Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

BLOG DE MONTAGNE | CONSEILS

Comment choisir ses fixations de ski de randonnée

Le ski de randonnée permet d'accéder à la montagne librement et sans plus de contraintes que celles imposées par la neige elle même, par l'environnement, la météorologie et – surtout – notre niveau technique ainsi que notre expérience.

Pasolobino en ski de rando, Benasque. Photo: Daniel Vega
Toute la montagne se transforme en terrain de jeu. Un environnement sauvage et immense très différent à celui que l'on peut rencontrer dans une station de ski.

Actuellement, sa pratique est indissociable de celle de l'alpinisme hivernal. Parfois la montée et la descente seront une fin en soit, d’autre fois, il s’agira d’une manière de nous déplacer avec rapidité ou bien d’améliorer nos performances ou d’atteindre un objectif technique. Quel qu'il soit – but ou moyen -, le plaisir est garanti.

Deux skieurs de randonnée, perdus dans l'immensité de Barrancs, Benasque. Photo: Daniel Vega
Pour compléter toutes les informations que nous allons vous donner, vous pouvez également lire les articles suivants : Comment choisir vos chaussures de ski de randonnée et Comment choisir vos skis.

Celui concernant les chaussures est fondamental puisqu’elles fonctionnent directement et conjointement avec les fixations. En raison des problèmes d’incompatibilité, le choix des unes conditionnera le choix des autres. Nous évoquerons ce sujet plus loin dans l’article sur Les compatibilités et incompatibilités entre les chaussures et les fixations de ski de randonnée.

Les fixations de ski de randonnée

Il s’agit d’une partie cruciale de l’équipement. C’est celle qui nous permet d’être maintenu aux skis et c’est à travers elles que passe la transmission de notre énergie et notre conduite. Vu que ces skis servent autant à monter qu'à descendre, une fixation de ski de rando doit faciliter l’action de marcher: elle doit permettre au talon de se séparer du ski en pivotant au niveau de la pointe de la chaussure. Il nous est donc plus facile de marcher avec les skis en parallèle sur les zones plaines et les montées.

Au moment de se lancer dans la descente, le talon est fixé au ski comme une fixation de ski alpin. class=subText>TYPES DE FIXATION POUR LE SKI DE RANDO
Actuellement, il existe sur le marché 2 types de fixations de randonnée, très différentes en soi. D'un côté, nous avons les fixations “à châssis” (Frame Binding) de “type Diamir” et de l'autre, nous retrouvons les fixations Techs “à inserts” (Tech Binding) de “type Dynafit”.

Fixation à châssis Attention ! Il existe plusieurs tailles de châssis. Vérifiez votre taille avant de passer à l’achat.

Dans sa forme moderne actuelle, une fixation à châssis peut se résumer à une fixation de ski alpin montée sur un châssis en plastique ou en métal. La chaussure est placée comme sur une fixation de ski alpin et c'est l'ensemble du châssis qui pivote au niveau de la partie antérieure en mode ascension. En mode descente, la partie arrière se fixe au ski.

Salomon Guardian MNC 16 S, fixation à châssis

La chaussure est placée comme sur une fixation de ski alpin et c'est l'ensemble du châssis qui pivote au niveau de la partie antérieure en mode ascension. En mode descente, la partie arrière se fixe au ski. Il n'y a pas si longtemps, cette solution était la solution la plus populaire: des dizaines de modèles ont été développés depuis la fin des années 60 jusqu'à aujourd'hui. Certains d'entre eux peuvent être considérés comme des icônes de la discipline: la Silvretta 300 dans les années 70, la Silvretta 402 et 404, Tyrolia TRB et Marker M Tour dans les années 80 alors qu'à partir des années 90, nous retrouvons les Diamir Fritschi Titanal (et ses petites soeurs).

Les Barons / Duke de la marque Marker ont brillé cette dernière décennie et maintenant, ce sont les Guardian (Salomon) / Tracker (Atomic) qui essaient de revitaliser un segment en déclin, du moins dans nos montagnes.

Il s’agit d’un effort qui n’a pas porté ses fruits pour le moment ; malgré les fans inconditionnels, leur utilisation commence à devenir de moins en moins fréquente.

