qui est ce qui permet à l'air chauffé par le corps de rester le plus longtemps possible entre ces fibres. Il en va de même pour les mousses polymères, pour lesquelles on ne peut pas non plus parler d'épaisseur ou de nombre de fils.

Pour exprimer la quantité, la densité et le poids du matériau utilisé dans les équipements, qu'ils soient tissés ou non tissés, on utilise un terme qui, cette fois, est exprimé en unités du système international : poids par surface, grammes par mètre carré. Le moyen utilisé par les fabricants pour l'exprimer est l'habituel g/m² ou GSM ( grams per square meter, grammes par mètre carré), bien qu'il soit également possible de trouver le concept oz/y² (ounce per yard squared, once par yard carré).

Comme pour d'autres systèmes tels que le denier ou le Thread Count, le GSM seul ne nous indique pas la qualité d'un produit si nous ne connaissons pas le matériau dont il est fait, il est donc essentiel de connaître d'abord le type de matériau et ensuite sa densité. À matériau égal, un GSM plus élevé indique une plus grande densité et donc un poids plus important.

HH ou colonne d'eau

Définition courte : pression hydrostatique qu'un tissu est capable de supporter avant de perdre son imperméabilité, exprimée en millimètres.

Présentation détaillée de HH ou colonne d'eau :

L'un des concepts les plus familiers aux montagnards depuis de nombreuses années est la colonne d'eau, exprimée en anglais sous le nom de Hydrostatic Head (pression ou charge hydrostatique), c'est pourquoi il est fréquent de trouver les initiales HH devant un chiffre exprimé en millimètres.

Le test permettant de connaître l'imperméabilité d'un tissu est entièrement expliqué dans l'article sur les vêtements imperméables que nous vous invitons à lire. Le résumé du test d'étanchéité est le suivant : un tube sans fond est placé et rempli d'eau sur le tissu étanche à tester. Plus le tube est rempli d'eau, plus une pression est exercée sur le tissu jusqu'à ce que l'eau passe à travers ; à ce stade, on mesure la hauteur atteinte par l'eau dans le tube et on établit qu'il s'agit de l'imperméabilité de ce tissu.

Tente MSR Mutha Hubba. Revêtement de sol 30 deniers avec une colonne d'eau de 3000mm.

Communément utilisée dans les vêtements imperméables et les tentes, la colonne d'eau nous indique de manière très claire le degré d'imperméabilité d'un vêtement. Bien que de nombreux matériaux puissent résister à des pressions hydrostatiques supérieures à 28 000 millimètres, en aucun cas, évidemment, nous n'aurons 20 mètres d'eau sur nous comme peuvent le supporter de nombreuses vestes, mais cela nous aide à interpréter la capacité d'un tissu ou d'une membrane à résister à l'eau.

MVTR o MVP

Définition courte : quantité de vapeur d'eau qui peut passer à travers un tissu. Il est exprimé en grammes par mètre carré et par 24 heures.

Présentation détaillée de MVRT ou MVP:

Le concept de MVTR (Moisture Vapor Transmission Rate) ou MVP (Moisture Vapor Permeability) indique à quel point un tissu est respirant. Il est utilisé par les marques pour exprimer la capacité de ce tissu à nous garder au sec de notre propre sueur pendant que nous pratiquons une activité. Les marques s'efforcent depuis longtemps de fournir des membranes ou des systèmes qui atteignent à la fois des valeurs élevées de HH et de MVTR.

Veste Downpour Eco W de Rab. MVTR 20000 g/m2/24h

Si vous êtes déjà habitué au climat et à l'activité en montagne, il n'est pas nécessaire de trop insister sur l'importance d'expulser rapidement la sueur pendant une activité. Si ce n'est pas le cas, pensez à ce qui peut arriver à votre température corporelle lorsque, alors que vous êtes en sueur, vous arrêtez de faire de l'exercice pour une pause ou par accident lors des basses températures de moyenne et haute montagne. Nous vous invitons, tant sur le MVTR que sur le RET, à consulter l'article sur les membranes imperméables et respirantes qui détaille ces tests et les valeurs utilisées pour interpréter si la respirabilité est bonne ou non.