Nacho Ruiz (Guide de Haute Montagne et Professeur de Ski de l'équipe Barrabes) avec une fixation à châssis.
Les avantages:
  • Peu ou pas de “mais” en ce qui concerne la sécurité.
  • Plus simple à chausser, surtout en pente forte et dans la neige profonde.
  • La majeure partie des modèles du marché permettent de passer aisément du mode ascension au mode descente et vice-versa. Il est possible de fixer le talon simplement et intuitivement. Ce qui est un aspect souvent mis en valeur avec ce type de fixation.
  • Les couteaux se fixent au châssis de la fixation, ce qui évite qu'ils ne soient trainés sur la neige dure à chaque pas. Fritschi Diamir offre même, depuis plusieurs années, des systèmes escamotables.
  • Elles offrent des possibilités de réglage plus que généreuses.


Les inconvénients:
  • Le poids: en comparant avec une fixation à insert, cette différence peut atteindre les 2 Kg.
  • Compatibilité difficile avec la plupart des chaussures de ski de randonnée légère et de compétition du marché.
  • Faible compatibilité des couteaux, puisque chaque marque offre ses propres couteaux.

Compatibilité:

  • Elles disposent normalement d’un mécanisme qui permet de régler la hauteur de la pointe, permettant aussi bien l’utilisation de chaussures de piste (ISO 5535) que celles de randonnée (ISO 9523).



Pour nous, la fixation à châssis nous semble être une bonne option pour ceux qui veulent un équipement All Mountain ou Freeride dans le but de pouvoir s'échapper occasionnellement ou pour ceux, qui veulent pouvoir utiliser ses chaussures de Freeride ou de rando sans distinction. Fixation Tech

Par fixation Tech, nous nous referrons à ces fixations qui généralement se composent de 2 éléments bien distincts : une butée et une talonnière.
Dynafit Speed Radical, fijación de chasis
Dynafit Speed Radical, fixation à chassis
En montée, la chaussure pivote autour de deux inserts (“pins”) qui viennent s'enchâsser dans 2 trous situés à l'avant de celle-ci. En parallèle, le fonctionnement de la talonnière est là aussi différent à celui d'une fixation conventionnelle: deux barres viennent s'encastrer dans une rainure située à l'arrière de la chaussure, ce qui permet de fixer le talon pour les descentes.

Barrabes
Butée Tech, avec les deux inserts qui s'enchâssent dans les trous latéraux de la chaussure

Talonnière Tech: elle est indépendante de la butée
Talonnière Tech: elle est indépendante de la butée

Un peu d’histoire

C’est en 1984 que Fritz Barthel a inventé le système de pin-inserts. Le concept était totalement révolutionnaire à l’époque. Ce type de fixation a été créé spécialement pour la randonnée. Il s'est débarrassé du cadre de jonction, laissant la pointe et le talon séparés. Mais sa principale différence résidait dans la façon dont il était fixé à la fois à la pointe et à l'arrière, avec des sortes d’épingles ou pins.

Peu après, voyant le succès rencontré par ces fixations, Dynafit a décidé d’acquérir le brevet et a engagé Fritz qui travaille toujours pour la marque autrichienne.

Au cours de ces dernières années, différentes marques ont attendu l’expiration des différents brevets qui protégeaient Dynafit, pour adopter les fixations Tech. Parmi elles, on retrouve de petites marques artisanales comme Plum et ATK. Ont suivi des géants comme Marker et Fritschi Diamir, et depuis peu le groupe Salomon//Atomic. Avantages:

  • Une grande réduction du poids qui peut être inférieur à 150 grammes sur certain modèle de compétition. Quelle que soit la discipline ou le champ d'utilisation, la tech est toujours plus légère que son équivalent à châssis.
  • Compatibilité des couteaux: il existe quelques exceptions, mais la plupart des fixations utilisent le standard marqué par Dynafit.
  • Compatibilité: si nous parlons exclusivement de chaussures de randonnée, au jour d'aujourd'hui, absolument toutes sont compatibles avec le système Tech (et même beaucoup de type freeride).
  • Fiabilité: la simplicité mécanique de certains modèles fait que nous retrouvons dans cette catégorie quelques fixations étant des plus fiables du marché. Dernièrement, elles sont indispensables dans les expéditions et lors de courses de ski/alpinisme dans les massifs les plus hauts.


Inconvénients:
  • Fiabilité: certains modèles sont fragiles. Et, malheureusement, il y a eu de grands fiascos.
  • Compatibilité: de toute évidence, nous ne pouvons pas utiliser n'importe quelle chaussure de ski.
  • Les chaussures de ski alpin ainsi que beaucoup de chaussures anciennes ou très orientées au freeride ne sont pas compatibles.
  • Pas toujours facile à utiliser: elles sont moins intuitives à chausser que des fixations de ski alpin. Le passage du mode montée au mode descente est parfois compliqué.

Le problème des incompatibilités

Fritz Barthel n’était pas un fabriquant de chaussures de ski. Aussi, lorsqu’il a inventé son système, il les achetait directement à Dynafit et il les adaptait à ses fixations en plaçant les inserts avant (trous) pour les goupilles et en adaptant l'arrière.

De cette manière, les chaussures utilisées respectaient la norme ISO 9538, qui indiquait les mesures exactes de la semelle, de l'embout et du talon pour pouvoir être utilisées avec des fixations de châssis, car elles étaient les seules qui existaient et Barthel les réutilisait. Mais ils n'étaient pas tenus de répondre aux exigences ISO.

Avec le temps, comme il fallait s’y attendre, le fait que les chaussures pour fixation Tech n’avaient pas l’obligation de respecter la norme ISO 9538 a provoqué de nombreuses incompatibilité, non seulement entre les chaussures pour fixation Tech et à châssis, mais aussi entre les mêmes chaussures utilisant les fixations Tech.

La complexité est telle qu’un article entier pourrait couvrir ce thème. Parmi les différentes marques, il peut y avoir jusque 7 types de fixation et 8 types de chaussures.

C’est pourquoi, nous vous recommandons vivement de consulter l’article Compatibilités et incompatibilités entre les chaussures et les fixations de ski de randonnée avant de choisir votre équipement et éviter des désagréments par la suite.



FACTEURS À PRENDRE EN COMPTE AU MOMENT DE CHOISIR, NOTRE FIXATION DE RANDONNÉE

Les fixations Low Tech sont-elles moins sûres?

Voici la question du million. Et la réponse est simple: NON

Cela dit, voilà quelques nuances, mais pas de panique!

La plupart des fixations Tech sacrifient certains aspects mécaniques en relation avec la sécurité pour réduire le poids. Mais pas de panique: elles sont SÛRES. Simplement, nous devrons faire des choix judicieux en valorisant une série de facteurs que l'on n'a pas l'habitude de prendre en compte au moment de choisir une fixation à châssis.

QUELS SONT CES FACTEURS?

Par exemple: L'ÉLASTICITÉ. La grande majorité des fixations Tech sont beaucoup moins élastiques que leurs petites soeurs à châssis. La chaussure a beaucoup moins de distance à parcourir avant de se décrocher, et cela est dû à plusieurs choses:

  • L'absence de talonnière flottante.
  • L'absence de mécanisme de libération horizontale et verticale.
  • U préréglé des fixations les plus légères.

EN QUOI CETTE MOINDRE ÉLASTICITÉ M'AFFECTE?

Si vous êtes un skieur poids lourd et que vous pensez utiliser des skis très réactifs et des chaussures rigides, si vous êtes un freerider agressif ou si vous utilisez vos skis de randonnée pour descendre les pistes d'une station comme une brute, une fixation peu élastique entraînerait des déclenchements indésirés à moins que vous puissiez réguler la précharge des ressorts de vos dispositifs.

Toutefois, les idées précédentes ne sont pas les meilleures et il est préférable d'opter pour une fixation élastique. Fort heureusement, il existe déjà plusieurs modèles Tech sur le marché qui apportent une solution à ce problème.

Si vous ne vous reconnaissez pas dans les skieurs cités antérieurement (c'est-à-dire le commun des mortels), vous pouvez opter pour n'importe quelles fixations Tech polyvalentes un peu plus légères sachant que vous sacrifierez un peu d'élasticité et de débattement.

COMMENT GÉRER CETTE MOINDRE ÉLASTICITÉ?

C'est simple: si vous venez du ski alpin ou de fixation à châssis, vous aurez tout simplement besoin d'une courte période d'adaptation.

Pour se familiariser avec sa nouvelle fixation, il vaut mieux commencer par régler la précharge sur une valeur faible et de transiter sur des terrains techniquement faciles où un déclenchement inopiné n'est aucune conséquence désastreuse pour le skieur. Petit à petit, vous devez apprendre à vous connaître avec votre fix!

Cadran de régulation de la pré-tension d'une fixation Low Tech, ATK RT
ET QUE SE PASSE-T-IL AVEC LES FIXATIONS LOW TECH LES PLUS MINIMALISTES AUX VALEURS DE PRÉ-TENSION FIXES?
Les fixations ultralégères de compétition ont généralement une valeur de déclenchement vertical fixe (un U métallique), sans possibilités de régulation.