Avec un MVTR supérieur à 10000 g/m²/24h, on considère généralement que cela commence à être bon pour les activités de montagne et que 20000 g/m²/24h et plus sont tout à fait adaptés à un exercice aérobique tel que le trail running ou le ski de randonnée.

RET

Définition courte : résistance d'un tissu au passage de l'humidité, exprimée en Pa.m2/W

Présentation détaillée du RET:

Similaire au MVRT, mais avec un point de vue différent ; nous changeons un peu la façon d'interpréter une donnée fournie par le fabricant. Contrairement à la majorité des valeurs à prendre en compte en montagne où un chiffre élevé est généralement synonyme de qualité, dans le RET ce que l'on va chercher c'est une valeur basse pour savoir si le vêtement que l'on va utiliser est plus (valeur RET basse) ou moins respirant (valeur RET haute), car ce que l'on mesure c'est la résistance et non la perméabilité à la vapeur d'eau.

Le RET d'un vêtement (Resistance to Evaporative Heat Transfer), comme le MVTR, doit être pris en compte pour savoir si le vêtement est suffisamment respirant pour l'activité que vous allez faire. Les activités hautement aérobiques comme le trail running ou le ski de randonnée nécessiteront un vêtement avec un RET aussi bas que possible, tandis que les activités plus calmes comme la randonnée ou la marche peuvent être compatibles avec des vêtements avec un RET plus élevé. En général, essayez de rechercher des vêtements dont le RET est inférieur à 13, à moins que vous ne souhaitiez faire quelque chose de particulièrement décontracté. Veuillez vous reporter à l'article sur les membranes imperméables et respirantes pour voir à quels intervalles vous devez choisir le RET de votre vêtement en fonction des usages que vous voulez en faire.

Veste Millet Trilogy V Icon Dual avec Gore-Tex 2.0 Pro avec un RET proche de 6.

Drop

Définition courte : différence de hauteur entre l'arrière (talon) et l'avant (avant-pied) de l'intérieur d'une chaussure, exprimée en millimètres.

Présentation détaillée du drop:

Le drop (littéralement, la chute) d'une chaussure est un concept peu utilisé dans le monde de la montagne, sauf en trail running, où il a une grande importance héritée des chaussures de course sur bitume. Pour la randonnée, la moyenne et la haute montagne, le drop est un concept inexistant.

L'implication du drop dans la façon de courir est très importante sur le bitume, car différents drops créent différents mouvements dans les articulations des orteils et donc dans le reste du corps et dans la technique de course. Dans le cadre de la course en montagne, où, en raison du terrain, de la foulée et de l'inclinaison, il est difficile de faire deux pas exactement identiques, le drop est un concept qui passe après d'autres valeurs telles que la qualité de la semelle, le dessin en fonction du terrain ou le type d'amortissement.

Habituellement, les drops élevés impliquaient un talon très marqué et étaient associés à un puissant amorti ou à des chaussures destinées à des personnes dont la technique de course n'était pas particulièrement raffinée. Mais dans le monde du trail running, on trouve des marques et des modèles avec un bon amorti et un faible drop et, au contraire, des drops élevés pour des personnes très expertes qui courent l'ultradistance.

Speedgoat 4 de Hoka One One. Chaussure de trail running avec un drop de 4 mais beaucoup d'amorti (32 mm au talon).

En général, pour le trail running, un drop faible (6 à 0 millimètres) est associé à une chaussure technique, légère et rapide dans laquelle il est important de bien sentir le terrain et de permettre à la proprioception de corriger les irrégularités du terrain. Un drop moyen ou élevé (7 à 12 millimètres) est lié aux courses longues, aux poids lourds ou à l'absorption optimale des impacts qui se produisent en atterrissant sur le talon. Si nous analysons les modèles existants sur le marché, nous constatons qu'il s'agit d'une affirmation qui doit être nuancée en fonction des différents modèles.

Des tendances telles que la course naturelle, le barefoot et le minimalisme ont mis le drop 0 sur toutes les lèvres et, bien qu'aujourd'hui ces tendances se soient essoufflées ou aient été qualifiées de drop 0 amorti, la vérité est que le terme drop est un concept que tout coureur, surtout ceux qui viennent de l'asphalte, prend en compte.

Nous vous invitons à parcourir notre site internet pour découvrir les produits dans lesquels vous pourrez retrouver tous ces concepts que nous vous avons expliqués.

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.