Menchaka
Système en U. Dans le cas des Salomon MTN, il y a 3 U remplaçables, chacun avec sa précharge. D’autres incorporent seulement un U.

CE N'EST PAS MOINS SÛR?
En bref, un mécanisme, dont la pré-tension est invariablement 7, sera sûr pour celui à qui correspondra cette valeur.

Si nous n'avons pas beaucoup d'expériences avec les fixations Low Tech ou si nous ne nous sommes pas familiarisés avec leur système d'ajustement et de fonctionnement, il ne faut pas hésiter à demander conseil auprès d'un spécialiste qui régulera correctement votre fixation en fonction de vos besoins.

Heureusement, les mécanismes de libération horizontale commencent à devenir des standards, mais cela ne pouvant pas être autrement, ils sont généralement si minimalistes que quelquefois, il manque une molette de régulation. Une fois de plus, nous n'avons pas d'autres choix que d'y aller petit à petit. USAGES ET DISCIPLINES
Voici presque 30 ans que les fixations à châssis de compétition / entraînement ont été englouties par les Low Tech. Si vous voulez faire de la compétition, ces dernières sont actuellement la seule option.

Les fixations à châssis, à cause de leur poids, ne sont pas non plus la meilleure idée si vous voulez progresser rapidement lors de longues journées avec beaucoup de dénivelé.

Pour tout le reste, de la simple balade en peau de phoque jusqu'au freeride agressif, vous trouverez la fixation adaptée à vos besoins: votre choix dépendra de vos critères!

TYPES DE SKI
Il faut toujours faire attention à garder une certaine harmonie dans le choix des éléments qui composeront notre équipement.

Avec des skis de compétition, fixation et chaussure de compétition. Il ne faut pas douter!

Entre les catégories ski polyvalent et ski freeride, il y a toujours plus de choix bien que tout ne soit pas valable.

La largeur de notre patin est également très importante à prendre en compte. Si nous avons ou nous voulons un ski très large, il est conseillé de choisir une fixation dont l'embase soit la plus large possible. Et si nous voulons mettre des freins…. vérifiez leur compatibilité avec la fixation et avec le ski!!!

FREINS… OUI OU NON?
Voilà encore une grande discussion.

Le mieux dans la majorité des cas serait d'avoir un frein même si cela enchérit le prix, ajoute du poids et est souvent le point fragile de l'ensemble, sans oublier qu'il n'est pas infaillible.

Talonnière Low Tech avec freins. Au déclenchement de la fixation, les freins s'abaissent et freinent le ski

Par contre, le leash est la meilleure option pour les skieurs qui évoluent sur des terrains escarpés où il n'est pas concevable de perdre un ski… mais, devant une éventuelle avalanche, vous courrez le risque que vos skis jouent le rôle d'une ancre qui vous tire vers le fond. D'autre part, vous courrez le risque de vous blesser avec les carres lors d'une chute. Qui dit leash, dit impérativement casque!

Et attention aux avalanches, que vous soyez équipé de lanière ou non!!!

Butée Tech avec leash



CALES
Nous n'avons toujours pas parlé de cet aspect. Quand nous utilisons les fixations en mode monté, nous disposons d'un outil qui réhaussera le talon de votre chaussure en fonction de l'inclinaison de la pente.

La plupart des fixations du marché offrent trois positions: neutre, intermédiaire et haute. Certaines fixations ultralégères comptent seulement une cale intermédiaire voire exceptionnellement haute.

Une fixation dont les cales sont simples à manipuler est un point important à prendre en compte, si vous vous initiez au ski de randonnée.

Cale haute idéale pour les pentes prononcées. La chaussure reste plus ou moins horizontale en s'appuyant sur les cales

LES SYTÈMES DE RÉGLAGE DE LA LONGUEUR
Nous en avons là pour tous les goûts… de la fixation avec une vaste fourchette de réglage à la fixation Low Tech de compétition non réglable. Pour ces dernières, nous pouvons toujours avoir recours à une embase qui permettrait cet ajustement.

Tout dépend de vous. Si vous voulez faire de la compétition, c'est peut-être inutile. Pour tout le reste, cela est intéressant de pouvoir changer un jour de chaussures ou de pouvoir prêter son matériel à un ami.

Site web: www.barrabes.com

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.